Bien préparer sa retraite

Le 18.01.2017

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

La retraite peut parfois s’accompagner d’une baisse de revenus. Pour garantir son niveau de vie, la meilleure stratégie consiste donc à épargner pour ses vieux jours, au fil du temps. Et pour cela, différentes solutions existent. Présentation des principales.

Le contrat Madelin

Ce dispositif est réservé aux travailleurs non salariés (TNS). Il permet de profiter d’un complément de revenu, versé à l’épargnant sous la forme d’une rente viagère, à partir de son départ à la retraite, à l’âge légal.

Une fois ouvert, le contrat Madelin doit être alimenté régulièrement jusqu’à sa liquidation au départ à la retraite. Des versements annuels sont ainsi obligatoires. Leur montant dépend de la classe de cotisation choisie par l’épargnant, chaque classe se trouvant indexée sur le plafond annuel de la Sécurité Sociale. En complément, des versements libres sont autorisés. Néanmoins, le total des cotisations versées (obligatoires et libres) ne doit pas dépasser 15 fois la cotisation plancher de la classe retenue. Sachez enfin qu’un retrait anticipé des sommes cotisées est impossible, sauf exception (invalidité, décès du conjoint ou du partenaire pacsé…).

Les versements sur le contrat Madelin ouvrent droit à des avantages fiscaux non négligeables. Plus précisément, les cotisations peuvent être déduites du revenu professionnel imposable (dans la limite de certains plafonds). La rente restant, quant à elle, soumise à l’impôt sur le revenu, après un abattement de 10% et aux prélèvements sociaux à 7,4%.

Le plan d’épargne retraite populaire (Perp)

Le Perp est une solution d’épargne à long terme, ouverte à tous. Il offre lui aussi la possibilité de se constituer une source de revenu complémentaire à l’âge de la retraite. Le principe : l’épargnant alimente son contrat en effectuant des versements libres ou programmés, sans condition de montant. Au moment de sa retraite, le souscripteur profite alors d’un droit à rente viagère. Par exception, il est possible, selon les cas, de recevoir jusqu’à 20% de ses droits en capital.
Comme avec le contrat Madelin, le capital investi est bloqué pendant la phase d’épargne, sauf exception (invalidité, décès du conjoint ou du partenaire de PACS…). Et, autre  avantage, les sommes versées peuvent être déduites du revenu imposable (dans la limite d’un plafond global).
Comme pour le contrat Madelin la rente viagère versée sera  soumise à l’impôt sur le revenu, après un abattement de 10% et aux prélèvements sociaux à 7,4%. La sortie en capital à hauteur de 20% peut  sur option bénéficier d’un prélèvement forfaitaire à 7,5% à la place de l’impôt sur le revenu.

L’assurance vie

L’assurance vie consiste à effectuer des versements , investies sur les supports de son choix, en vue d’obtenir un capital ou une rente. Contrairement aux solutions Perp et Madelin, elle offre la possibilité de racheter son épargne à tout moment, y compris avant les 8 ans de détention à partir desquels la fiscalité est la plus favorable. Ainsi, dans une logique de retraite, l’épargnant peut mettre en place des rachats partiels programmés qui apportent une solution de revenus récurrente, avec un coût fiscal marginal.

Deux types de contrats sont possibles : en euros ou multisupport (composé de fonds en euros et d’unités de compte – actions, immobilier…).

L’assurance vie en euros, en garantissant le capital, offre une grande sécurité. Mais ses rendements, certes supérieurs à ceux des placements bancaires réglementés, sont de moins en moins rémunérateurs en raison de la baisse du taux d’intérêt.

Pour valoriser davantage son capital, l’épargnant peut donc diversifier son contrat et s’orienter vers une assurance vie multisupport. En intégrant les unités de comptes à son contrat, il accède alors à un large choix d’investissements, entre lesquels il peut répartir librement ses versements, selon le profil de risque et l’horizon de placement (moyen ou long terme) qu’il privilégie. Il est important de souligner que le capital versé n’est alors pas garanti (hors fonds en euros). Il peut donc être conseillé, dans le cadre d’une épargne pour sa retraite, de choisir les actifs les plus risqués en début de contrat, puis de réduire progressivement le niveau de risque à l’approche de l’échéance, pour sécuriser son complément de revenu.

Prendre un rendez-vous avec un conseiller MACSF

envoyer un email envoyer un email Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
Retraite Madelin

La constitution d'une retraite complémentaire associée à une fiscalité avantageuse.

PERP

Un complément de revenus garanti à la retraite dans un cadre fiscal attractif.

Assurance vie

La constitution et la gestion de votre épargne en souplesse, dans un cadre fiscal privilégié.

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 25.11.2016 par logo les échos

Les réponses aux 7 questions essentielles sur la retraite

Comprendre les principaux mécanismes qui régissent les retraites que chacun est en droit de percevoir est plus que jamais indispensable. S'y intéresser de près permet de piloter au...

Le 23.12.2016 par logo les échos

Retraites : l'effet massif des droits familiaux

Neuf femmes sur dix ont droit à une majoration de durée d'assurance et parfois à l'un des deux autres avantages spécifiques aux mères de famille.

Le 06.01.2017 par logo les échos

Emploi des seniors : ce qu'a changé la retraite à 62 ans

Le report de l'âge de départ en retraite a accru le taux d'emploi des seniors. Mais il n'a pas eu d'effet d'entraînement pour les seniors au chômage.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×