Année blanche : faut-il encore verser sur son Madelin en 2018 ?

Le 28.11.2018
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Verser sur son Madelin 2018

Si vous avez effectué des versements les années précédentes sur votre contrat retraite Madelin, nous vous conseillons de continuer à verser cette année. Voici pourquoi.

Année blanche et prélèvement à la source : petit rappel

La réforme de l'impôt sur le revenu et de la mise en place du prélèvement à la source à compter du 1er janvier 2019 a notamment pour conséquence de considérer l'année 2018 comme une année de transition dite « année blanche » au plan fiscal.

En 2018, la mise en place d’un crédit d'impôt "modernisation de recouvrement" (CIMR) a permis aux contribuables de ne pas avoir à payer d’impôt sur les revenus courants perçus en 2018. Néanmoins, les revenus dits « exceptionnels » restent imposables.

Faut-il dans ces conditions continuer à verser cette année sur son Madelin ?

Continuer à verser sur son Madelin en 2018 : pourquoi ?

Vos cotisations sur votre contrat RFPA Retraite Madelin ou RES Fonds de Pension viennent diminuer votre BIC/BNC/article 62.

Aussi, l’absence de versement aurait pour conséquence d'augmenter votre bénéfice, et donc de faire apparaitre un revenu exceptionnel taxable.

Un exemple de l'utilité des versements Madelin 2018

Prenons un exemple, vous êtes célibataire et vous percevez 40 000€ de BNC en 2018.  Vous vous interrogez sur les conséquences fiscales de ne pas verser sur votre contrat retraite Madelin.

Votre situation est la suivante :

  • taux marginal d'imposition (TMI) : 30%
  • versements en 2017 : 5000€
  • versements en 2018 : 0€

Année

2015

2016

2017

2018

Montant des BNC avant versement Madelin

35 000€

37 000€

40 000€

40 000€

Montant des BNC après versement Madelin

30 000€

32 000€

35 000€

40 000€

Conséquences fiscales

En l’absence de versement sur votre contrat Madelin en 2018 (5000€ dans notre exemple), le BNC ne sera pas diminué du versement Madelin et engendrera un revenu exceptionnel de 5 000€ soit 775€* d’impôt en 2019.

Pour ne pas vous retrouver dans cette situation, il aurait suffi de continuer à verser au moins 5 000€.
 

* L’impôt est calculé de la façon suivante :  40 000€ X 30% - 5 798€ = 6 202€
CIMR = 6 202€ X (35 000€  / 40 000€) = 5 427€
Impôt = 6 202€ - 5 427€ = 775€

En synthèse

Le maintien de vos versements va vous permettre :

  • D’éviter de vous faire pénaliser fiscalement
  • D’éviter la remise en cause des déductions antérieures
  • De continuer à vous constituer un complément de retraite
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
La solution MACSF
Retraite Madelin

La constitution d'une retraite complémentaire associée à une fiscalité avantageuse.

À lire aussi

Le 14.11.2018 par logo les échos

Près d'un retraité sur deux a surestimé le montant de sa pension

La majorité des retraités méconnaissent l'impact de leur choix de vie sur leur pension, montre un sondage OpinionWay pour l'Agirc-Arrco.

Le 31.10.2018 par logo les échos

La réforme de l'épargne retraite avance à pas comptés

Des points clefs de la réforme censée doper les encours de l'épargne retraite en France ne seront pas figés avant l'année prochaine.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×