CSG : 4,5 milliards de gain pour l'Etat l'an prochain

Le 27.09.2017 par SOLVEIG GODELUCK

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

La baisse en deux temps des cotisations sociales va offrir une bouffée d'oxygène aux finances publiques.

A court terme, le transfert d'une partie des cotisations sociales vers la CSG s'avère une bonne affaire pour le gouvernement. Alors qu'il est en train de boucler les budgets de l'Etat et de la Sécurité sociale, il se prépare à encaisser un gain net de 4,5 milliards d'euros en 2018.

La mesure a pourtant été conçue pour être neutre sur un plan budgétaire. Le coût total de la hausse de 1,7 point de la CSG, soit 22,6 milliards d'euros, doit être intégralement répercuté en baisse de cotisations pour les actifs. Et c'est effectivement ce qui est prévu... pour 2019.

En 2018, la suppression des cotisations salariales maladie et chômage va se faire par paliers pour les salariés du privé : -2,2 points en janvier, puis -0,95 point à l'automne. C'est ce décalage dans le temps qui va permettre d'engranger des économies, même si le gouvernement a promis qu'il y aurait un gain d'emblée pour les salariés.

Au total, le gain de pouvoir d'achat promis aux actifs en année pleine s'élève à 7 milliards d'euros. Seuls 75 % des indépendants gagneront au change, avec une baisse dégressive de leurs cotisations maladie, ciblant ceux qui gagnent moins de 43.000 euros par an. La mesure sera neutre pour les autres indépendants.

Retraités : les grands perdants

Quant aux fonctionnaires , ils ne devraient pas accroître leur pouvoir d'achat, mais juste voir leur perte compensée. En effet, l'exécutif considère qu'un geste n'a pas lieu d'être, étant donné l'augmentation du point d'indice, la refonte des carrières dans la fonction publique et la progression naturelle des traitements. Les grands perdants de cette réforme de pouvoir d'achat sont les retraités, qui seront contributeurs nets - un choix assumé par le gouvernement. Toutefois, le sort des retraités modestes, juste au-dessus du seuil d'exonération de CSG (1.350 euros par mois pour une personne seule de plus de 65 ans), pourrait être adouci. La majorité parlementaire planche sur des amendements allant dans ce sens pour au moins lisser les seuils.

Les bénéficiaires de revenus du capital sont les autres contributeurs nets, puisque la hausse de CSG s'appliquera. Les revenus fonciers, qui ne seront pas concernés par la nouvelle « flat tax » de 30%, verront ainsi leur fiscalité augmenter de 1,7%.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 04.09.2017 par logo les échos

Bascule cotisations-CSG : seuls les «petits» professionnels gagneront du pouvoir d'achat

Comme les salariés du privé, les indépendants bénéficieront d'une baisse de cotisations, mais modulée selon les revenus.

Le 06.09.2017 par logo les échos

La hausse de la CSG sera déductible du revenu imposable

La hausse de 1,7 point de CSG prévue pour 2018 sera entièrement déductible de l'assiette retenue pour le calcul de l'impôt sur le revenu.

Le 08.09.2017 par logo les échos

CSG : la majorité envisage un geste pour les petites retraites

Les députés LREM veulent éviter que des retraités modestes subissent une hausse de CSG sans baisse de taxe d'habitation. Ils envisagent un ajustement lors de l'examen du projet de loi...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×