Présidentielle : le soulagement des marchés en quatre graphiques

Le 25.04.2017 par ETIENNE GOETZ

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

L'euro bondit, le taux de la dette française se détend et le CAC 40 prend 4% après les résultats du scrutin plaçant Emmanuel Macron devant Marine Le Pen pour le second tour. Les marchés anticipent une victoire de l'ancien ministre de l'économie.

Pas de surprise majeure pour les investisseurs. Le résultat du premier tour de l'élection présidentielle est conforme aux attentes et aux sondages. Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, Emmanuel Macron arrive en tête en récoltant 23,75% des suffrages exprimés, suivi de Marine Le Pen avec 21,53 %. François Fillon a reçu 19,91% des votes et Jean-Luc Mélenchon 19,64%. Le candidat du Parti socialiste Benoît Hamon dégringole à 6,35%.

>> Tous les résultats du premier tour

© Bloomberg

Les craintes d'un « Frexit » s'éloignent

L'euro a gagné jusqu'à 2,3% à 1,0939 dollar selon les données de Bloomberg. Il s'agit de son plus haut niveau depuis 5 mois. La monnaie unique s'est renforcée contre la plupart des devises majeures et a pris plus de 3% face au yen. « L'euro a grimpé car le pire des scénarios pour le marché ne s'est pas réalisé», a commenté Naeem Aslam de Think Markets. Les investisseurs redoutaient un second tour opposant les deux candidats euro-sceptiques que sont Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier ayant réalisé une poussée remarquable deux semaines avant l'élection.

« Les risques de Frexit s'éloignent. Le candidat le plus pro-européen arrive en tête et le FN fait plutôt moins bien que prévu depuis quelques mois», analyse Natixis. De fait le coût de la protection contre une chute de l'euro (le risk reversal) revient à ses niveaux avant l'élection. Signe que les investisseurs ne craignent plus autant un éclatement de la zone euro.

L'euro dollar risk reversal est un indicateur du coût de la protection contre une chute de l'euro. - © Bloomberg

Les analystes de Société Générale relèvent que le résultat est conforme aux sondages . En tout cas les enquêtes d'opinion françaises sont bien meilleures qu'elles ne l'ont été dans le cas du Brexit et des élections américaines. La banque basée à la Défense souligne que les premiers sondages de second tour donnent Macron vainqueur à 62% contre 38%. « C'est là-dessus que le marché des changes va parier dans les jours avant le second tour et c'est ce qu'il fait déjà ».

Le « spread » chute

Du côté de la dette française, le taux à 10 ans perd plus de 10 points de base à 0,820 %. Le spread, c'est-à-dire l'écart entre la France et l'Allemagne, lâche près de 19 points de base à 48 points, son plus bas niveau depuis fin janvier. Durant la campagne cet écart avait dépassé les 80 points car les marchés craignaient une victoire de Marine Le Pen, ou de Jean-Luc Mélenchon.

Le spread est retombé à son niveau de fin janvier © Bloomberg

Les actions décollent, les banques s'envolent

Sur les marchés actions, le soulagement est également palpable. La CAC 40 finit en hausse de 4,14% à 5.268 points. L'indice a même pris jusqu'à 4,6% pour retrouver son niveau de début 2008 . Les valeurs bancaires sont les principales bénéficiaires du résultat de l'élection. Société Générale et Crédit Agricole prennent 9,86% et 10,86 %, BNP Paribas gagne 7,52%.

Ailleurs en Europe, Francfort gagne près de 3,37%, Londres prend 2,11%. Outre-Atlantique, le S&P500 a ouvert en hausse de 0,92 % et le Dow Jones a pris 0,86%.

© Bloomberg / Etienne Goetz

A lire sur le premier tour

 EDITORIAL Présidentielle : le big bang
 Plombé par les affaires, Fillon durement défait
 Mélenchon en opposant irréductible
 Un revers historique pour Hamon, le candidat du PS
 Dupont-Aignan émerge parmi les « petits candidats »
 EN DIRECT La soirée de résultats
 EN DIRECT Le film de la journée de vote
 DIAPORAMA Les résultats du premier tour
 DIAPORAMA Le premier tour en images
 Des forces de police et militaires mobilisées comme jamais

envoyer un email envoyer un email Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 24.04.2017 par Roger Caniard

#AskRogerCaniard 24 avril 2017

Le 12.09.2017 par logo les échos

Bruno Le Maire : « Nous voulons récompenser ceux qui prennent des risques »

Les derniers arbitrages du budget 2018 sur la fiscalité du capital dévoilés par le ministre de l'Economie. Le coût de la réforme de l'ISF évalué à 3 milliards. La fiscalité du diesel...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×