Comment créer sa propre rente dépendance

Le 23.06.2017 par ROSELYNE POZNANSKI

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Plutôt que de cotiser à fonds perdus, comment mobiliser son épargne pour pouvoir disposer, en temps voulu, d'un complément de revenus ?

Plusieurs solutions permettent de couvrir les coûts d'une dépendance partielle, voire totale. Au-delà de l'investissement immobilier qui offre des revenus complémentaires réguliers, il existe différentes pistes.

La solution assurance-vie

La première, c'est celle de l'assurance-vie, dont tout ou partie de l'épargne peut être converti en rentes viagère ou temporaire (imposables comme les pensions de retraite) à n'importe quel âge. Une opération simple mais délicate, qui ne doit toutefois pas intervenir trop tôt « car il faut tenir compte du risque de surmortalité de toute personne dépendante », selon Xavier Panuel, directeur actuariat produits vie chez SwissLife. Même principe et même raisonnement pour l'instauration de rachats partiels programmés (imposables après application d'un abattement annuel sur les intérêts de 4.600 euros pour une personne seule et de 9.200 euros pour un couple soumis à imposition commune).

Les options épargne retraite

La seconde piste suppose de pouvoir s'appuyer sur un contrat d'épargne retraite soit individuel (PERP, Madelin, Préfon-Retraite…), soit d'entreprise (PERE, article 83…) avec lesquels l'épargne doit obligatoirement être convertie en rente viagère. Pour être sûr de percevoir un complément de revenus mensuel suffisamment élevé pour faire face aux dépenses liées à la dépendance, il est là aussi prudent de transformer l'épargne en rente vers 70-75 ans, comme la réglementation l'y autorise, et non nécessairement au moment de la liquidation de ses pensions de retraite obligatoire. Si le contrat d'épargne retraite le prévoit, il peut être judicieux d'opter dès le départ pour une rente minorée, dont le montant sera inférieur d'environ 10% à celui d'une rente viagère ordinaire. Pourquoi ? Parce que, en contrepartie de cet effort immédiat, le montant de la rente sera doublé s'il y a reconnaissance ultérieure, par des experts médicaux mandatés par l'assureur du contrat, d'une perte totale d'autonomie.

Un mandat de protection future

Dans un cas comme dans l'autre, pour que ces opérations puissent avoir lieu dans les meilleures conditions, la personne doit évidemment être en capacité psychique et/ou physique de les réaliser.

Pour contrer toute incertitude de ce côté-là, un mandat de protection future est indispensable. Cet acte doit être notarié de façon à autoriser la personne de confiance (ou mandataire) à effectuer des actes dits « de disposition » sur le patrimoine du mandant : pour faire face à des dépenses de fin de vie importantes, la personne choisie pourra par exemple demander la conversion en rente d'une partie de l'épargne logée dans un contrat d'assurance-vie.

 

Créer rente dépendance
envoyer un email envoyer un email Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
Assurance vie

La constitution et la gestion de votre épargne en souplesse, dans un cadre fiscal privilégié.

Retraite Madelin

La constitution d'une retraite complémentaire associée à une fiscalité avantageuse.

PERP

Un complément de revenus garanti à la retraite dans un cadre fiscal attractif.

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 01.08.2017 par logo les échos

Indépendants : les non-dits de la suppression du RSI

Une mission est en cours sur l'adossement du Régime social des indépendants au régime général de Sécurité sociale promis par Macron. Mais la réforme risque de soulever de nouveaux problèmes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×