Marchés : participation à la hausse

Le 01.02.2017
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Semaine du 21 au 27 janvier 2017. Cette semaine, les marchés financiers américains ont battu de nouveaux records lors des débuts de la présidence Trump. En revanche, en Europe les places boursières sont restées plus circonspectes face aux premières mesures du président américain.

Marchés financiers

Les investisseurs ont pu constater cette semaine que le nouveau locataire de la Maison Blanche comptait bien appliquer son programme et ce, le plus rapidement possible. Cette perspective a manifestement soutenu les marchés, les indices boursiers américains ayant atteint de nouveaux sommets. Le Dow Jones a ainsi franchi le seuil symbolique des 20 000 points pour la première fois de son histoire.
Du coté macroéconomique, la première estimation du PIB pour le quatrième trimestre a déçu avec une croissance évaluée à 1,9%. Au trimestre précédent, elle avait atteint 3,5% à la faveur, il est vrai, d’un premier semestre relativement faible. Une décélération était donc attendue mais un peu moindre avec un consensus de place autour de 2,2%. Selon ces premières données, souvent sujettes à des révisions significatives, la croissance annuelle des Etats-Unis aurait donc atteint 1,6% en 2016, ce qui représenterait la plus faible expansion depuis 2011.
En zone euro, les indicateurs avancés se sont maintenus à un niveau élevé en janvier, surtout en Espagne. En Allemagne, la tendance est à la stagnation, voire à un léger fléchissement. Toutefois, le rythme de la croissance outre Rhin reste historiquement élevé.
Au Royaume-Uni, la Cour suprême a estimé que le Parlement devra approuver l’activation de l’article 50 du Traité de Lisbonne. Sur le principe d’enclencher le processus de sortie de l’Union Européenne, l’aval des parlementaires ne devrait pas poser de problème. Par contre, ce verdict pourrait permettre au Parlement de peser sur les termes des négociations et notamment favoriser un Brexit moins radical.

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 termine la semaine en léger repli de 0,22% à 4 839,98 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien affiche une performance négative de 0,46%.
Le cimentier LafargeHolcim s’envole de 6,35%, dopé par les dépenses d’infrastructures que le président américain Donald Trump semble décidé à mettre en œuvre. L’automobile réalise une bonne semaine à l’image de Valéo qui gagne 4,08% et Peugeot qui s’adjuge 3,35%. En bas du palmarès, l’énergéticien Engie (-3,44%) et les télécoms Nokia (-2,94%), Orange et Vivendi (-2,78%) sont en repli.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert termine la semaine inchangé par rapport à la monnaie unique à 1,0699 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans poursuit sa remontée à 1,03%, au-dessus de 1% pour la première fois depuis fin 2015.

Décryptage de l'actualité financière
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 24.01.2017

Essilor : une fusion bien vue

Semaine du 14 au 20 janvier 2017. Après six semaines consécutives de hausse, les marchés financiers ont opté pour la prudence.

Le 17.01.2017

En attendant Donald...

Semaine du 7 au 13 janvier 2017. La semaine a été calme sur les marchés financiers à quelques jours d’échéances plus significatives et notamment de l’investiture de D.Trump à la présidence...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×