Les retraites revalorisées de 0,8% en octobre

Le 18.09.2017 par Solveig Godeluck

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Les pensions complémentaires, gérées par les partenaires sociaux, n'augmenteront pas en novembre.

L'heure du dégel sonne pour les pensions. Selon nos informations, au 1er octobre, le montant de la pension de retraite de base va augmenter de 0,8% au sein des régimes alignés - le régime général des salariés du privé, le RSI des indépendants, la MSA des agriculteurs. Un coup de pouce qui intervient après trois années de vaches maigres.

Pourquoi cette décision ? Depuis 2016, la revalorisation des pensions ne dépend plus de prévisions d'inflation. Elle est indexée sur l'évolution moyenne de l'indice des prix à la consommation hors tabac constatée sur douze mois, d'août à juillet. Le gouvernement est toutefois libre d'accorder des revalorisations exceptionnelles ou au contraire de renoncer à une hausse pour faire des économies.

Les retraités, pas à la fête

La revalorisation d'octobre s'écartera peu des prévisions. La Commission des comptes de la Sécurité sociale anticipait en juillet une revalorisation de 0,9%, avec 128,5 milliards d'euros de pensions servies dans ces trois régimes en 2017. Ces dernières années, les retraités n'ont pas été à la fête. En 2016, l'inflation a été trop faible pour qu'ils bénéficient d'une revalorisation ; en 2015, ils n'ont eu droit qu'à un maigre +0,1% ; en 2014, l'exécutif a décidé de geler les pensions pour faire des économies. Le faste des belles années n'est toutefois pas encore revenu pour les salariés du privé, qui cotisent à l'Agirc-Arrco. Alors que leur date de revalorisation a été décalée en novembre, leur retraite complémentaire n'augmentera toujours pas en 2017. Car les partenaires sociaux ont décidé en octobre 2015, pour redresser les comptes de ce régime, de poursuivre la « sous-indexation » des pensions un point en dessous de l'inflation constatée, pendant trois ans. Et cela, en période d'atonie des prix. Du coup, depuis 2013 les retraites complémentaires n'ont pas augmenté.

Les retraités les plus modestes doivent, quant à eux, attendre le mois d'avril pour la revalorisation de leur minimum vieillesse ou Aspa (allocation de solidarité aux personnes âgées). Elle est également indexée sur l'inflation constatée, de février à janvier. En avril 2017, son montant a augmenté de 0,3%, à 803 euros pour une personne seule, et à 1.247 euros pour un couple.

En 2018, le minimum vieillesse pourrait faire un bond. Emmanuel Macron a promis de le porter à 900 euros durant son quinquennat. Le premier palier de hausse surviendra l'année prochaine et sera élevé. Ce geste permettra d'adoucir le sort des populations les plus fragiles, alors que le chef de l'Etat mène une politique de redistribution du pouvoir d'achat des retraités vers les actifs.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 08.09.2017 par logo les échos

CSG : la majorité envisage un geste pour les petites retraites

Les députés LREM veulent éviter que des retraités modestes subissent une hausse de CSG sans baisse de taxe d'habitation. Ils envisagent un ajustement lors de l'examen du projet de loi...

Le 06.12.2017 par logo les échos

Les retraités français parmi les mieux lotis de l'OCDE

Qu'il s'agisse de l'âge de départ, de la durée de la retraite ou des revenus, la France est championne des pays développés, selon le panorama publié par l'OCDE.

Le 05.12.2017 par logo les échos

Le pouvoir d'achat des retraités continue de baisser

La pension moyenne des retraités par rapport aux actifs progresse tout de même grâce au flux de nouveaux retraités ayant eu une belle carrière.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×