L'immobilier de bord de mer reprend des couleurs

Le 16.06.2017 par Hélène Dupuy

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Les transactions immobilières ont repris sur les littoraux atlantique et méditerranéen. Les biens se vendent plus rapidement avec des marges de négociation moindres. Tour de France des prix des stations balnéaires.

Des taux toujours très bas, la confiance dans la pierre, le retour de la résidence secondaire face à la peur de voyager (terrorisme, etc), la possibilité accrue de louer son bien en location saisonnière pour payer les charges…, autant de raisons qui expliquent l'attractivité de l'immobilier de bord de mer. Aujourd'hui, le marché immobilier des stations balnéaires de la côte atlantique et méditerranéenne se porte bien. Les transactions ont repris que ce soit pour les résidences principales ou secondaires.

« L'immobilier se porte mieux depuis 2015 et nettement mieux depuis mi-2016. La reprise est là avec une hausse des transactions de +20% par an depuis 2 ans » explique Hugues Massing, agent immobilier Optimhome sur l'île d'Oléron (Charente-Maritime). Un constat que partage Marie Postollec, agent Century 21 à Quiberon :« L'immobilier se porte plutôt bien à Quiberon. Nous avons doublé le nombre de transactions. C'est-à-dire que pour 63 transactions en 2015, nous en avons fait 124 en 2016. Nous avons une forte demande de la part des acquéreurs et les prix se sont maintenus. Par contre nous commençons à manquer de biens, surtout pour nos acquéreurs en demande de belles maisons ».

Du point de vue des prix, alors que la plupart des grandes villes françaises (Paris, Lyon, Marseille etc.) enregistrent de fortes hausses depuis 6 mois, avec même une surchauffe des prix à Bordeaux par exemple, ce n'est pas le cas des petites villes de bord de mer. Globalement on constate des prix en faible hausse dans la moitié des stations balnéaires atlantiques et méditerranéennes et, de même, de faibles baisses pour l'autre moitié. C'est dans la ville de Fécamp (Seine-Maritime) qu'acquérir un bien immobilier serait le plus accessible avec une moyenne de 1281 euros du m2 et un prix moyen de 131 225 euros (pour une maison de 4 pièces et plus) tandis qu'à Hyères (Var), le même type de bien est à 3116 euros du m2 et la transaction moyenne à 369 000 euros, selon les transactions de l'année de Century 21. Pour les appartements, à Argelès-sur-Mer, il faut compter en moyenne 3238 euros du m2 pour un 2 pièces et un prix de vente moyen de 98 917 euros, tandis qu'à Biarritz le prix au m2 est de 4713 euros et le montant moyen de transaction s'élève à 200 917euros selon la même source.

Lire aussi :

Baromètre du crédit immobilier : déjà la fin de la hausse 
Les villes musclent leur arsenal anti-Airbnb

Un marché plus fluide

Là où le marché des résidences secondaires est resté bloqué jusqu'en 2015, « les biens se vendent plus rapidement aujourd'hui » affirme Marie-Claude Hemery, agent Optimhome à Dinard. Elle donne comme exemple deux maisons à 1 million d'euros avec vue sur mer qu'elle a vendues en 15 jours dernièrement. « Aujourd'hui le marché est très actif donc les vendeurs ne bradent pas leur bien et si il a été correctement estimé, il se vend dans les 6 mois voire moins. » ajoute-t-elle.

Autre tendance croissante qui aide les propriétaires de résidences secondaires à rentabiliser leur achat : la facilité croissante à le louer en location saisonnière, avec le développement fulgurant de sites comme Airbnb, Abritel et de conciergeries pour gérer la remise des clés, le ménage etc. « Nous pouvons estimer à 20% les clients qui font de la location saisonnière » estime Charlotte Delpech, agent Century 21 à Andernos-les-Bains (Gironde). Un constat que partage Marie Postollec à Quiberon : « Les biens qui se louent le plus facilement en saisonnier sont les petits appartements de type studio/cabine ou T2 en plein centre. Autour de Quiberon, une bonne annonce peut espérer se louer 21 semaines sur l'année ». Concernant les marges de négociation, « elles sont moindres qu'avant, on voit même de plus en plus de biens se vendre au prix du mandat, quand le prix de l'estimation a été respecté par les vendeurs » ajoute l'agent à Quiberon.

*Les données de cette étude sont sur 12 mois glissants ; pour chaque commune, figurent les éléments pour les transactions les plus représentatives du marché (maisons ou appartements).

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
Crédit immobilier résidentiel

Des solutions de financement immobilier adaptées à votre projet.

Assurance emprunteur

Une assurance de prêt adaptée à votre activité de professionnel de santé. 

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 19.05.2017 par logo les échos

Investissement immobilier : le classement des villes attractives

Pour la 6e année consécutive, Explorimmo.com et Explorimmoneuf.com présentent leur palmarès des 10 villes où investir en France. Rennes, Bordeaux et Montpellier se placent en tête du...

Le 20.11.2017 par logo les échos

Budget : l'Assemblée vote de nouveaux ajustements

De nombreux dispositifs fiscaux examinés en fin de discussion budgétaire. Concernant les locations de type Airbnb, la discussion a été reportée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×