Les investisseurs lâchent brusquement les métaux précieux

Le 06.03.2017 par MURYEL JACQUE

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Les cours de l'or ont accusé la semaine dernière une baisse sans précédent depuis l'élection de Trump.

En quelques jours, les investisseurs ont fui les marchés des métaux précieux. Persuadés depuis peu que la banque centrale américaine (Fed) peut remonter ses taux dès la mi-mars, ils ont vendu l'or, mais aussi l'argent, le platine et même le palladium en masse. Le prix de l'once d'or, qui s'affichait il y a encore une semaine à son niveau le plus élevé depuis l'élection du président américain Donald Trump, a chuté de 2,3 % en cinq séances : un recul hebdomadaire sans égal depuis novembre. Les cours de l'argent ont, eux, dévissé de 3,3 %.

Conséquence du nouveau pari des investisseurs sur un resserrement monétaire imminent aux Etats-Unis, le dollar a fortement augmenté ces derniers jours tandis que le rendement sur les obligations américaines à deux ans s'envolait à un pic depuis 2009, relève Bernard Dahdah, analyste chez Natixis. Or, « lorsque les taux montent, le coût d'opportunité de la détention d'or progresse également », explique ce spécialiste des métaux précieux, qui attend sept hausses de taux sur 2017-2018 (contre quatre attendues par les marchés). De quoi faire décamper les investisseurs qui peuvent trouver d'autres actifs plus rémunérateurs.

Mais tout n'est pas joué pour autant pour le métal précieux. Et, les analystes apparaissent partagés sur l'évolution des cours de l'or au cours des mois à venir. Pour Commerzbank, en 2017, c'est principalement l'incertitude politique qui a poussé les investisseurs à foncer vers l'or en raison de son statut de valeur refuge. « Cette incertitude se retrouve des deux côtés de l'Atlantique - aux Etats-Unis avec le président américain Trump et sa politique, en Europe, avec des élections importantes dans plusieurs pays -, et risque fort de peser tout au long de l'année », estime l'équipe de recherche matières premières de la banque, qui envisage une once à 1.300 dollars d'ici à fin 2017.

En attendant, le 15 mars pourrait être une date marquante pour les marchés des métaux précieux. C'est « un jour riche en événements clefs à haut risque, souligne Ole Hansen, responsable de la stratégie matières premières chez Saxo Bank. Nous avons non seulement une hausse attendue des taux de la Fed et la fin de la "trêve" sur le plafonnement de la dette américaine, mais aussi l'élection néerlandaise, qui sera la première des trois élections majeures cette année en Europe. »

À noter

La London Bullion Market Association (LBMA) a annoncé que CME Group et Thomson Reuters ne vont plus gérer le fixing des cours de l'argent.

envoyer un email envoyer un email Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 21.02.2017 par logo les échos

Les découvertes de pétrole dans le monde s'effondrent

Les volumes ont baissé de 25 % en 2016 par rapport à l'année précédente. La chute des cours a conduit les groupes à réduire leurs investissements.

Le 12.09.2017 par logo les échos

Bruno Le Maire : « Nous voulons récompenser ceux qui prennent des risques »

Les derniers arbitrages du budget 2018 sur la fiscalité du capital dévoilés par le ministre de l'Economie. Le coût de la réforme de l'ISF évalué à 3 milliards. La fiscalité du diesel...

Le 25.08.2017 par logo les échos

L'euro signe la meilleure performance des devises du G10 cette année

L'euro est au plus haut depuis huit ans face à la livre et se rapproche du seuil symbolique de 1,20 dollar. De quoi préoccuper les banques centrales réunies à Jackson Hole.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×