La Météo financière - avril 2019

Le 17.04.2019 par Roger Caniard
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Tout ce qu'il faut retenir des marchés ce mois-ci, les impacts sur nos supports en unités de compte et les recommandations MACSF.

L'essentiel en vidéo

L'analyse financière du mois passé (mars 2019) : les banques...centrales

Le premier trimestre 2019 s’est achevé sur de très solides performances boursières, les indices mondiaux effaçant l’essentiel des pertes enregistrées au dernier trimestre 2018.

L'actualité des marchés

Les actions américaines et émergentes enregistrent ainsi leurs meilleures performances trimestrielles depuis 2009, avec respectivement + 15,39% et +11,82% (en €). Avec +11,67%, les actions européennes s’adjugent leur meilleur trimestre depuis quatre ans, même si le mois de mars a été moins porteur que les deux précédents en raison d’inquiétudes sur le ralentissement conjoncturel et les incertitudes liées au Brexit.

Cette euphorie s’est appuyée sur le regain d’optimisme des investisseurs au sujet des risques politiques mais surtout sur le ton toujours plus accommodant des banques centrales, confrontées à la dégradation des perspectives économiques. Le changement radical de discours de la Réserve Fédérale, qui a assuré de sa volonté de faire une pause durable dans son cycle de resserrement monétaire, et les signaux forts envoyés par la Banque Centrale Européenne et la Banque Centrale Chinoise ont ainsi accentué le mouvement de baisse des rendements obligataires. Le taux 10 ans français termine le trimestre à 0,32%, un plus bas depuis septembre 2016. De son côté, le taux à 10 ans allemand est repassé temporairement en territoire négatif à un niveau proche de -0.10%.

Sur le front macroéconomique, si la dynamique de la croissance mondiale reste donc orientée à la baisse, les craintes sur l’ampleur du ralentissement se sont estompées ces dernières semaines. Le FMI a abaissé sa prévision à 3,3% (-0,2%) pour l’année 2019 mais conservé son estimation de 3,6% en 2020. L’Europe et plus particulièrement l’Allemagne qui est pénalisée par le ralentissement de la demande extérieure, mais la demande intérieure devrait résister grâce à la bonne santé du marché du travail et au repli de l’inflation. Des signes de stabilisation en Chine apparaissent grâce aux premiers effets des soutiens budgétaires et monétaires des autorités. Enfin, la croissance américaine devrait ralentir avec la fin du stimulus budgétaire mais rester solidement ancrée au-dessus de 2% grâce notamment à l’apaisement attendu des tensions commerciales.

n accord, qui constituerait une véritable rupture par rapport à l’environnement géopolitique de fin d’année, semble désormais en vue dans les semaines à venir. La Chine prévoit désormais de s’ouvrir plus largement aux produits américains, avec une hausse des achats de denrées agricoles et la baisse de taxes sur certains produits manufacturés américains. Par ailleurs, le scénario du Brexit a également dominé l’actualité sans toutefois sembler influer sur les marchés internationaux.  Les investisseurs ne semblent pas croire à la possibilité d’une sortie brutale du Royaume-Uni.

 

Notre approche

Après ce fort rebond de l’ensemble des classes d’actifs, nous réitérons notre recommandation de relative prudence. Si les marchés se sont logiquement ajustés rapidement aux nouvelles orientations des banques centrales, ils ont aussi très fortement réagi à l’accalmie sur les tensions politiques et commerciales. Pour autant, nous considérons que leurs résolutions demeurent incertaines et présentent des risques asymétriques. Surtout, nous attendons la confirmation d’une amélioration des résultats des entreprises, l’essentiel de la hausse s’était traduit par une inflation des multiples de valorisation

 

Repères mars 2019

 

La Météo des UC 

Performance des profils et des unités de compte*

Données au 29/03/2019

Météo des UC avril 2019
Légende météo des UC

Voir tous les supports et leurs performances

* Il existe un risque de perte en capital sur les supports libellés en unités de compte. Les montants investis sur ces supports ne sont pas garantis mais sont sujets à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers.
Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Ces données ne sauraient constituer un acte de conseil et ne revêtent qu’un caractère informatif. Elles ne sauraient engager la responsabilité du groupe MACSF. 
Avant tout investissement, veillez à bien définir votre profil d'épargnant avec votre conseiller. 

