La Météo financière - mai 2019

Le 15.05.2019 par Roger Caniard
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Tout ce qu'il faut retenir des marchés ce mois-ci, les impacts sur nos supports en unités de compte et les recommandations MACSF.

L'essentiel en vidéo

L'analyse financière du mois passé (avril 2019) : Game of Thrones

Après un premier trimestre très solide, les indices d’actions ont encore sensiblement progressé en avril, confortés par les publications de statistiques macroéconomiques meilleures qu’attendues et des résultats d’entreprises positifs des deux côtés de l’Atlantique. Cette hausse a été assez homogène dans les pays développés, avec 4,86% et 3,97% respectivement pour les marchés européens et américains sur le mois. Les marchés émergents ont de leur côté légèrement sous performé, pénalisés par le raffermissement du dollar sur le mois, et les tensions politiques au Brésil et en Argentine.

L'actualité des marchés

Rassurés depuis le début de l’année par le ton plus accommodant des banques centrales, les investisseurs ont surtout salué en avril les bonnes surprises en provenance des entreprises. Aux Etats-Unis, 77% de sociétés du S&P500 ont publié des chiffres supérieurs aux attentes (contre 70% en moyenne ces quatre dernières années) principalement dans la technologie, la communication et la consommation. En Europe, publications ont fait état d’une baisse des résultats moins forte qu’anticipé. Le sentiment des marchés a aussi bénéficié de la publication de chiffres de croissance de l’activité pour le premier trimestre 2019, supérieurs aux attentes aux Etats-Unis (3,2% en annualisé contre 2,5% attendus), en zone euro (0,4% contre 0,3% attendus sous l’effet notamment de la sortie de récession de l’Italie), et en Chine (6,4% en annualisé contre 6,3% attendus grâce notamment aux premiers effets des mesures de relance).

Cet optimisme général a toutefois montré quelques signes d’essoufflement ces dernières semaines avec le retour des inquiétudes liées aux perspectives de ralentissement, au ton plus ferme de la Réserve fédérale et aux tensions commerciales.

En Europe, les indicateurs avancés d’activités PMI ont cette fois surpris à la baisse ravivant notamment les craintes concernant l’économie allemande. Aux Etats-Unis, si la demande intérieure a montré quelques signes de fléchissement, la vigueur générale de l’activité, l’excellente tenue du marché de l’emploi et quelques tensions salariales ont conduit Jérôme Powell à adopter un discours moins accommodant que prévu. Les taux souverains américains et européens ont rebondi par rapport à leurs plus bas enregistrés en mars, le rendement à 10 ans de l’emprunt d’Etat français évoluant autour de 0,35%. Toutefois, les investisseurs ont surtout réagi au regain d’incertitudes sur le front des négociations commerciales sino-américaines suite à la décision surprise de l’administration Trump d’augmenter les droits de douane sur 200 milliard de dollars de produits chinois.

Notre approche

Malgré cette correction récente des indices, nous ne modifions pas à ce stade le biais prudent de nos recommandations. Le risque lié aux tensions commerciales nous semble encore asymétrique (potentiel de baisse plus élevé en cas de rupture des négociations que celui du rebond en cas de solution). Par ailleurs, d’autres facteurs potentiels d’incertitudes persistent sans toutefois focaliser l’attention des investisseurs : élections européennes et nominations au sein des institutions (BCE, Commission européenne), et bien sûr absence de résolution sur le Brexit. Enfin, nous considérons que l’ampleur et la rapidité de la hausse récente des indices, particulièrement concentrée sur certaines sociétés bien valorisées, constituent un facteur supplémentaire de fragilité.

 

Repères avril 2019

 

La Météo des UC 

Performance des profils et des unités de compte*

Données au 30/04/2019

Météo des UC mai 2019
Légende météo des UC

Voir tous les supports et leurs performances

* Il existe un risque de perte en capital sur les supports libellés en unités de compte. Les montants investis sur ces supports ne sont pas garantis mais sont sujets à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers.
Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Ces données ne sauraient constituer un acte de conseil et ne revêtent qu’un caractère informatif. Elles ne sauraient engager la responsabilité du groupe MACSF. 
Avant tout investissement, veillez à bien définir votre profil d'épargnant avec votre conseiller. 

