La Météo financière - édition spéciale 1er semestre 2019

Le 18.06.2019 par Roger Caniard
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Retour sur le 1er semestre 2019, analyse détaillée du mois passé et recommandations d'investissement : la Météo financière c'est ici.

Le 1er semestre 2019 résumé en vidéo

Performance des profils et des unités de compte*

Données au 31/05/2019

Météo des UC mai 2019
Légende météo des UC

Voir tous les supports et leurs performances

* Il existe un risque de perte en capital sur les supports libellés en unités de compte. Les montants investis sur ces supports ne sont pas garantis mais sont sujets à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers.Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Ces données ne sauraient constituer un acte de conseil et ne revêtent qu’un caractère informatif. Elles ne sauraient engager la responsabilité du groupe MACSF. Avant tout investissement, veillez à bien définir votre profil d'épargnant avec votre conseiller. 

Que retenir du mois de mai ?   

En mai, les indices boursiers mondiaux ont interrompu brutalement leur marche haussière qui les avait portés vers de nouveaux sommets. La multiplication par Donald Trump des fronts commerciaux (Chine, Mexique, Europe) et la riposte chinoise (taxes, menaces sur l’industrie des terres rares...) ont ravivé les craintes des investisseurs sur l’activité mondiale et poussé les banques centrales à renforcer leur biais accommodant.

La croissance globale résiste (+3,3% en rythme annualisé au premier trimestre) grâce à la vigueur de la demande des ménages et du secteur des services. Pour autant, le retour des tensions sino-américaines a accentué les risques pesant sur le commerce et les perspectives de croissance globale, particulièrement concernant l’activité industrielle plus exposée à une baisse des échanges. Les indicateurs avancés (PMI Manufacturier) sont restés mal orientés en mai pour le 13e mois consécutif, notamment en Chine, contraignant les autorités à prendre de nouvelles mesures de soutien, et surtout aux Etats-Unis où ils ont atteint un plus bas depuis 2009. Les secteurs industriels de nombreux pays sont désormais en zone de contraction notamment en zone euro et au Japon et une contagion aux services paraît probable. Aux Etats-Unis, la consommation devient hésitante et les derniers chiffres de l’emploi ont déçu, accentuant les doutes sur la pérennité du cycle économique.

Ces signaux de modération conjoncturelle ajoutés aux faibles pressions inflationnistes et au changement de ton des banques centrales ont entraîné une nouvelle très nette détente des taux d’intérêt. En Europe, les taux européens évoluent à des niveaux proches de leurs plus bas niveaux historiques : 0,10% pour l’emprunt d’Etat français à 10 ans alors que l’emprunt d’Etat allemand s’enfonce en territoire négatif autour de -0,25% ! La Réserve fédérale américaine a de son côté ouvert la porte à la possibilité de baisser ses taux entraînant le rendement à 10 ans aux Etats-Unis à un plus bas depuis 2016.

Les indices d’actions ont certes reflué, mais grâce à un rebond modéré ces derniers jours, continuent d’afficher de solides performances sur l’anné : les principaux indices d’actions émergentes, européennes et américaines progressent entre 9% et 15% depuis le début de l’année.

 

Repères mai 2019

Notre approche

Dans ce contexte, nous n’effectuons pas de changement dans nos recommandations, qui restent par conséquent globalement prudentes. Même si les valorisations des actions apparaissent plus raisonnables, le risque nous semble encore asymétrique face aux fortes incertitudes pesant sur l’économie mondiale, au premier rang desquelles celles liées aux tensions commerciales qui rythmeront durablement la confiance des agents économiques. Nous redoutons ainsi les risques de déception à court terme en cas d’absence d’avancée significative dans les négociations entre la Chine et les Etats-Unis au sommet du G20. D’autre part, les attentes des investisseurs vis-à-vis des baisses de taux par la Réserve fédérale nous semblent très élevées alors même que les risques de récession demeurent assez faibles.

En Europe, d’autres sources potentielles de volatilité persisten :  le bras de fer entre Bruxelles et Rome en matière de politique budgétaire, qui devrait aussi s’intensifier dans la perspective de probables élections anticipées, la fragilité de la coalition au pouvoir en Allemagne et l’absence de visibilité sur le Brexit.

Nos recommandations UC

Fonds d’actions

  • Nous restons par conséquent neutres sur les actions européennes (Médi Actions). Elles apparaissent moins chères que les actions américaines mais plus exposées à une extension des tensions commerciales (automobile en particulier) avec une Banque centrale européenne qui aura moins de marges de manœuvre que la Réserve fédérale.
  • Nous maintenons notre avis positif sur les valeurs internationales de croissance de qualité à dividendes élevés (DWS Top Dividende), qui ont encore très bien résisté dans l’épisode de hausse de volatilité récent et affichent une très solide performance cette année.
  • Même si les actions émergentes (Médi Emergents) apparaissent plus exposées au risque protectionniste, nous conservons un biais positif à moyen terme pour leurs intérêts fondamentaux croissants (valorisation relative, baisse des taux de la Fed, affaiblissement du dollar, écart de croissance favorable).
  • Nous restons aussi favorables aux actions du secteur des Biotechnologies (Candriam Equities Biotechnology) qui ont sous-performé cette année en dépit de la publication de résultats solides et de meilleures perspectives de croissance.

Fonds patrimoniaux

  •  Parmi les fonds patrimoniaux, nous conservons notre préférence pour pour JPMorgan Global Income, dont la thématique "actifs de rendement" a bénéficié de l’environnement de taux d’intérêt, de la très bonne tenue des actions et des primes de risque de crédit, et qui n’est pas exposé au risque de change.

Gérer mon épargne

(1) Performance annuelle nette de frais de gestion et de frais de garantie plancher et brute de prélèvements sociaux, calculée sur la base d’une prime nette directement investie sur le profil au 1er janvier avec une rémunération de 2,00% nette sur le fonds en euros.

(2) Pour les UC : Performance annuelle depuis le 31/12/2018, au 31/05/2019, brute de frais de gestion, de frais de garantie plancher et de prélèvements sociaux.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
L’auteur

Roger Caniard

Diplômé de Dauphine (Maîtrise), de Sciences-Po (DESS) et de l'ESCP (Master), Roger Caniard débute sa carrière comme analyste financier. Après un passage à La Mondiale (gestion actions) et chez KBL (banque conseil en fusion acquisition), il rejoint la MACSF en 1995. Depuis 2014, il est directeur financier, membre du comex.

Les solutions MACSF
RES Multisupport

Le RES Multisupport vous permet d'investir sur une gamme de supports en euros et/ou en unités de compte simple, complète et performante.

Gamme financière MACSF

Fonds en euros, SCPI, unités de compte... La gamme de supports financiers MACSF est diversifiée, complète et sélective.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×