Immobilier : les loyers progressent moins vite que l'inflation

Le 09.03.2017 par MARIE-CHRISTINE SONKIN

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Alors que les loyers sont désormais plafonnés à Paris et à Lille, l'observatoire privé du marché locatif, Clameur, constate que depuis 2013 les loyers ont majoritairement progressé moins vite que l'inflation.

Depuis 2013, les loyers ont augmenté moins vite que l'inflation dans 70 % des villes de plus de 148.000 habitants, affirme Clameur, observatoire privé des marchés locatifs. Ils ont reculé à Angers, au Havre, à Marseille et à Saint-Etienne et ils ont très faiblement progressé à Grenoble, à Lille, à Montpellier, à Strasbourg et à Toulon.

Selon Clameur, les loyers de marché ont augmenté de 0,4 % par an, pour une inflation à 0,6 % de 2013 à 2017. Etonnamment, ce sont les loyers des petits logements qui ont augmenté le moins vite sur cette période : + 0,2 % par an pour les studios et 1 pièce et + 0,1 % pour les 2 pièces. Les loyers des 3 pièces ont crû de + 0,4 % par an ; les loyers des 4 pièces de + 0,9 % et ceux des 5 pièces et plus : + 1,1 %.

L'évolution en 2017

Toujours selon l'association, 2017 se poursuit dans la même veine et les loyers progressent moins que l'inflation dans 75 % des villes de plus de 148 000 habitants. En termes de mobilité, l'année commence bien. L'activité se ressaisit, en dépit d'une période hivernale habituellement peu propice eux déménagements avec un taux de mobilité de 29,8 % en début d'année contre une moyenne de 28,6 % sur la période 1998-2017. Toutefois, la mobilité reste à très bas niveau sur Paris. « L'embellie du printemps 2016 n'a pas dissipé les craintes d'une pénurie de l'offre généralisée et durable » et « la situation actuelle de l'offre locative privée affiche un déficit de 12 % par rapport à la situation des années de 1998 à 2008 », affirme Clameur.

Lire aussi :

 > Immobilier locatif : loi Cosse ou loi Pinel ?
 > Propriétaires-bailleurs : tout ce qui change en 2017
 > Immobilier : vers des prix record à Paris ?

Le cas Lillois

A Lille, l'association constate une hausse des loyers plus rapide que dans d'autres villes jusqu'en 2012. Mais depuis, constate Clameur, les loyers n'ont crû que de 0,2 % chaque année, contre 0,5 % France entière, 0,5 % à Nantes et à Toulouse, de 1 % à Bordeaux ou à Lyon …

Dans la métropole du Nord, le plafonnement des loyers devrait, selon Clameur, affecter 22 % de baux qui subiront alors une perte de recettes locatives de l'ordre de 16,8 %. « Les studios et 1 pièce devraient être les plus touchés par le dispositif d'encadrement (25,5 % de ces logements concernés, pour une baisse de loyer de 19,6 %) », estime l'association.

Manque d'entretien

Autre observation plutôt inquiétante, le mouvement de dégradation de l'effort d'amélioration-entretien se poursuit. Il se situe actuellement au plus bas de ces 20 dernières, la part de logements avec travaux étant de seulement 14,1 % contre un moyenne de 22,2 % sur la période 1997-février 2017. Pourtant, relève Clameur, « la durée de la vacance se réduit : elle s'établit en 2017 à 6,9 % », juste un peu au-dessus du niveau de 2008. (...). La quasi-totalité des conséquences de la crise économique et financière internationale des années 2008 et 2009 est ainsi effacée. Mais les perspectives des recettes locatives pèsent sur l'effort d'amélioration-entretien, neutralisant l'impact positif de l'amélioration de la vacance », souligne l'association.

Loyers inflation graphique
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 20.11.2017 par logo les échos

Budget : l'Assemblée vote de nouveaux ajustements

De nombreux dispositifs fiscaux examinés en fin de discussion budgétaire. Concernant les locations de type Airbnb, la discussion a été reportée.

Le 15.11.2017 par logo les échos

Logement : du mieux pour le PTZ et le Pinel

Les députés ont voté le 9 novembre 2017 le maintien du prêt à taux zéro dans le neuf et du dispositif Pinel dans certaines zones périurbaines et rurales.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×