Immobilier : louer sa résidence pour amortir les frais

Le 07.07.2017 par LAURENCE BOCCARA

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Exceptionnelles par le passé, les locations de résidences, même de luxe, se multiplient. Mais l'offre abonde. Il faut se situer à la hauteur de la demande des ­locataires.

Devenir propriétaire d'une résidence secondaire s'avère être un plaisir coûteux à l'achat comme à l'entretien. Pour ceux qui souhaitent absorber les charges fixes récurrentes, il est possible de s'en sortir grâce à la location saisonnière. « En profitant de son havre de paix tout en acceptant de le louer au moins un mois en haute saison, il est possible de dégager un revenu locatif susceptible de couvrir les charges de copropriété pour un appartement, les impôts locaux et même de financer quelques travaux », affirme Pascal Japel Telga, directeur marketing de Novasol.

« Pour les maisons, ce revenu d'appoint est une façon d'alléger, voire de se faire rembourser les frais d'entretien du jardin, de la piscine, du tennis », ajoute Stéphane Gastaldy de l'agence du même nom. En été, la qualité de l'emplacement, le standing, la vue, les extérieurs et bien sûr la proximité de la mer influent sur la valeur locative.

Surfaces généreuses

Si l'on souhaite acheter avec l'idée d'en profiter tout en louant ponctuellement, il faut aussi savoir que les vacanciers sont friands de surfaces généreuses avec une ou plusieurs chambres et de terrasse. Fini le studio de 17 m2 à louer où l'on s'entasse à quatre. Pour séduire, une surface même petite doit au moins offrir de 20 à 25 m2.

Autre obligation pour bien louer : soigner l'équipement et le confort du logement. « Le bien doit être en parfait état en termes de mobilier, de décoration et proposer le maximum de confort et de prestations (wi-fi, air conditionné, parking) », indique Benjamin Moundou de Century 21 Lafage Transactions à Nice.

Lire aussi :

>Immobilier : les acheteurs reviennent sur le littoral méditerranéen assagi
> Côte sud : l'immobilier de luxe se réveille doucement

Offre pléthorique

Bien sûr, les mois d'été sont propices pour faire le plein et pratiquer des tarifs les plus élevés. Toutefois, au fil des saisons, la rentabilité devient de plus en plus aléatoire. Car la concurrence est vive. En l'espace de quelques années, l'offre de locations saisonnières a explosé dans le standard comme dans le haut-de-gamme. Selon la plateforme Airbnb, entre les mois de septembre 2015 et 2016, 1,2 million de voyageurs ont séjourné dans « ses » locations en Paca. « Un hôte Airbnb dans cette région complète ses revenus de 2.400 euros en moyenne par an sur la base de 25 nuitées réservées », indique le site. Pour un propriétaire bailleur qui gère en solo, ces plates-formes (Abritel, Homelidays…) offrent une visibilité à son offre avec une exposition nationale et internationale. C'est d'autant plus important que les Britanniques, les Belges et les Néerlandais apprécient la destination méditerranéenne. Il est possible de faire appel à des agences locales qui proposent au propriétaire un service location « clefs en main » (arrivée et départ des locataires, nettoyage, réparations, fourniture de linge).

A noter que les valeurs locatives dans le secteur sont globalement stables depuis cinq ans. Louer son appartement en dehors de la haute saison peut s'avérer aussi un filon rentable.

Louer en basse saison ?

Sur la Méditerranée, le climat est propice pour des locations de vacances en avril, mai, septembre et octobre à condition de proposer un bien dans une commune animée avec des activités culturelles, des commerces et des restaurants. « Les petites surfaces séduisent toujours les étudiants de Sophia Antipolis en quête d'une location entre septembre et juin. Cela permet au propriétaire de profiter de son bien en été ou de le louer à la semaine », signale Anne-Karine Pitois Brouchier de Pitois Immobilier. Ceux dont les biens se situent près de Monaco, Cannes ou Nice peuvent, tout au long de l'année, capter une clientèle d'affaires composée de congressistes, de festivaliers et de cadres en mission.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
Assurance emprunteur

Une assurance de prêt adaptée à votre activité de professionnel de santé. 

Crédit immobilier résidentiel

Des solutions de financement immobilier adaptées à votre projet.

Assurance PNO

Une protection complète pour vos biens immobiliers que vous n'occupez pas personnellement.

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 16.06.2017 par logo les échos

L'immobilier de bord de mer reprend des couleurs

Les transactions immobilières ont repris sur les littoraux atlantique et méditerranéen. Les biens se vendent plus rapidement avec des marges de négociation moindres. Tour de France...

Le 28.06.2017 par logo les échos

Mais à quoi sert la taxe d'habitation ?

La taxe d'habitation a beaucoup évolué depuis sa création en 1974. Qui la paye, que finance-t-elle, pour quels services ? Retour sur un impôt que peu de Français arrivent à comprendre.

Le 29.06.2017 par logo les échos

Immobilier : Paris flambe, la France suit, plus calmement

A plus de 8.500 euros par mètre carré, Paris est deux fois plus cher que Lyon, la plus onéreuse des autres villes françaises.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×