Nos recommandations UC

Fonds d’actions

  • Après une forte progression au premier trimestre (+11,43%), nous conservons notre recommandation de prudence sur le marché d’actions européennes (Médi Actions). Les risques politiques sont toujours présents, et l’incertitude concernant le Brexit demeure avec son report au 30 octobre 2019. La BCE a conservé son ton accommodant, ce qui devrait permettre d’éviter un fort ralentissement de l’économie européenne, mais les perspectives de croissance des résultats sont faibles.
  • DWS Top Dividende confirme son rôle défensif, avec une performance de +10,50% depuis le début de l’année. Le fonds profite pleinement de son exposition sur des valeurs défensives du secteur de la santé, de la communication, ou encore de l’énergie, depuis le début de l’année.
  • Nous restons positifs sur le marché des actions émergentes, via notre support Médi Emergents, qui a réalisé un très bon premier trimestre 2019, en surperformant son indice de référence (MSCI Emerging Market) de +1,74%. La croissance chinoise reste le principal moteur des pays émergents. Les récents soutien monétaire et assouplissement budgétaire devraient permettre de soutenir la croissance chinoise aux alentours de 6%. Les nouveaux développements sino-américains continuent d’être sur la bonne voie. La pause dans le resserrement des politiques monétaires (BCE et Fed) est également un facteur favorable pour les pays émergents. 
  • Nous maintenons notre conviction concernant les actions du secteur des Biotechnologies grâce à notre support Candriam Equities Biotechnology. Après une très forte performance sur les deux premiers mois de l’année, le marché des biotechnologies a connu un léger repli sur le mois de mars notamment impacté par l’échec du traitement contre la maladie d’Alzheimer développé par Biogen (les essais cliniques de phase 3 ont permis de conclure que le traitement avait peu de chance d’être probant). Deux grands cabinets de conseil ont également émis un avis positif concernant la fusion de Celgene et Bristol. Les valorisations sont raisonnables et le rythme soutenu des innovations permet de conserver une vue positive sur le secteur.
  • Nous maintenons notre recommandation positive sur Pictet GMS, investi sur les actions de sociétés exposées à des thèmes prometteurs, soutenus par une forte dynamique de croissance à long terme. Le fonds a surperformé l’indice MSCI World sur le premier trimestre 2019, de +1,04%. Les principaux contributeurs ont été la robotique, la sécurité, la ville intelligente, les énergies propres, le numérique et l’eau.

Fonds patrimoniaux

  • Parmi les fonds patrimoniaux, nous préférons JPMorgan Global Income, fonds patrimonial très diversifié en termes de classes d’actifs et de zones géographiques, investi essentiellement dans un portefeuille de titres générateurs de revenu, et à un degré moindre DNCA Eurose, fonds patrimonial diversifié investi exclusivement en valeurs européennes. Ces deux supports profitent de la forte progression des marchés actions depuis le début de l’année.

Gérer mon épargne

 

(1) Performance annuelle nette de frais de gestion et de frais de garantie plancher et brute de prélèvements sociaux, calculée sur la base d’une prime nette directement investie sur le profil au 1er janvier avec une rémunération de 2,00% nette sur le fonds en euros.

(2) Pour les UC : Performance annuelle depuis le 31/12/2018, au 29/03/2019, brute de frais de gestion, de frais de garantie plancher et de prélèvements sociaux.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
L’auteur

Roger Caniard

Diplômé de Dauphine (Maîtrise), de Sciences-Po (DESS) et de l'ESCP (Master), Roger Caniard débute sa carrière comme analyste financier. Après un passage à La Mondiale (gestion actions) et chez KBL (banque conseil en fusion acquisition), il rejoint la MACSF en 1995. Depuis 2014, il est directeur financier, membre du comex.

Les solutions MACSF
RES Multisupport

Le RES Multisupport vous permet d'investir sur une gamme de supports en euros et/ou en unités de compte simple, complète et performante.

Gamme financière MACSF

Fonds en euros, SCPI, unités de compte... La gamme de supports financiers MACSF est diversifiée, complète et sélective.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×