Crédit immobilier : des Français mal informés sur l’assurance emprunteur

Le 04.04.2018

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Depuis le 1er janvier 2018, le droit de résilier chaque année son assurance emprunteur est ouvert à tous les détenteurs de crédit immobilier.

Mal informés sur la récente possibilité de résilier annuellement l’assurance emprunteur adossée à leur crédit immobilier, une minorité de Français optent aujourd’hui pour une couverture différente de celle proposée par leur banque.

Depuis la loi Lagarde en 2010, l’ouverture à la concurrence de l’« assurance emprunteur » n’a pas été un long fleuve tranquille. Réalisée étape par étape, cette ouverture du marché est devenue pleine et entière au 1er janvier 2018 : tous les titulaires d’un crédit immobilier - quelle que soit la date à laquelle ils l’on contracté - peuvent depuis changer d’assurance emprunteur à chaque date anniversaire de leur contrat, c’est-à-dire tous les ans.
 

> Lire aussi : Changer d’assurance emprunteur : mode d’emploi

 

Dans ce contexte de changement législatif, un sondage réalisé par Opinion Way pour le courtier MeilleurTaux s’est intéressé au niveau de connaissance et à l’intérêt que les emprunteurs immobiliers portent à ce produit. Et il semblerait que les Français ont eu du mal à en suivre les différentes évolutions.
 

Des emprunteurs dans le flou…

 
A la question « piège » (l’assurance d’un crédit immobilier est obligatoire), « avez-vous souscrit une assurance pour votre crédit ? », 82 % des sondés répondent par l’affirmative. 18 % répondent « non » ou déclarent ne pas savoir s’ils en détiennent une. « Ce sont surtout les moins de 35 ans qui sont les plus nombreux à penser ne pas en avoir, alors qu’ils représentent la catégorie qui aurait le plus intérêt à prêter attention à son coût lorsqu’ils s’engagent dans un crédit immobilier », remarque Maël Bernier, directrice de la communication de MeilleurTaux.

Parmi les 82 % qui savent avoir souscrit une assurance avec leur emprunt immobilier, 84 % ont pris celle de leur banque. Si l’on ajoute à ce chiffre la part des sondés ignorant en détenir une, « dont il y a fort à parier qu’ils ont pris celle de la banque sans même s’en rendre compte », précise Maël Bernier, cela signifie qu’il y a encore près de 9 Français sur 10 qui prennent l’assurance proposée par la banque prêteuse plutôt qu’une assurance alternative.
 

... mais prêts à changer de crèmerie

 
L’enquête pointe aussi du doigt la méconnaissance des Français concernant le coût mensuel de l’assurance emprunteur : un tiers des interrogés ignorent le montant dont ils s’acquittent tous les mois, et près de la moitié ne connaissent pas le taux de leur assurance.

Interrogés sur le cadre légal actuel de l’assurance emprunteur, la plupart des sondés sont dans le flou : 35 % déclarent être au courant du droit à la résiliation annuelle de leur couverture mais ne savent pas à partir de quand. 12 % seulement savent que c’est possible depuis le 1er janvier 2018, un manque de clarté peu étonnant vu le feuilleton législatif qu’a connu l’assurance emprunteur ces huit dernières années.

Plus de la moitié des personnes interrogées seraient en tout cas prêtes à faire jouer la concurrence si le changement d’assurance emprunteur leur permettrait de réaliser des économies. Et 31 % pourraient opter pour une assurance déléguée à la condition que la démarche ne soit pas trop compliquée !

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Nos solutions MACSF
Assurance prêt immobilier

Une assurance de prêt adaptée à votre activité de professionnel de santé. 

À lire aussi

Le 19.06.2018 par logo les échos

Immobilier : 40 % de Français aimeraient acheter une résidence secondaire

Le marché des résidences secondaires pourrait-il se réveiller ? Selon un sondage, 4 Français sur 10 ne possédant pas encore de résidence secondaire souhaiteraient en acquérir une.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×