Le scénario d'un rallye haussier de l'or gagne des adeptes

Le 30.03.2017 par JEAN-MICHEL GRADT

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Pour certains investisseurs l'once d'or, qui a franchi le 23 mars la barre psychologique des 1.250 dollars, pourrait renouer cette année avec le pic de 1.400 dollars atteint il y a quatre ans.

L'or est-il en passe de renouer avec le dernier pic atteint voici quatre ans (1.400 $ l'once en septembre 2013) ? Certains investisseurs le croient. A leurs yeux, le métal précieux effectue les premiers tours de chauffe de ce qui pourrait se transformer en rallye haussier, alors que le retour de l'inflation et des taux d'intérêt réels négatifs se combinent pour stimuler la demande pour cette valeur refuge.

Ronald-Peter Stoeferle, associé directeur d'Incrementum AG, est de ceux-là. "Les prix pourraient atteindre 1.400 à 1.500 dollars cette année", a déclaré à Bloomberg ce spécialiste de la gestion de patrimoine basé au Liechtenstein.

Même si le scénario n'est pas encore totalement écrit, l'or a bel et bien connu, ces derniers six mois, plusieurs mouvements de hausse.

Première secousse le 9 novembre, au lendemain de l'élection de Donald Trump. Les investisseurs doutaient en effet que l'ex-magnat de l'immobiler soit capable de mettre en œuvre son programme basé sur le triptyque protectionnisme, dévaluation, relance (grands travaux). Pour les investisseurs, le processus du Brexit et la perspective d'élections compliquées par la présence de candidats nationalistes, voire populistes, dans plusieurs pays d'Europe (Pays-Bas, France, Allemagne) ont encore accru les incertitudes.

Lire aussi :

 > Janet Yellen fait s'envoler les cours de l'or (17/03)
 > Le Cercle (Hervé Goulletquer) Trump : possibilités et limites de sa politique monétaire (23/03)

Deuxième coup d'accélérateur : la hausse des taux d'intérêt annoncée mi-mars par la Banque centrale américaine qui a fait plonger le dollar. Et les commentaires de sa présidente, Janet Yellen, qui ne prévoit que deux nouvelles hausses "modestes" des taux cette année, ce qui limitera le différentiel de rendement entre les actifs financiers qui servent un rendement et l'or qui ne distribue pas de coupons.

Scénarios haussiers

Le 23 mars à 13H59, les cours de l'once ontà nouveau franchi le seuil psychologique de 1.250 dollars sur le London Bullion Market - où les métaux précieux font l'objet de contrats de gré à gré. Et hier, mardi,l'once cotait 1.257,41 dollars . Depuis le début de l'année, l'once signe une progression de 8,58 % (voir l'évolution sur an ci-dessous) et le lingot de 1 kilo a bondi de 15,94 % .

 De quoi conforter les tenants des scénarios haussiers. Interviewé par Kitco la semaine dernière, Philip Streible, senior market stratégiste à RJO Futures estimait que le climat d'aversion au risque pourrait se traduire par un fort dégagement sur le marché actions américain et "pousser l'once à 1.300 dollars dans les 30 prochains jours".

La forte demande d'or va dépasser la production et l'or va poursuivre sa marche en avant pour franchir la barre des 1.300 dollars en 2017 et celle 1.400 dollars en 2018, estimaient les stratégistes d'ABN Amro au début du mois . "Nous en sommes au tout premiers stades de croissance sur le marché, donc tout le monde est encore prudent ou légèrement négatif, mais cela va s'améliorer", a estimé mardi Ronald-Peter Stoeferle. Selon lui, le signal du décollage pourrait se produire "au début de l'été".

Même à 1.400 dollars, l'once n'établirait pas une performance inouïe. Elle s'est en effet échangée à 1.897 dollars le 23 août 2011. De quoi redonner du lustre au jugement du banquier suisse Ferdinand Lips, qui faisait autorité en la matière : "L'or, c'est de l'argent, et tout le reste, c'est du crédit".

envoyer un email envoyer un email Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 06.03.2017 par logo les échos

Les investisseurs lâchent brusquement les métaux précieux

Les cours de l'or ont accusé la semaine dernière une baisse sans précédent depuis l'élection de Trump.

Le 12.09.2017 par logo les échos

Bruno Le Maire : « Nous voulons récompenser ceux qui prennent des risques »

Les derniers arbitrages du budget 2018 sur la fiscalité du capital dévoilés par le ministre de l'Economie. Le coût de la réforme de l'ISF évalué à 3 milliards. La fiscalité du diesel...

Le 25.08.2017 par logo les échos

L'euro signe la meilleure performance des devises du G10 cette année

L'euro est au plus haut depuis huit ans face à la livre et se rapproche du seuil symbolique de 1,20 dollar. De quoi préoccuper les banques centrales réunies à Jackson Hole.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×