L'art de défiscaliser en 2017

Le 26.01.2017 par LAURENCE BOCCARA

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Comment payer moins d'impôts en conservant un équilibre patrimonial et en évitant les pièges des produits de défiscalisation ? C'est possible et certains produits permettent de diversifier ses placements.

Réaliser un placement capable à la fois d'alléger son impôt et de servir du rendement. Tel est le cocktail appétissant des produits dits de défiscalisation (Pinel, SCPI fiscales, FIP et FCPI…). Offrant une réduction d'impôt « one shot » ou étalée dans le temps, ces solutions constituent des portes d'entrée à des univers d'investissements variés : l'immobilier d'habitation (en direct ou via des SCPI), le foncier « pur et dur » via l'achat de bois et de forêts ou encore les entreprises (TPE, PMI, PME) à travers l'achat de parts de FIP et de FCPI.

Des contreparties contraignantes

Si le cadeau fiscal est accordé par l'Etat, ce dernier impose des contreparties. L'épargnant doit conserver le placement pendant une durée longue : de 5 à 8 ans, pouvant parfois aller jusqu'à 10, 12 voire 15 ans. Ce blocage des fonds est même une condition nécessaire pour obtenir définitivement l'avantage fiscal. D'ailleurs, toute sortie anticipée remet en cause les économies d'impôt passées et à venir.

Autre écueil de ces placements : les performances ne sont pas garanties. Parfois indicatives à l'entrée, elles ne sont connues qu'à la sortie, lors de la cession du placement. L'épargnant doit être conscient qu'il peut, à terme, gagner de l'argent mais aussi en perdre.

Lire aussi :

 > Prélèvement à la source : l'épargne retraite ne sera pas déductible en 2017
 > Les cash-box dans le collimateur de Bercy
 > Le jeu des 7 erreurs du contribuable

Souscriptions de fin d'année

Ces produits sont surtout souscrits le dernier trimestre de chaque année civile. C'est la période où les contribuables procèdent - parfois avec trop de précipitation - aux derniers ajustements patrimoniaux et dans le but d'optimiser le plafonnement de leurs niches fiscales.

Toutefois dans cette dernière ligne droite, pas question de se ruer sur ces solutions de dernière minute sans discernement. « Rien n'empêche bien sûr d'en souscrire un peu chaque année pour réduire la pression fiscale. Toutefois, tout est une question de dosage. Il faut les utiliser avec parcimonie et surtout les mettre au service d'un objectif patrimonial comme se préparer des revenus pour la retraite, faciliter sa transmission, ou aider à terme ses enfants », détaille Olivier Rozenfeld, président du groupe Fidroit.

Plafonnement à 10.000 ou 18.000 euros

Avant de sélectionner le produit le plus adapté à sa situation et à ses besoins, « il faut aussi savoir si l'épargnant a déjà utilisé tout ou partie de sa niche et s'informer sur les investissements défiscalisants passés. C'est important de savoir s'il reste ou pas encore une marge de manœuvre », indique Marc Sallé de Chou, directeur du patrimoine et de la gestion d'actifs au groupe Crédit du Nord. Cette donnée est nécessaire pour calibrer au mieux la future opération et obtenir une efficacité fiscale maximale. « En revanche, si la niche de 10.000 euros ou de 18.000 euros par an a déjà été bien utilisée suite à l'emploi d'un salarié à domicile, à un crédit d'impôt, ce type d'investissement deviendra superflu », précise ce dernier.

Réservés aux contribuables fortement imposés, « les produits de défiscalisation constituent des solutions alternatives d'investissement, utiles pour optimiser une stratégie patrimoniale. Ils permettent aussi de diversifier ses avoirs sur des actifs réels et non cotés. C'est l'occasion parfois de miser sur des supports plus risqués mais potentiellement plus performants », résume Marina Labé, responsable de dévelop­pement marketing à la Banque privée LCL.

A noter : Les produits de défiscalisation fonctionnant avec des déductions du revenu imposable (et non des réductions d'impôt) ne sont pas concernés par le plafonnement. L'effet de levier est donc souvent supérieur.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
Assurance vie

La constitution et la gestion de votre épargne en souplesse, dans un cadre fiscal privilégié.

Retraite Madelin

La constitution d'une retraite complémentaire associée à une fiscalité avantageuse.

PERP

Un complément de revenus garanti à la retraite dans un cadre fiscal attractif.

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 20.11.2017 par logo les échos

Budget : l'Assemblée vote de nouveaux ajustements

De nombreux dispositifs fiscaux examinés en fin de discussion budgétaire. Concernant les locations de type Airbnb, la discussion a été reportée.

Le 16.11.2017 par logo les échos

Budget de la Sécurité sociale : le Sénat annule la hausse de la CSG

Les sénateurs ont adopté mardi 14 novembre un amendement qui propose de remplacer la hausse de la CSG par une augmentation de la TVA.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×