Obama pas l’air bien partie cette réforme!

Le 28.03.2017
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Semaine du 18 au 24 mars 2017. Cette semaine, les marchés financiers ont suivi une tendance baissière, les investisseurs s’inquiétant de la capacité du président américain à appliquer les réformes promises.

Marchés financiers

Aux Etats-Unis, Donald Trump a vécu une semaine difficile alors que son premier grand chantier, la réforme de l’Obamacare, devait être soumis au vote de la Chambre des représentants. Faute d’avoir réussi à convaincre les propres représentants de son parti, pourtant majoritaires, et face au risque d’échec, le président américain a finalement choisi de retirer son projet de loi. Cette reculade est de mauvais augure alors que le prochain projet annoncé est la réforme de la fiscalité plébiscitée par les investisseurs. En effet, les analystes s’interrogent désormais sur la capacité de Donald Trump à faire passer ses réformes.

Dans la zone euro, les premiers indicateurs relatifs à l’activité montrent que la dynamique s’est encore nettement améliorée en mars. Les secteurs de l’industrie et des services ont tous deux connu une expansion vigoureuse par rapport au mois précédent. L’existence de risques politiques ne semble pas avoir contrecarré la tendance qui se vérifie en Allemagne comme en France.
Autre signe positif, les banques de la zone euro ont emprunté un montant deux fois plus important que prévu lors la dernière opération de refinancement proposée par la BCE. Utilisé pour la première fois en septembre 2014, ce type d’opération exceptionnelle avait pour objectif de relancer le crédit en zone euro en finançant les banques à des taux conditionnés proches ou inférieurs à 0%. L’engouement des établissements bancaires confirme donc l’amélioration des perspectives de crédit ainsi que les anticipations de normalisation du marché via la remontée des taux d’intérêts. Cette opération était d’ailleurs la dernière puisque la BCE n’a pas prévu de reconduire la mesure.
Outre-Manche, la première ministre Theresa May a annoncé qu’elle déclenchera la procédure de sortie de l’Union Européenne le 29 mars. Pour l’instant, la visibilité sur le cadre qui régira les relations entre le pays et l’Union une fois le Brexit finalisé est faible.

Valeurs

Le CAC 40 termine quasiment inchangé à 5 020,90 points, cédant -0,17% sur la semaine. Depuis le début de l’année, l’indice parisien enregistre une performance positive de 3,26%.
Vinci s’adjuge 3,71% sur la semaine et touche un plus haut historique après avoir remporté une nouvelle concession aéroportuaire au Brésil. La valeur réalise un beau parcours boursier depuis la fin du mois de novembre et bénéficie du soutien des analystes. Veolia environnement gagne 3,64%, suivi de Michelin qui prend 3,09% et de Renault qui grignote 2,80%. En bas du palmarès hebdomadaire, ArcelorMittal cède 6,23%. Le titre reste très volatil dans le sillage de la variation du prix des matières premières. Peugeot subit des prises de bénéfices et cède 2,77%. Nokia recule de 2,61%.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert est toujours en baisse face à la monnaie unique et termine à 1,0798 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans retombe sous les 1%, à 0,98%.

Décryptage de l'actualité financière

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 20.03.2017 par Roger Caniard

#AskRogerCaniard 20 mars 2017

Le 27.03.2017 par Roger Caniard

#AskRogerCaniard 27 mars 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×