L'assurance-vie en euros, alternative au Livret A ?

Le 22.01.2020 par Marie-Christine Sonkin

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Assurance vie contre livret 2020

Alors que les rendements de l'assurance-vie en euros à capital garanti sont annoncés en net recul, l'assurance-vie apparaît néanmoins comme la principale alternative au Livret A à 0,5 %.

L'assurance-vie en euros, alternative au Livret A ?

Que faire des liquidités placées sur son Livret A ? Avec un taux de 0,50 % désormais, la question se pose avec un peu plus d'acuité. Peut-on laisser dormir ses liquidités, - parfois significatives - à un taux qui ne protège plus de l'inflation ?

Oui, s'il s'agit d'une épargne de précaution, non, s'il s'agit d'une épargne long terme, notamment destinée à la préparation de la retraite.

Les qualités du livret

Il ne s'agit pas de conspuer le Livret A ni de le jeter aux orties. Car il reste assorti de trois qualités fondamentales : sécurité, liquidité et fiscalité nulle. Avec la garantie de l'Etat, difficile de trouver plus solide. En outre, les sommes déposées sur un livret peuvent être retirées à tout moment pour combler un découvert, rembourser une dette, financer un imprévu. Enfin, non seulement les sommes sont totalement exonérées d'impôt, mais elles sont aussi exclues du champ d'application des prélèvement sociaux.

Toutes ces qualités font que la détention d'un livret est toujours justifiée. 

Ce qui l'est moins, c'est de laisser des sommes très importantes sur des livrets pour chaque membre de la famille. Si un ménage peut mobiliser des fonds sur le long terme, il est plus judicieux de se tourner vers des placements plus rémunérateurs.

L'alternative assurance

La première alternative est celle de l'assurance-vie en euros. Les rendements (nets de frais) sont attendu pour 2019 autour d'une moyenne de 1,4 %. C'est en recul par rapport à ceux de 2018 (1,8 % en moyenne), mais nettement au-dessus des 0,5 % du livret.

chiffre clé

Certes, l'assurance n'est pas défiscalisée. Elle bénéficie néanmoins d'un régime avantageux. Après 8 ans, le prélèvement forfaitaire est de 7,5 % ou 12,8 % en fonction du montant détenu sur les contrats et de la date des versements. Mais, par le jeu de l'abattement annuel sur les intérêts (4.600 euros pour une personne seule et de 9.200 euros pour un couple), le poids fiscal peut être très réduit. Reste les prélèvements sociaux, dont il ne faut pas minimiser l'impact. Sur un contrat rapportant par exemple 1,8 % (et de nombreux contrats se situent au-dessus des taux moyens), le rendement après PS est ramené à 1,49 %. C'est nettement préférable au Livret A, sachant qu'avec l'assurance-vie on peut aussi retirer son argent à tout moment.

Certes, l'assurance n'est pas défiscalisée. Elle bénéficie néanmoins d'un régime avantageux. Après 8 ans, le prélèvement forfaitaire est de 7,5 % ou 12,8 % en fonction du montant détenu sur les contrats et de la date des versements. Mais, par le jeu de l'abattement annuel sur les intérêts (4.600 euros pour une personne seule et de 9.200 euros pour un couple), le poids fiscal peut être très réduit. Reste les prélèvements sociaux, dont il ne faut pas minimiser l'impact. Sur un contrat rapportant par exemple 1,8 % (et de nombreux contrats se situent au-dessus des taux moyens), le rendement après PS est ramené à 1,49 %. C'est nettement préférable au Livret A, sachant qu'avec l'assurance-vie on peut aussi retirer son argent à tout moment.

Quid de l'argument de la sécurité ? Ici, le capital est garanti non par l'Etat mais par la compagnie d'assurance. La baisse des taux ne facilite pas leurs affaires, mais elles présentent encore des solides garanties de solvabilité. 

Il faut aussi s'assurer que le capital est garanti frais compris, ce qui n'est pas toujours le cas. La garantie peut être limitée au montant du capital investi après prélèvement des frais.

Enfin, le principal écueil vient aujourd'hui des barrières érigées par les assureurs pour limiter la collecte sur les fonds en euros ; la baisse des taux rendant les garanties apportées sur ce type de produits est particulièrement coûteuse.

Mais vu les montants qui peuvent être arbitrés des Livrets A vers l'assurance-vie (les versements sont plafonnés à 22.950 euros par livret), il est encore possible de placer la totalité des sommes sur des fonds en euros.

La tentation des UC

Les épargnants souhaitant vraiment dynamiser leur épargne pourront toutefois se tourner vers les unités de compte.

Attention, les arbitrages vers des classes d'actifs aujourd'hui très chères, qu'il s'agisse d'actions ou d'immobilier, doivent être réalisées progressivement et prudemment. Les marchés financiers en proie à une inflation générée par l'abondance de liquidités, ne sont pas à l'abri de corrections plus ou moins brutales. Dommage que les incitations à se tourner vers les placements les plus dynamiques interviennent presque systématiquement lorsque les marchés sont en haut de cycle.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
La solution MACSF
Assurance vie

Un contrat souple et performant, des frais parmi les plus bas du marché : le RES Multisupport, meilleur allié pour vos projets.

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×