Loi Pacte : les points clefs épargne retraite, assurance vie, gestion des entreprises

Le 21.05.2019

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Epargne retraite assurance vie loi Pacte

La loi Pacte a été définitivement adoptée le 11 avril 2019. Certaines de ses dispositions apportent des nouveautés en matière d’épargne retraite, d’assurance vie et de gestion des entreprises. Revue des points clefs.

Epargne retraite

Un nouveau support

La loi Pacte créé le Plan épargne retraite (PER), composé de deux compartiments. Le premier pourra recevoir les investissements individuels alimentés par des versements volontaires. Le second recevra les versements collectifs, notamment ceux obligatoires, issus de la participation et de l’intéressement ou des comptes épargne temps (CET).

Des conditions de sortie anticipées harmonisées

La loi Pacte harmonise également les conditions de sortie anticipée des sommes épargnées.

Cela sera possible dans les cas suivants :

  • Décès du conjoint ou du partenaire de pacs, invalidité de l’épargnant, de ses enfants ou de son conjoint, de surendettement, d’expiration des droits au chômage, de cessation d’activité non salariée faisant suite à une liquidation.
  • La sortie anticipée pour l’achat de sa résidence principale sera possible mais uniquement pour les supports individuels d’épargne retraite.
  • En outre, au moment de son départ à la retraite, l’épargnant aura la possibilité de sortir en rente mais également en capital. Le traitement fiscal de cette dernière possibilité devrait bientôt être précisé.

Transférabilité assurance vie / PER

Jusqu’au 1er janvier 2023, si vous détenez un contrat d’assurance vie ouvert depuis plus de 8 ans, vous pourrez transférer, dans des conditions fiscales avantageuses, des sommes issues de ce contrat vers le plan d’épargne retraite créé par la loi Pacte. Il vous faudra être à plus de 5 ans de votre départ à la retraite.

L’assurance vie : transférable, transparente et plus « verte »

Si vous possédez un contrat d’assurance vie ancien et peu rémunérateur, vous pourrez désormais le transférer sur un contrat plus récent, à la condition qu’il soit proposé par le même assureur. Et contrairement au dispositif Fourgous, ce transfert peut s’opérer sans que le nouveau contrat n’accueille au minimum 20 % d’unités de compte.

En outre, les assureurs sont tenus à deux nouvelles obligations afin d’assurer le plus de transparence possible.

  • Pour chaque unité de compte, devra être fournie une information détaillée précisant : la performance brute de frais, la performance nette de frais et les frais prélevés, au cours d’une période définie par arrêté à venir. Devront être également précisées les éventuelles rétrocessions de commission perçues au titre de la gestion financière des actifs exprimés en unités de compte.
  • Chaque assureur devra fournir sur son site internet les taux de rendement et de valorisation offerts sur l’ensemble de leurs contrats, même quand ils ne seront plus commercialisés.

Enfin, l’assurance vie devra opérer progressivement une transition écologique, en deux phases. A partir de 2020, les assureurs devront proposer des unités de compte investies sur les secteurs de l’écologie ou de la solidarité dans chacun des contrats multisupport. Dès 2022, l’obligation sera cumulative en faveur de l’écologie et de la solidarité.

Des mesures affectant les PME

Suppression du forfait social

Si la procédure d’urgence avait été enclenchée par le gouvernement pour l’adoption de la loi Pacte, celui-ci avait décidé d’aller encore plus vite pour supprimer le forfait social pour les entreprises de moins de 250 salariés. Cette partie de la loi Pacte, déplacé dans un autre projet de loi, est donc déjà applicable.

Effectif

Forfait social

sur la participation

Forfait social

sur l’intéressement

En dessous de 50 salariés

Supprimé

Supprimé

De 50 à 250 salariés

Reste identique à 20%

Supprimé

Au-dessus de 250 salariés

Reste identique à 20%

Gel des seuils

Selon le nombre de salariés, l’entreprise est soumise à des obligations sociales, fiscales et administratives différentes. Or, basculer sur un seuil supérieur peut s’avérer coûteux et très problématique.

Avec la loi Pacte, et à compter du 1er janvier 2020, le seuil d’effectif déclenchant l’obligation de rédiger un règlement intérieur passe de 20 à 50 salariés. Il en est de même pour l’application du taux de 0,50 % (au lieu de 0,10 %) de la contribution au fonds national d’aide au logement. En revanche le seuil d’obligation d’emploi de travailleurs handicapés reste fixé à 20 salariés.

En outre, lors d’un franchissement de seuil, les nouvelles obligations ne s’appliqueront qu’au bout de 5 années consécutives passées au-delà de ce seuil.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
Epargne retraite

Assurance vie, Madelin, PERP... La MACSF propose des solutions d'épargne retraite adaptées à vos projets.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×