Les découvertes de pétrole dans le monde s'effondrent

Le 21.02.2017 par ANNE FEITZ

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Les volumes ont baissé de 25 % en 2016 par rapport à l'année précédente. La chute des cours a conduit les groupes à réduire leurs investissements.

Année après année, le constat se répète depuis 2013 : les compagnies pétrolières trouvent de moins en moins de pétrole et de gaz. Selon les premières estimations publiées par le cabinet Wood Mackenzie, les volumes d'hydrocarbures conventionnels découverts sont tombés à 11,6 milliards de barils équivalent pétrole en 2016. Soit une baisse de 25 % par rapport à ceux de l'année précédente (réestimés à 15,5 milliards de barils), pour un nombre de gisements découverts en chute d'environ 40 % en un an, a calculé l'IFP EN dans son rapport annuel sur le sujet qui vient d'être publié. Un niveau très faible comparé à ceux atteints en 2005 (59 milliards de barils) ou en 2010 (42,8 milliards).

Ces estimations s'entendent toutefois hors gaz et pétrole de schiste, qui pourraient nuancer le constat : l'an dernier, c'est dans ce domaine qu'a été effectuée la plus grosse découverte au Texas, par la société Apache, avec 15 milliards de barils, dont 3 de pétrole (Alpine High). Toute une série d'annonces dans la région ont conduit l'US Geological Survey à réévaluer en novembre ses estimations des réserves dans la formation de Wolfcamp (qui fait partie du Permian, au Texas), à 20 milliards de barils de pétrole.

Succès en Alaska et en Afrique de l'Ouest

Dans le conventionnel, « aucune découverte d'importance comparable à celle de Zohr en 2015, au large de l'Egypte, n'a été réalisée en 2016. Et ce, malgré quelques réels succès, notamment en Alaska et en Afrique de l'Ouest», commentent les experts de l'IFP EN. L'an dernier, la plus grosse découverte conventionnelle a été effectuée par la petite compagnie spécialisée dans l'exploration Caelus Energy, dans le nord de l'Alaska (North Slope), avec 1,8 milliard de barils récupérables. La société Kosmos a découvert des gisements gaziers géants au large du Sénégal (Guembeul et Teranga), tandis qu'ExxonMobil a trouvé un champ pétrolifère important au large du Nigeria (Owowo), associé à d'autres compagnies, dont Total.

Ces piètres résultats s'expliquent en partie par la chute des cours du pétrole, qui a conduit les compagnies à couper dans leurs investissements depuis 2014 - en commençant par les moins indispensables. « Les dépenses d'exploration sont tombées à 40 milliards de dollars l'an dernier, contre 100 milliards en 2014», rappelle Florent Maisonneuve, associé chez AT Kearney. Par ailleurs, les campagnes se sont aussi révélées plus décevantes. « Il y a moins de gisements énormes à découvrir», relève Denis Florin, associé chez Lavoisier Conseil.

Inversion de la tendance

La tendance pourrait toutefois s'inverser cette année, alors que le cours du brut, tombé à moins de 30 dollars le baril de brent début 2016, se maintient autour de 55 dollars depuis fin novembre. Andrew Latham, chez Wood Mackenzie, pense que le point bas a été atteint en 2016 - même s'il estime que les dépenses d'exploration vont continuer à baisser, à 35 milliards de dollars en 2017, pour ne remonter qu'en 2018, à 45 milliards. Car l'amélioration de l'efficacité et la déflation ont sensiblement réduit le coût des puits d'exploration. « Dans les quarante principales sociétés d'exploration, le coût net d'un puits a pu tomber à 40 millions de dollars, contre 86 millions en 2014», a indiqué Andrew Latham à l'agence Bloomberg. Total prévoit ainsi de forer 27 puits cette année, contre seulement 19 l'an dernier, alors que son budget d'exploration a pourtant baissé de 1,4 à 1,25 milliard de dollars. Wood Mackenzie estime que le nombre de puits forés dans le monde remontera à 500 cette année, après être tombé à 431 en 2016 - trois fois moins que dans les années 2000.

envoyer un email envoyer un email Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 16.02.2017 par logo les échos

Le marché minier à l'aube d'un big bang

Selon McKinsey, le progrès générera des économies de coûts entre 900 et 1.600 milliards de dollars.

Le 06.07.2017 par logo les échos

En meilleure santé, les géants du CAC 40 se mettent en quête de croissance

Les stars de la cote sont aussi rentables qu'avant la crise. Désendettées, elles doivent renouer avec la croissance. L'investissement redémarre après quatre ans de baisse.

Le 30.06.2017 par logo les échos

Les 7 dossiers qui attendent les marchés au second semestre

Croissance, inflation, pétrole, élections : ces thèmes vont encore influer les marchés d'ici à la fin de l'année.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×