Baromètre de l'immobilier : les prix en mode pause

Le 02.11.2017 par MARIE-CHRISTINE SONKIN

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Après s'être emballé, le marché immobilier s'offre une respiration en octobre.

La frénésie du premier semestre a laissé la place à une période plus apaisée. Selon le baromètre de l'immobilier de MeilleursAgents.com, le mois d'octobre confirme la tendance de la rentrée . Les acheteurs ont décidé de prendre leur temps.

Après avoir redouté une hausse des taux, les ménages sont aujourd'hui convaincus qu'ils resteront durablement bas.

Dans ces conditions, il est moins utile de se précipiter et les ménages à la recherche d'un logement préfèrent prendre le temps de trouver leur coup de coeur.

Selon MeilleursAgents, les investisseurs marquent aussi une pause, mais pour d'autres raisons. Les incertitudes pesant sur l'Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI), l'encadrement des loyers à Paris et Lille et les dispositifs d'incitations fiscaux les encouragent à reporter leurs achats voire à s'intéresser à d'autres classes d'actifs.

Paris et sa couronne en légère baisse

La dynamique des prix s'en ressent. A Paris , les prix moyens baissent de -0,1 % en octobre (-0,2 % sur les petites surfaces - studio et deux-pièces) observe MeileursAgents. En revanche, les appartements de trois pièces et plus restent stables.

Le même phénomène est observé partout en Ile-de-France. En Petite Couronne -0,3 % en moyenne : -0,3 % dans les Hauts-de-Seine et en Seine-Saint-Denis et -0,1 % dans le Val de Marne.

En Grande Couronne -0,1 % en moyenne : -0,1 % dans les Yvelines, en Essonne et -0,3 % dans le Val d'Oise. Seule la Seine-et-Marne voit ses prix inchangés en octobre.

Lire aussi :

>Baromètre du crédit immobilier : encore des baisses de taux
>Immobilier : l'encadrement des loyers à Lille annulé
>Paris, banlieue, province : où et comment investir ?

Plus de hausses que de baisses en province

En province, la dynamique des prix reste majoritairement haussière. Toulouse +0,2 %, Montpellier +0,4 %, Nantes +0,6 %, Lyon +0,7 %, Nice +0,9 % et Bordeaux +1,4 %.

Seules Marseille (-0,8 %) Strasbourg (-0,5 %) et Lille (-0,2 %), voient leurs prix baisser. A Lille, qui affiche une baisse de 0,5 % sur un an, les mesures d'encadrement des loyers mises en place depuis février 2017 ont été annulées le 17 octobre dernier par le Tribunal Administratif.

L'encadrement des loyers peu respecté

« Si certains appellent de leurs voeux l'annulation du même dispositif à Paris, nous pensons que le Gouvernement fera appel de la décision lilloise et maintiendra l'encadrement à Paris », déclare Sébastien de Lafond, président de Meilleursagents.com.

« Ces péripéties administratives devraient être l'occasion de mesurer enfin et de façon objective l'efficacité réelle du dispositif sur les prix des loyers, estime-t-il. A Paris, après 2 ans d'encadrement des loyers, nous constatons encore aujourd'hui que près d'un tiers des nouvelles annonces de biens à louer affichent toujours des prix supérieurs à ceux autorisés. A l'évidence, 30 % des appartements parisiens ne peuvent pas tous présenter des caractéristiques exceptionnelles pour justifier ces écarts. L'encadrement n'est donc pas totalement respecté dans la capitale et rien ne permet aujourd'hui de mesurer son efficacité et son impact sur les loyers », affirme le président de MeilleursAgents.com.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 20.11.2017 par logo les échos

Budget : l'Assemblée vote de nouveaux ajustements

De nombreux dispositifs fiscaux examinés en fin de discussion budgétaire. Concernant les locations de type Airbnb, la discussion a été reportée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×