Une hausse royale

Le 23.05.2018
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Cette semaine, les marchés financiers ont poursuivi leur hausse en Europe alors que les actions américaines ont cédé du terrain sous l’effet d’une hausse des taux.

Marchés financiers

En Europe, les investisseurs s’inquiètent de l’évolution politique italienne alors que la Ligue et le Mouvement 5 Etoiles semblent près de parvenir à un programme commun. Outre l’impact pour l’Union européenne de l’arrivée au pouvoir de deux partis eurosceptiques, cette coalition pourrait aussi fragiliser les finances publiques italiennes puisque de coûteuses mesures sociales sont envisagées parmi lesquelles un retour en arrière sur la récente réforme des retraites, la mise en place d’un revenu minimum ou encore une réforme des impôts sur le revenu. Ces rumeurs ont pesé sur les taux souverains de la zone euro, notamment des pays périphériques, et ont appuyé la baisse de l’euro face au dollar.
D’un point de vue macroéconomique, l’annonce du PIB pour le premier trimestre confirme le tassement de la croissance dans la zone euro. Elle s’est ainsi limitée à 0,4% en début d’année contre 0,7% lors des trois trimestres précédents. Sur un an glissant, la croissance est donc retombée de 2,8% à 2,5%. En outre, l’inflation "core" reste pour l’instant évaluée à 0,7% sur un an en avril, en repli par rapport au mois précédent.

Aux Etats-Unis, le fait marquant de la semaine a été la hausse du taux 10 ans américain au-delà des 3%. Cette progression est liée une fois de plus à la sortie d’une donnée indiquant une augmentation des prix, ainsi qu’à des statistiques relatives au mois d’avril (ventes au détail et production industrielle) indiquant que l’économie reste dans une dynamique favorable. Ces éléments font craindre une accélération du resserrement monétaire par la Fed et l’hypothèse d’une quatrième hausse de taux en 2018 revient en force. Dans ce contexte, les actions américaines ont marqué le pas avec des reculs de l’ordre de 0,5% pour le S&P 500 et le Nasdaq tandis que le dollar s’est renchéri.
Le regain de tensions commerciales a aussi pu jouer sur la performance des marchés actions. En effet, les relations se sont à nouveau tendues avec la Chine, la renégociation de l’Alena se prolonge et le Japon envisage la mise en place de barrières douanières sur certaines importations américaines.

Du coté des pays émergents, la hausse conjuguée du dollar et des taux américains commence à peser sur les économies. En effet, elle provoque un renchérissement du coût de leur dette libellée en dollar, une sortie de capitaux des actifs émergents vers les actifs américains désormais plus attractifs et moins risqués, une inflation née de la faiblesse de leur devise face au dollar et de ce fait une pression à la hausse sur les taux obligataires… Les économies les plus fragiles pourraient se retrouver rapidement en difficulté à l’image de l’Argentine qui a demandé l’aide du FMI, ne pouvant plus faire face à la chute libre du peso et à l’envol de l’inflation malgré des taux directeurs fixés à 40% !

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 continue son ascension, gagnant 1,31% sur la semaine pour clôturer à 5 614,51 points. Avec cette huitième semaine consécutive de hausse, l’indice parisien affiche une performance de +5,68% depuis le début de l’année.
TechnipFMC s’envole de 7,11% grâce à la progression continue des prix du pétrole et aux recommandations positives d’un analyste sur l’ensemble du secteur parapétrolier. Le nouveau repli de l’euro face au dollar profite aux secteurs exportateurs tel que le luxe: LVMH gagne 5,25% sur la semaine et Kering s’adjuge 4,33%. Les deux valeurs sont en tête du palmarès annuel avec 26% de hausse pour LVMH et 31% pour Kering. Du coté des valeurs en baisse, Bouygues recule de 5,46% après avoir publié des résultats inférieurs aux attentes. Orange cède 5,27% dans le sillage de la publication de résultats d’Iliad (la maison mère de Free) dont le titre a chuté de près de 20% en une séance.

Marché des changes

Sur le marché des changes, et pour la cinquième semaine consécutive, le billet vert s’apprécie face à la monnaie unique à 1,1772 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est en hausse à 0,83%.
 

Gérer mon épargne

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Découvrez les supports financiers MACSF
Gamme financière MACSF

Fonds en euros, SCPI, unités de compte... La gamme de supports financiers MACSF est diversifiée, complète et sélective.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×