Placements atypiques : comment investir dans le vin ?

Le 23.08.2018

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Investir dans le vin est une manière intéressante de diversifier son épargne. Décorrélé des marchés financiers, ce placement doit être envisagé comme un investissement « plaisir », réservé aux amateurs du breuvage.

Avez-vous pensé à investir dans le vin pour diversifier votre épargne ? Réservé toutefois aux amateurs, cet investissement plaisir est à envisager sur du long terme. Quelques pistes pour se lancer.

Actif tangible, se valorisant avec le temps, le vin est un investissement de plus en plus couru. Depuis 2007, son indice de référence, le WineDex 100, qui permet de mesurer la variation des cours des 100 plus grands crus français, affiche de belles promesses de rentabilité. En 11 ans, celui-ci a augmenté de 158,65% (janv. 2007-janv.2018). Toutefois, la rentabilité de ces crus est extrêmement variable. Le vin est classé dans la catégorie des « placements atypiques » par l’Autorité des marchés financiers, cet investissement doit être envisagé comme un outil de diversification qui ne doit pas dépasser plus de 5% de votre épargne.

Pour se lancer dans les bons crus, plusieurs solutions s’offrent à vous :

Investir dans l’achat de bouteilles de vin (en ligne, aux enchères, chez le producteur…)

Pour qui ? Les connaisseurs uniquement.

Le principe. L’achat de bouteilles de vin est la solution d’investissement la plus simple « sur le papier », puisqu’elle se passe de tout intermédiaire : c’est vous qui constituez vous-même votre cave d’investissement, en achetant les crus que vous souhaitez. C’est aussi la solution la plus risquée : elle demande non seulement de suivre l’évolution des cours, d’être équipé d’une bonne cave pour stocker vos achats dans des conditions optimales (ou d’en prévoir les frais, dans le cas contraire), mais en outre d’être déjà connaisseur des breuvages (les contrefaçons ne sont pas rares).

Les acteurs. Pour les vins en primeurs, outre les salons et foires ouverts au public ainsi que l’achat en direct chez le producteur pour les amateurs de route des vins, plusieurs sites de vente en ligne jouissent d’une bonne réputation comme Lavinia, Millésima, Vinatis et WineandCo. Vous pouvez aussi vous approvisionner via les sites de vente privée : leur catalogue est plus limité car il n’y a pas de stock, mais ces sites proposent des offres compétitives à des prix négociés en direct chez le producteur. C’est le cas du généraliste Vente-Privée, mais aussi de 1jour1vin et Ventealapropriété. Enfin, hors primeurs, c’est principalement en fréquentant les salles d’enchères que vous pourrez vous procurer les crus les plus recherchés : Artcurial, Christie’s, Sotheby’s, et, le spécialiste en ligne, iDealwine.

Le ticket d’entrée. Absolument variable. Tout dépend de votre budget. A partir de quelques dizaines d’euros pour certains primeurs… jusqu’à des sommes astronomiques ! Les bouteilles les plus cotées du monde s’échangent entre 100 000 et plus de 200 000 euros l’unité. L’éventail budgétaire est donc large !

Investir dans le vin avec les caves « patrimoniales »

Pour qui ? Pour les investisseurs prudents et les non spécialistes. 

Le principe. Un peu comme pour des fonds financiers, vous confiez la constitution et la gestion de votre cave à des spécialistes qui vous aident à composer votre « gamme » de bouteilles, les stockent pour vous, et gèrent l’horizon d’investissement de chacune d’entre elles selon le profil de risque que vous aurez préalablement choisi. Le placement est liquide à plus d’un titre : vous restez propriétaire des bouteilles et pouvez en disposer quand vous voulez, les vendre mais aussi les boire.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.

Ces caves clés en mains présentent l’avantage d’avoir accès à des bouteilles très difficiles à obtenir, et de bénéficier d’une expertise de grande qualité.

Les acteurs. Ils sont nombreux et proposent des offres plus ou moins spécialisées (sélection de grands crus ou primeurs, vins régionaux…). Les plus connus sont Cavissima, LaCavePatrimoniale, Patriwine, Uwine…

Ticket d’entrée. Relativement élevé (plusieurs milliers d’euros chez la plupart des acteurs).

Investir dans le vin et alléger son ISF avec les Groupements fonciers viticoles

Pour qui ? Pour les amateurs, et les investisseurs à la recherche d’une optimisation fiscale.

Le principe. A moins de disposer de très gros moyens pour acheter un vignoble (en AOP, le prix moyen de l’hectare s’élevait à 143 900 € en 2017), investir dans un groupement foncier viticole vous permet d’accéder à des parts d’une SCI qui investit les fonds dans des parcelles de vignes. L’exploitation est confiée à un viticulteur dans le cadre d’un bail longue durée. Le rendement de l’investissement n’est pas astronomique (entre 1 et 3% par an selon les GFV) mais chaque année, la quote-part des loyers vous revenant vous est reversée en argent… et/ou en bouteilles de vin ! Autre avantage : pour les épargnants assujettis à l’IFI, les parts de GFV sont exonérées à hauteur de 75% jusqu’à 101 897 € et à 50% au-delà. Les parts bénéficient de ces mêmes niveaux d’exonération en matière de droits de donation-succession sous certaines conditions*.

Les acteurs. GFV Saint-Vincent, Idia Capital Investissement et Vinea Transactions sont les plus réputés.

Ticket d’entrée. A partir de 5000 euros jusqu’à plus d’une centaine de milliers d’euros pour les parts les plus onéreuses.

*Les associés du GFV doivent répondre indéfiniment des dettes sociales à proportion de leurs parts dans le capital, le GFV doit s’interdire l’exploitation en faire-valoir direct, l’exploitation des biens agricoles doit faire l’objet d’un bail long terme de minimum 18 ans, les parts doivent être détenues pendant au moins deux ans par le donateur ou le défunt, et doivent être conservées pendant cinq ans par le donataire, l’héritier ou le légataire à compter de la transmission à tire gratuit.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Offre spéciale Château Lascombes

Réservée aux sociétaires MACSF

Château Lascombes

Tout au long de l’année, les sociétaires MACSF peuvent profiter en exclusivité de tarifs privilégiés sur les vins du Château Lascombes.

À lire aussi

Le 18.09.2018 par logo les échos

La baisse de la fiscalité jugée prioritaire par les Français

La réduction de la dette et des déficits publics n'arrive qu'en troisième position des priorités économiques qui doivent s'imposer au gouvernement, selon un sondage réalisé par OpinionWay...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×