Ube(a)r Market

Le 14.05.2019
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
actualité financière

Semaine du 4 au 10 mai 2019. Les marchés ont corrigé cette semaine, sur fonds de retour de l’inquiétude autour des négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

Marchés financiers

Après avoir touché des points bas à la fin du mois d’avril, la volatilité des marchés actions a connu un rebond, expliqué principalement par de nouveaux tweets de Donald Trump. La menace sur le relèvement des taxes sur une partie des importations chinoises, de 10% à 25% dès le 10 mai a effectivement été mise en application, alors que le vice-premier ministre chinois était en visite officielle. Le président américain aurait également entamé des procédures pour ajouter 325 milliards de dollars d’importations chinoises dans l’assiette de produits à taxer. Ces tensions commerciales accrues ont entrainé un mouvement d’aversion généralisé sur les actifs risqués, qui s’est également répercuté sur les taux gouvernementaux avec une baisse des taux allemands et américains.

Au niveau macroéconomique européen, la stabilisation semble se confirmer avec la publication des indices d’activités PMI. Bien que les indicateurs espagnols et italiens soient sortis inférieurs aux attentes, les chiffres allemands, français et globaux pour la zone euro étaient conformes voire un peu meilleurs qu’attendus, comparés à ceux du mois précédent. Dans ce contexte, cependant, la Commission Européenne a mis à jour ses prévisions de croissance pour 2019 en les révisant à la baisse (1,2% pour la zone Euro, avec une croissance allemande à 0,5%).

Toujours en Europe, les discussions entre Theresa May et Jeremy Corbyn au sujet du Brexit se sont soldées par un échec. Leur objectif de convergence des points de vue pour faciliter un accord semble mis à mal par des désaccords encore trop importants. Cet échec relance les craintes sur l’issue du Brexit, en octobre prochain.

Enfin, les publications des entreprises européennes se sont poursuivies, et déjà les trois quarts des sociétés du Stoxx 600 ont annoncé leurs résultats. Si 54% des sociétés ont surpris positivement (plus haut niveau depuis le premier semestre 2017), elles ne rivalisent cependant pas avec leurs homologues américaines. Notons également l’entrée en bourse d’Uber, pour environ 82 milliards de dollar, un peu en dessous de ce qui était attendu. Le géant Américain a joué la prudence et a voulu éviter le scénario compliqué de l’introduction en bourse de son rival Lyft. Ces précautions se sont révélées insuffisantes, et le titre a déjà perdu près de 18% sur les deux premières séances.

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 enregistre une forte baisse cette semaine, de -3,41% à 5 296,57 points. L’indice parisien affiche encore une solide performance depuis le 1er janvier, à 11,96%.

Peu de valeurs terminent en territoire positif cette semaine. EssilorLuxottica, qui enregistre la plus forte hausse, à +3,47%, semble avoir résolu sa crise de gouvernance en posant les bases d’une meilleure collaboration entre Essilor et Luxotica. Carrefour (+2,13%), Atos (+0,62%) et Dassault Systèmes (+0,30%) s’en sortent bien. Le durcissement de ton entre les Etats-Unis et la Chine, et la baisse des prix du pétrole ont pénalisé les valeurs cycliques, les plus exposées au commerce international. ArcelorMittal enregistre la plus mauvaise performance à -13,69%. C’est également le cas pour le secteur automobile, à l’image de Valéo (-11,50%), Renault (-7,53%) et Peugeot (-6,54%), et pour le secteur du luxe, à l’image de LVMH (-6,06%).

Marché des changes

Sur le marché des changes, l’euro est en hausse face au billet vert à 1,1231 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le 10 ans français est en légère baisse à 0,34 %. 

Gérer mon épargne

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
Gamme financière MACSF

Fonds en euros, SCPI, unités de compte... La gamme de supports financiers MACSF est diversifiée, complète et sélective.

RES Multisupport

Le RES Multisupport vous permet d'investir sur une gamme de supports en euros et/ou en unités de compte simple, complète et performante.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×