Nos recommandations UC

Fonds d’actions

  • Médi Actions : la dégradation des perspectives de croissance, l’absence de visibilité sur le Brexit et la perspective de nouvelles tensions commerciales Europe/Etats-Unis nous conduisent à conserver notre approche prudente concernant les actions européennes qui ont déjà enregistré de très solides performances cette année.
  • DWS Top Dividende : après avoir significativement participé à la hausse des marchés, les valeurs de croissance de qualité à dividendes élevés des secteurs de la santé, de la communication, ou encore de l’énergie confirment leur rôle défensif dans cette phase de correction des marchés. 
  • Nous restons positifs en relatif sur le marché des actions émergentes, via notre support Médi Emergents, qui a réalisé un très bon premier trimestre 2019, en surperformant son indice de référence (MSCI Emerging Market) de +1,74%. Les valeurs chinoises ont constitué le principal moteur des marchés émergents grâce au soutien apporté à l’activité des mesures de soutien monétaire et budgétaire mise en œuvre par les autorités. Si la pause dans le resserrement des politiques monétaires (BCE et Fed) devrait rester favorable à la classe d’actifs, le retour des tensions commerciales a récemment pesé sur la performance relative. Une résolution restant l’issue la plus probable, nous pensons que les fondamentaux vont rester favorables aux actions émergentes.
  • Nous maintenons notre recommandation favorable aux actions du secteur des Biotechnologies et au support Candriam Equities Biotechnology. Après avoir affiché une performance très solide sur les deux premiers mois de l’année, le marché des biotechnologies a enregistré un fort repli en avril, contrastant avec la hausse des grands indices boursiers. Cette mauvaise performance relative est plus liée au contexte politique aux Etats-Unis qu’à des informations concernant les entreprises du secteur. En effet, dans la perspective des élections présidentielles de 2020, plusieurs potentiels candidats ont fait été de leurs projets de réduction des dépenses de santé, mettant notamment en péril le pouvoir de tarification des fabricants de médicament. Nous considérons que la probabilité d’aboutissement de ces projets reste faible et préférons nous focaliser sur les publications des résultats des entreprises qui restent globalement bien orientées. 
  • Nous maintenons notre recommandation positive sur Pictet GMS, investi sur les actions de sociétés exposées à des thèmes prometteurs, soutenus par une forte dynamique de croissance à long terme. Le fonds continue de surperformer l’indice MSCI World, de plus de 1%. Les principaux secteurs contributeurs à ces bonnes performances ont été la robotique, la sécurité, la ville intelligente, les énergies propres et le numérique.

Fonds patrimoniaux

  • Parmi les fonds patrimoniaux, nous conservons notre préférence pour JPMorgan Global Income, fonds patrimonial très diversifié en termes de classes d’actifs et de zones géographiques, investi essentiellement dans un portefeuille de titres générateurs de revenu. Ce support profite pleinement de la forte progression des marchés actions depuis le début de l’année.

Gérer mon épargne

 

(1) Performance annuelle nette de frais de gestion et de frais de garantie plancher et brute de prélèvements sociaux, calculée sur la base d’une prime nette directement investie sur le profil au 1er janvier avec une rémunération de 2,00% nette sur le fonds en euros.

(2) Pour les UC : Performance annuelle depuis le 31/12/2018, au 30/04/2019, brute de frais de gestion, de frais de garantie plancher et de prélèvements sociaux.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
L’auteur

Roger Caniard

Diplômé de Dauphine (Maîtrise), de Sciences-Po (DESS) et de l'ESCP (Master), Roger Caniard débute sa carrière comme analyste financier. Après un passage à La Mondiale (gestion actions) et chez KBL (banque conseil en fusion acquisition), il rejoint la MACSF en 1995. Depuis 2014, il est directeur financier, membre du comex.

Les solutions MACSF
RES Multisupport

Le RES Multisupport vous permet d'investir sur une gamme de supports en euros et/ou en unités de compte simple, complète et performante.

Gamme financière MACSF

Fonds en euros, SCPI, unités de compte... La gamme de supports financiers MACSF est diversifiée, complète et sélective.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×