Par Toutatis : la grande lutte contre Coronavirus

Le 30.03.2020
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
actualité financière

Après plusieurs séances de hausse, portées par les soutiens massifs des autorités monétaires et budgétaires cette semaine s‘est terminée sur un repli. Les craintes liées à la propagation du virus notamment aux Etats-Unis déclenchent de nouvelles inquiétudes.

Soutien massif des autorités budgétaires et monétaires 

Des annonces coordonnées entre les autorités budgétaires et les banques centrales ont été renforcées cette semaine.

Dès lundi, la Réserve fédérale américaine a annoncé un nouveau programme d’achats illimité en termes de taille et de délai de mise en place. Les achats portent aussi bien sur des obligations souveraines que d’entreprises sur les marchés primaires et secondaires. Du point de vue budgétaire, le Congrès a finalement trouvé un accord pour lancer un plan de soutien à l’économie de 2 200 milliards de dollars représentant 9% du PIB américain. En zone euro, la BCE a commencé son plan d’achat, par des obligations de l’Etat grec notamment. Les clés de répartition des achats d’actifs ont été rendues flexibles, l’institution européenne peut désormais dévier du ratio règlementaire de détention de 33% de la dette souveraine de chaque Etat. Les ministres des finances de la zone euro devraient mettre en place un fonds de secours à hauteur de 2% du PIB de chaque Etat. En Allemagne, les autorités budgétaires ont également lancé un plan de soutien massif à l’économie, s’affranchissant des règles de limite d’endettement.

Ces programmes fiscaux considérables couplés à des levées de contraintes et une flexibilité accrue en termes d’achats d’actifs constituent un soutien sans précédent, et permettent de maintenir la liquidité sur les marchés.

Rebond des actifs risqués

Ces différentes annonces monétaires et budgétaires et notamment le plan de soutien à l’économie américaine ont permis aux marchés actions de repartir à la hausse. Les marchés américains et européens ont enregistré une progression de plus de 10% jusqu’à jeudi soir. La publication en très forte hausse, à 3,3 millions de personnes inscrites au chômage aux Etats-Unis, n’a pas impacté les indices actions. Ce chiffre, 4,5 fois plus important que le dernier record, témoigne du très net ralentissement attendu.
Après ce rallye haussier, les craintes liées au développement du virus aux Etats-Unis ont entrainé une nouvelle vague d’aversion au risque. La situation sanitaire se dégrade et les Etats-Unis deviennent actuellement le pays le plus impacté par l’épidémie. Ce week-end, le Président américain a annoncé un prolongement des mesures de distanciation sociale jusqu'au 30 avril.

Cette semaine, les investisseurs vont continuer de se concentrer principalement sur le développement de l’épidémie sur le continent américain, le pic de cas en Europe, et la reprise économique en Chine évitant une deuxième vague d’épidémie.

Performance hebdomadaire positive pour le CAC 40

Le CAC 40 a progressé de plus de 7% sur la semaine, malgré la baisse enregistrée vendredi d’environ 4% à 4 351 points. L’indice parisien perd 27,21% depuis le début de l’année.

La plupart des sociétés annoncent actuellement des mesures pour s’adapter à la crise et la révision des objectifs 2020, les annulations de versement de dividende ou encore des refinancements. Dans ce contexte, les entreprises de qualité, et solides financièrement progressent cette semaine, à l’image des valeurs Technologie Atos (+29,51%), Capgemini (+18%), STMicroelectronics (+13%) et Worldline (+13,16%). Ce dernier titre a d’ailleurs fait son retour dans l’indice CAC 40 lundi 23 mars. En bas de tableau, les valeurs foncières subissent une forte pression baissière. Unibail Rodamco Westfield perd près de 20% après l’annonce de l’annulation de son dividende.

Marchés des changes et des taux

Le dollar a enregistré une de ses plus fortes baisses hebdomadaires face aux principales devises internationales, impacté par des politiques monétaires toujours plus accommodantes, qui réduisent la demande pour le billet vert. Il termine en baisse d’environ 4% contre l’euro, à 1,1141 pour un euro.
Le rendement de l’Etat français à 10 ans repasse en territoire légèrement négatif, après les interventions à l’achat des banques centrales européennes sur tous les pays de la zone euro, à -0,06%.

Achevé de rédiger le 30/03/2020

 Gérer mon épargne

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
Gamme financière MACSF

Fonds en euros, unités de compte... La gamme de supports financiers MACSF est diversifiée, complète et sélective.

Assurance vie

Le RES Multisupport vous permet d'investir sur une gamme de supports en euros et/ou en unités de compte simple, complète et performante.

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×