Brexit : les marchés se préparent à de nouvelles secousses pour la livre sterling

Le 17.01.2017 par VINCENT COLLEN

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

La devise britannique recule à la veille d'un discours de Theresa May qui pourrait provoquer une nouvelle correction. A la merci des déclarations de la Première ministre sur le Brexit, le sterling devrait rester volatil à court terme.

Depuis le vote des Britanniques en faveur du Brexit, la livre sterling est à la merci de Theresa May. Dès que la Première ministre ouvre la bouche pour s'exprimer sur la sortie de son pays de l'Union européenne, la monnaie britannique subit des secousses, parfois violentes, sur le marché des changes. Ce fut le cas lors de son discours à Birmingham en octobre. La livre a encore reculé en début de semaine dernière après une interview sur Sky News. Et c'est arrivé une nouvelle fois lundi, au lendemain d'informations de presse sur le contenu du discours qu'elle doit prononcer ce mardi à Londres.

A chaque fois, la même mécanique se reproduit. La Première ministre laisse entendre qu'elle est prête à ce que son pays quitte le Marché unique et l'Union douanière si c'est le prix à payer pour reprendre le contrôle des flux migratoires vers le Royaume-Uni et se libérer de la tutelle de la Cour européenne de justice. Cette perspective d'un Brexit « dur » - une sortie claire et nette de l'Union européenne - est potentiellement dommageable pour l'économie britannique, estiment les marchés. Et la livre chute. Ce lundi, elle est même brièvement passée sous la barre de 1,20 dollar en Asie, avant de se redresser légèrement. Contre l'euro, elle est tombée à 1,13.

Le discours de mardi n'apportera pas forcément beaucoup d'informations nouvelles, préviennent les experts de Capital Economics. Il devrait néanmoins secouer le sterling, qui répond beaucoup plus à ce type d'intervention qu'aux indicateurs économiques désormais. « Le Brexit est le seul enjeu pour la livre actuellement », explique Neil Wilson chez ETX Capital. Les porte-parole de Downing Street sont forcés de l'admettre, reconnaissant ouvertement qu'une nouvelle « correction sur les marchés » était probable cette semaine.

Pas de redressement prévu à court terme

Le discours de Theresa May sera scruté d'autant plus près par les opérateurs qu'il sera prononcé un jour où les marchés des changes sont ouverts, contrairement aux discours et interviews précédents qui ont été donnés un dimanche. La volatilité de la livre sterling risque de retrouver son niveau record du mois d'octobre ou même de le dépasser, annoncent les analystes d'UniCredit.

La plupart des experts ne prévoient pas de redressement à court terme. Le jugement de la Cour suprême britannique, attendu avant la fin du mois, pourrait certes provoquer un rebond. Le jugement devrait contraindre Theresa May à faire voter le déclenchement de la procédure du Brexit par le Parlement. Ce débat parlementaire, espèrent certains, l'inciterait à adoucir sa position ou en tout cas à donner plus de détails sur la relation qu'elle envisage de nouer avec l'Union européenne à l'avenir. Mais il ne changera pas fondamentalement la donne, car les députés devraient donner leur aval au Brexit. « Tout répit éventuel sera bref », prévient ING. UniCredit recommande de profiter de chaque rebond éventuel pour vendre. « La chute du sterling, même si elle a atteint 20 % depuis juin, n'est pas encore allée assez loin pour refléter véritablement la sortie de la Grande-Bretagne du Marché unique », estime Neil Wilson.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 18.01.2017 par logo les échos

Theresa May conduit la Grande-Bretagne vers un Brexit dur

La Première ministre confirme la sortie du marché unique tout en plaidant pour des accords commerciaux avec l'UE.

Le 12.09.2017 par logo les échos

Bruno Le Maire : « Nous voulons récompenser ceux qui prennent des risques »

Les derniers arbitrages du budget 2018 sur la fiscalité du capital dévoilés par le ministre de l'Economie. Le coût de la réforme de l'ISF évalué à 3 milliards. La fiscalité du diesel...

Le 25.08.2017 par logo les échos

L'euro signe la meilleure performance des devises du G10 cette année

L'euro est au plus haut depuis huit ans face à la livre et se rapproche du seuil symbolique de 1,20 dollar. De quoi préoccuper les banques centrales réunies à Jackson Hole.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×