Compléter ses revenus, première motivation d'un investissement locatif

Le 05.09.2017 par Sarah Asali

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Un Français sur deux choisit de se lancer dans un investissement immobilier pour s'assurer un complément de revenus. Pour la majorité d'entre eux, un salaire mensuel inférieur à 2.500 euros nets suffit à réaliser un tel projet.

Pour la moitié des Français, l’investissement immobilier locatif permet de constituer un complément de revenus. C’est ce qui ressort du sondage Ipsos réalisé en juin dernier pour le site Ideal-investisseur.fr. Près d’un sondé sur trois (29 %) y voit une manière d’augmenter ses revenus immédiatement, tandis que 21 % le font pour préparer la baisse de revenus liée au départ à la retraite.

Une préoccupation majeure à l’approche de la retraite

« Cette baisse de pouvoir d’achat semble être une préoccupation majeure parmi les personnes qui se rapprochent de la retraite d’une part, et parmi les plus aisés d’autre part », souligne le sondage. Profiter d’un complément de revenu au moment de la retraite est en effet la raison première d’un investissement immobilier pour les 50-64 ans (32 %) et pour les cadres et travailleurs indépendants (26 %).

Moins de 2.500 euros par mois suffisent pour investir

Plus de la moitié des Français (56 %) pense qu’un salaire mensuel inférieur à 2.500 euros nets (soit moins de 30.000 euros par an seulement) suffit pour se lancer dans un investissement immobilier. Les actifs sont encore plus nombreux (63 %) à partager cette idée. Plus précisément, 42 % d’entre eux estiment qu’un revenu inférieur à 2000 euros nets par mois permet d’accéder à un tel placement.

Un revenu mensuel supérieur en région parisienne

A contre-courant, la majorité des habitants de la région parisienne (59 %) estime qu’il faut gagner plus de 2.500 euros nets par mois pour s’offrir un bien locatif, contre 40 % en province. Ils sont même 20 % en Île-de-France à placer la barre plus haut (à 4.000 euros nets par mois), contre… 8 % seulement en province. Rien d’étonnant, au vu des prix de l’immobilier dans la capitale et sa région.

 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 20.11.2017 par logo les échos

Budget : l'Assemblée vote de nouveaux ajustements

De nombreux dispositifs fiscaux examinés en fin de discussion budgétaire. Concernant les locations de type Airbnb, la discussion a été reportée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×