Garde d'enfants : les tarifs ont encore augmenté cette année

Le 28.08.2017 par LES ECHOS

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Les frais de garde d'enfants sont supérieurs en moyenne de 2,63% par rapport à 2016, selon une étude de Yoopies. Malgré une réduction des écarts régionaux, de fortes disparités subsistent.

Faire garder ses enfants coûte encore plus cher. Selon le rapport annuel réalisé par la plateforme Yoopies, le tarif net moyen de garde d'enfants est supérieur cette année de 2,63% comparé à 2016.

Dans l'ensemble du pays, il atteint ainsi 8,99 euros de l'heure, soit près de 14,67 euros charges incluses.

C'est la cinquième année consécutive que cette plateforme numérique, qui met en relation familles et gardes d'enfants, publie cette étude basée sur les tarifs pratiqués par les baby-sitters inscrits dans sa base de données (au nombre de 647.000 selon son président-fondateur, Benjamin Suchar). Et selon l'étude, les tarifs augmentent chaque année (+1,27% à la rentrée 2016).

La Corse devant l'Ile-de-France

Les tarifs « s'équilibrent en France avec seulement 4% d'écart d'une région à l'autre contre 12% en 2016 », constate le rapport.

L'étude inclut cette année la Corse qu'elle n'avait pas intégrée les années précédentes. C'est sur cette île que les parents déboursent le plus, versant un salaire net moyen estimé à 9,24 euros de l'heure, devant l'Ile-de-France (9,09 euros, en baisse de 1,5%).

Malgré un resserrement de l'écart entre les différentes régions, de fortes disparités subsistent : à Douvaine, en Haute-Savoie, le salaire explose par exemple tous les records avec 14,24 euros net de l'heure.

A Val d'Isère et à Saint-Tropez, les tarifs sont là aussi bien plus élevés que la moyenne avec respectivement 13,17 euros de l'heure et 12,57 euros. A l'inverse, à Cholet (Maine-et-Loire), les parents payeront leur garde d'enfants « seulement » 7,81€ de l'heure.

Si la région Pays-de-la-Loire est celle où les prix sont les moins élevés de France, avec 8,87 euros net de l'heure, c'est aussi là-bas qu'on observe leur plus forte hausse : +7,33% en un an.

Lourdeur administrative

En 2016, la hausse des tarifs nets avait été compensée par des allègements de charges pour les activités de services à la personne à domicile. Mais cette année, le tarif moyen, charges incluses, a également augmenté : +3,2% à 14,67 euros.

Les familles peuvent bénéficier d'aides de la CAF pour faire garder leurs jeunes enfants, auxquelles s'ajoutent des aides locales.

Pour le fondateur de Yoopies, Benjamin Suchar, « il faut changer complètement de paradigme » pour enrayer la hausse des tarifs, augmenter le recours à l'emploi à domicile et éviter le travail au noir. Le secteur doit être « adapté à la révolution numérique », estime-t-il.

Le rapport déplore notamment « la lourdeur administrative de l'emploi entre particuliers », ce qui « empêche ces mesures d'être efficaces ».

« L'emploi entre particuliers est le grand absent du débat sur la loi travail : légalement, si une famille souhaite avoir recours à une baby-sitter pour une journée, elle est obligée de signer un CDI et devrait en respecter les règles : visite médicale obligatoire, prévoir une période d'essai et la rompre à l'issue de la journée de garde, calculer les congés payés, etc. !», explique Benjamin Suchar dans son étude.

Créer « des dizaines de milliers » d'emplois

Benjamin Suchar regrette par ailleurs que les frais facturés par la plateforme aux familles pour les mettre en relation avec des gardes d'enfants (1 euro de l'heure) ne soient pas éligibles au crédit d'impôt de 50% dont elles bénéficient sur les salaires qu'elles versent.

Plusieurs dirigeants patronaux ont plaidé récemment pour une réforme dans le secteur des services à la personne qui permettrait, selon eux, de créer des "dizaines de milliers" d'emplois en quelques mois sans peser sur les finances publiques, proposant un mécanisme qui permettrait d'avancer le crédit d'impôt aux ménages. C'est aussi une demande récurrente de la Fepem (particuliers-employeurs).

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 13.11.2017 par logo les échos

Emploi à domicile : Bercy veut avancer le paiement des crédits d'impôt

La mise en place du prélèvement à la source relance les réflexions sur le crédit d'impôt pour l'emploi à domicile. Le gouvernement cherche comment faire bénéficier de l'avantage fiscal...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×