May "B" ?

Le 29.01.2019
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Semaine du 19 au 25 janvier 2019. Cette semaine, les marchés européens et américains ont assez bien résisté malgré la publication de données économiques attestant globalement d’un ralentissement de la conjoncture économique.

Marchés financiers

 

Le dernier rapport du FMI sur les perspectives de l’économie mondiale s’inscrit dans un climat de morosité : les prévisions de croissance pour 2019 et 2020, déjà révisées à l’automne, ont encore été abaissées à 3,5% et 3,6% respectivement, en raison des tensions commerciales sino-américaines, du shutdown aux Etats-Unis et les risques politiques européens.

En Europe, la publication du PMI (indicateur de l’activité économique) à 50,8 en janvier, contre 51,5 attendus, au plus bas depuis 5 ans, a confirmé un ralentissement de l’économie européenne. Comme attendu, la BCE a laissé sa politique monétaire inchangée et n’anticipe pas une première hausse de taux avant l’été 2019. Evoquant les tensions commerciales, le Brexit et la volatilité des marchés, Mario Draghi s’est inquiété des risques d’un ralentissement économique plus marqué, et a accentué son message de prudence de décembre dernier. Il s’est également déclaré prêt à adapter la politique monétaire de la banque centrale si les indicateurs macroéconomiques devaient continuer à se dégrader. Au Royaume-Uni, un « plan B » a été présenté par Theresa May devant le Parlement, incluant des modifications mineures. Elle a cependant rappelé son refus d’organiser un deuxième référendum et a rejeté la possibilité de retarder la sortie effective du pays de l’UE, le 29 mars prochain. En revanche, les investisseurs continuent à penser que la probabilité d’un report de la date augmente très nettement. D’un point de vue microéconomique, le début de saison des résultats d’entreprises a soutenu le marché européen, qui a réagi favorablement aux résultats même revus à la baisse. Les attentes de la part des investisseurs sont malgré tout assez faibles. 

Outre Atlantique, les marchés ont surperformé, soutenus par les développements positifs du conflit commercial sino-américain (confirmation de la présence du vice-premier ministre chinois Liu He aux négociations prévues mercredi et jeudi de cette semaine), et un début de saison des résultats encourageant. Néanmoins, la situation semble toujours compliquée sur le plan politique. La proposition de loi mettant fin « provisoirement » au shutdown (qui aura duré 35 jours, le plus long de l’histoire américaine), a été adoptée vendredi soir à la majorité au Sénat et à la Chambre des représentants. Cependant, cette loi ne garantit le financement de l’administration fédérale que jusqu’au 15 février prochain.

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 réalise un gain hebdomadaire de 1,02% à 4 925,82 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien affiche une performance positive de +4,12%.
Des résultats meilleurs qu’attendus au quatrième trimestre et des perspectives rassurantes permettent à STMicroelectronics de bondir de 11,74% sur la semaine. Renault s’adjuge 7,11% après la nomination du tandem Jean-Dominique Sénard / Thierry Bolloré à la tête du constructeur automobile en lieu et place de Carlos Ghosn toujours emprisonné au Japon. Carrefour rassure avec la bonne résistance de ses ventes au dernier trimestre malgré les « gilets jaunes ». Le distributeur gagne 5,06%. Du coté des valeurs en baisse, TechnipFMC cède 2,16% après son rebond de la semaine passée. Le groupe affiche tout de même la troisième meilleure performance depuis le début de l’année avec un gain de près de 16%. Vivendi pâtit des déboires de Telecom Italia dont il détient 24% du capital et recule de 1,50%. Veolia Environnement se replie de 1,47% dans un contexte moins favorable aux valeurs défensives.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert perd du terrain face à la monnaie unique et termine à 1,1406 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est en baisse à 0,60%.

Gérer mon épargne

Prendre un rendez-vous

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Découvrez les supports financiers MACSF
Gamme financière MACSF

Fonds en euros, SCPI, unités de compte... La gamme de supports financiers MACSF est diversifiée, complète et sélective.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×