Très cher euro

Le 26.07.2017
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Semaine du 15 au 21 juillet 2017. Cette semaine, le discours de la BCE et l’appréciation de l’euro ont entraîné des prises de bénéfices sur les marchés financiers.

Marchés financiers

Le message délivré à l’issue de la réunion de la BCE paraissait clair. Le Conseil des gouverneurs a été unanime pour ne rien changer : ni la politique actuelle, ni sa tendance future qui conserve un biais accommodant. Mario Draghi a semblé vouloir calmer les esprits après un discours à Sintra que les investisseurs avaient jugé favorable à un durcissement monétaire. Il a souligné qu’il fallait être patient, qu’il était trop tôt pour modifier la politique monétaire et que des discussions auraient lieu à l’automne.
Les dernières données relatives à l’inflation ont appuyé les propos du président de la BCE. En juin, les prix sont restés stables dans la zone euro. Sur un an, l’inflation ressort donc à 1,3%, et l’inflation sous-jacente à 1,1% seulement, quand l’objectif de la BCE est de 2%.

Les marchés financiers ont peu évolué après l’intervention de Mario Draghi à l’exception du marché des changes. La monnaie unique a nettement progressé dans l’après-midi du jeudi et s’est encore renforcée lors de la séance de vendredi. Il faut dire que l’euro a profité cette semaine de deux autres facteurs de hausse. D’une part, la montée des doutes vis-à-vis de la capacité de réforme de l’administration Trump a pesé sur le dollar. En effet, son projet de modification de l’Obamacare semble une nouvelle fois voué à l’échec faute de faire l’unanimité au sein de sa majorité. C’est un mauvais signe pour les autres réformes très attendues comme celle sur la baisse des impôts. L’enquête sur les liens de l’équipe de campagne de Donald Trump avec la Russie continue également d’empoisonner la présidence alors que chaque semaine amène son lot de révélations plus ou moins compromettantes. Un deuxième élément a soutenu l’euro, cette fois au détriment de la livre sterling. Le règlement des modalités du Brexit est dans l’impasse à l’issue du deuxième cycle de discussions entre les européens et les britanniques. Le chef des négociateurs européens, Michel Barnier, a demandé expressément à Londres de clarifier sa position afin de pouvoir parvenir à un accord sur les deux principaux sujets abordés pour le moment : celui de la facture à régler pour Londres et celui des droits des citoyens. Le prochain rendez-vous entre les deux parties aura lieu en août.

Valeurs

Le CAC 40 termine la semaine en baisse de 2,25% à 5 117,66 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien affiche une progression de 5,25%.
Publicis a réussi à surprendre positivement en annonçant un retour à la croissance organique au deuxième trimestre. Le titre gagne 3,21%. Engie s’adjuge 1,92% alors que le Conseil d’Etat a signé la fin des tarifs réglementés de vente du gaz naturel. Kering profite de l’optimisme affiché par sa filiale Puma pour gagner 0,16%. Dernière valeur de l’indice à finir dans le vert cette semaine, Unibail Rodamco grignote 0,02%. En bas du palmarès hebdomadaire, les valeurs exportatrices ont fortement souffert de la vigueur de l’euro. Le secteur automobile fait également les frais de soupçons d’entente entre les constructeurs allemands. Valeo chute de 7,50% en dépit d’une publication de résultats satisfaisante. Schneider Electric recule de 4,64%, Michelin cède 4,32% et Airbus se replie de 4,28%.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert termine à 1,1663 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans reste orienté à la baisse à 0,75%.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 17.07.2017 par Roger Caniard

#AskRogerCaniard 17 juillet 2017

Le 20.11.2017 par Roger Caniard

L'actu finance du 20 novembre 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×