Les solutions de financement professionnel pour les cabinets médicaux

Le 09.03.2017

logo les échos

envoyer un email envoyer un email

Une fois l’autorisation d’exercer obtenue, le financement du cabinet médical ou paramédical constitue souvent, pour le praticien, un enjeu majeur. Différentes solutions s’offrent à lui pour financer son cabinet, son matériel et le fonctionnement de son activité.

Avant de contracter un emprunt auprès d’un ou plusieurs organismes de crédit, le praticien doit, en premier lieu, établir son plan de financement. Ce dernier intègre notamment l’immobilier (achat ou location du cabinet), l’achat d’une patientèle ou de parts de société (SCP, SEL…), le coût du mobilier, y compris le matériel médical, éventuellement celui d’un véhicule, etc. Le plan de financement permet de déterminer la nature des biens à financer, mais aussi d’évaluer le montant des crédits auxquels le praticien libéral pourra faire face. À l’issue de cette première phase se posera alors la question des solutions de financement.

Le crédit couvre tous les besoins

Le praticien peut faire appel à différentes solutions de financement.

  • Le crédit classique est un emprunt dont le taux et la durée sont déterminés à la signature du contrat. Le remboursement se fait par mensualités fixes, amortissables, sachant que sa durée dépend bien évidemment du bien à financer.
  • Le crédit immobilier professionnel couvre l’achat des murs du cabinet, de parts de SCI ou les travaux éventuels. La durée de financement peut aller jusqu’à 20 ans.
  • Le crédit professionnel affecté, appelé « crédit installation », couvre l’achat du matériel professionnel, du mobilier, l’achat de la patientèle et des parts de SEL. Pour le matériel et le mobilier, la durée de financement peut aller jusqu’à 7 ans et doit être identique à la durée d’amortissement du bien. Pour l’achat de la patientèle, la durée de financement maximum est également de 7 ans, et pour l’achat de parts de SEL, la durée maximum est de 12 ans.

Les praticiens libéraux peuvent obtenir ces crédits auprès des organismes bancaires, mais également des organismes spécialisés dans le financement des professionnels de santé ou de certaines caisses de retraites.

Location avec option d’achat et crédit-bail : des solutions particulièrement adaptées aux professionnels de santé

La location avec option d’achat (LOA) est la formule de financement la plus souvent retenue par les professionnels de santé libéraux pour leur véhicule. Il s’agit d’une location dont la durée et les conditions de l’option d’achat sont fixées dès le départ. Il est même possible de verser un premier loyer majoré afin de diminuer le montant des loyers mensuels. Des loyers qui sont par ailleurs déductibles des frais généraux. Attention toutefois, la déduction des loyers est plafonnée à 18 300 euros pour les véhicules qui émettent une quantité de CO2 comprise entre 60 g/km et 155 g/km. Pour les véhicules qui émettent davantage (plus de 200 g/km), le plafond de déduction fiscal est abaissé à 9 900 euros.

Au terme du contrat, l’emprunteur a le choix entre deux possibilités :

  • restituer le véhicule à l’organisme de financement ;
  • racheter le véhicule pour le montant de l’option d’achat fixée dans le contrat.

Selon un principe identique, le crédit-bail permet de financer le matériel professionnel et de déduire l’intégralité des loyers. La durée de financement est de 7 ans maximum ; elle doit être équivalente à la durée d’amortissement du matériel. Comme pour la location avec option d’achat, il est également possible de verser un premier loyer majoré afin de diminuer le montant des loyers mensuels.

envoyer un email envoyer un email
Les solutions MACSF
Financement immobilier

Des solutions de financement immobilier adaptées à votre projet, privé ou professionnel.

Crédit matériel professionnel

Votre matériel médical et paramédical financé à taux privilégié en crédit ou crédit-bail.

Crédit auto / LOA

Le financement du véhicule à taux réduit, en crédit ou location avec option d'achat.

Crédit installation

MACSF financement accompagne votre projet d'installation libérale.

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 14.06.2017 par logo les échos

Crédit bancaire : de nouvelles règles pour la domiciliation des revenus

À compter du 1er janvier 2018, les banques ne pourront exiger une domiciliation des revenus de l’emprunteur au-delà d’une période de 10 ans.

Le 17.05.2017 par logo les échos

Crédit immobilier : les Français mieux lotis que leurs voisins européens

Les ménages français bénéficient d'un taux d'intérêt moyen pour le crédit immobilier parmi les plus bas de l'Union européenne. En 2008 et 2016, leur pouvoir d'achat immobilier a augmenté...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×