Un peu trop taux !

Le 06.02.2018
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Cette dernière semaine de janvier marque une réelle rupture sur les marchés. Après un début d’année particulièrement positif, les marchés d’actions ont connu une semaine de baisse pour la première fois en 2018. A ces mouvements, s’est ajoutée la poursuite du mouvement général de hausse des taux.

Marchés financiers

La réserve fédérale s’est réunie cette semaine et a laissé, sans surprise, ses taux inchangés tout en restant positive sur l’économie américaine. Le comité a cependant adopté un ton un peu moins accommodant en évoquant de probables nouvelles hausses de taux, renforçant ainsi le scénario d’une hausse de taux en mars. Janet Yellen présidait son dernier comité de politique monétaire et laissera la place à Jérôme Powell, qui devrait incarner une certaine continuité. Le taux à 10 ans américain s’affiche désormais à 2,80% environ, son plus haut niveau depuis avril 2017. Les taux européens ont suivi cette tendance, le taux 5 ans allemand est redevenu positif et le taux 10 ans a passé la barre des 0,75%. Ce mouvement global de hausse de taux reflète un changement de perception des investisseurs, suite aux discours moins accommodants des principales banques centrales.

Aux Etats-Unis, les publications macroéconomiques sont venues soutenir ce mouvement de hausse de taux. Les chiffres de l’emploi du mois de janvier renforcent l’hypothèse d’une hausse de l’inflation américaine : les créations d’emploi progressent à un rythme rapide, ce qui se reflète nettement dans la progression des salaires. Ils accélèrent pour atteindre +2,90% en janvier (contre +2,50% en décembre) en glissement annuel, un plus haut depuis 2009.

En zone euro, on aura également observé une semaine de correction sur les marchés actions, impactés par la hausse des taux et la baisse continue du dollar contre euro de près de 4% depuis le début de l’année. Les indicateurs macroéconomiques continuent cependant de refléter une économie solide. La première estimation de la croissance économique pour le quatrième trimestre 2017 en zone euro s’établit à +2,40% (par rapport au T4 2016), ce qui permettrait une progression pour l’année 2017 à +2,50%. L’inflation a légèrement baissé, passant de 1,40% à 1,30% en janvier.
 

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 termine la semaine en forte baisse à 5 366,10 points (-2,97%). Depuis le début de l’année, l’indice parisien affiche une performance légèrement positive à +0,98% réduisant ainsi fortement sa progression du début d’année.

Seule performance positive de l’indice cette semaine, Peugeot progresse de 1,47% dopé par la hausse de ses ventes en janvier. En bas de palmarès, ArcelorMittal cède 7,26% sur la semaine, impacté par des prises de bénéfices après la publication de ses résultats annuels positifs. Sodexo perd 6,01% sur la période, pénalisé par la faiblesse du dollar via ses activités aux Etats-Unis. Sanofi recule également de 4,80% souffrant d’une part de l’annonce d’une alliance entre JPMorgan, Amazon et Berkshire Hatahway dans le but d’une réduction des coûts de santé aux Etats-Unis, et d’autre part des acquisitions annoncées (Ablynx et Bioverativ) jugées trop chères par le marché.
 

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert termine la semaine en baisse face à l’euro à 1,2463 dollar pour un euro, et perd 3,75% depuis le début de l’année face à la monnaie unique. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans progresse à 1,02%.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×