La météo des UC : janvier 2017

Le 23.01.2017
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

L'aperçu du mois de janvier de l'évolution des supports en unités de compte MACSF.

Performance des profils et des unités de compte*

Données au 30/12/2016

Metéo des UC MACSF - Janvier 2017

Légende météo des UC

Détail des supports financiers    Détail des performances des profils

Tout investissement/désinvestissement sur un support en unités de compte expose à un risque de perte en capital. Au titre de garanties exprimées en unités de compte, les montants investis sur ces supports ne sont pas garantis mais sont sujets à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Ces données ne sauraient constituer un acte de conseil et ne revêtent qu’un caractère informatif. Elles ne sauraient engager la responsabilité du groupe MACSF.

(1) Performance annuelle nette de frais de gestion et de frais de garantie plancher et brute de prélèvements sociaux, calculée sur la base d’une prime nette directement investie sur le profil au 1er janvier avec une rémunération de 2,40% nette sur le fonds en euros
(2) Pour les UC : performance annuelle depuis le 1er janvier, brute de frais de gestion, de frais de garantie plancher et de prélèvements sociaux
(3) Performance moyenne annualisée sur 5 ans du 31/12/2011 au 31/12/2016

Commentaires sur les performances 2016

  • Médi Court Terme affiche en 2016 une performance négative de -0,12 %, supérieure à celle de l’Eonia capitalisé, taux de référence du marché monétaire.
  • Eurose C, référence française des fonds flexibles défensifs, exclusivement investi en actifs européens, enregistre en 2016 une hausse de +2,36%. La performance a été essentiellement soutenue par l’exposition aux actions qui est restée sur l’ensemble de l’année proche du maximum autorisé de 35%.
  • Carmignac Patrimoine A, référence européenne des fonds diversifiés patrimoniaux, progresse de +3,88% en 2016. La performance a été dynamisée en fin d’année par l’exposition du portefeuille aux actions proche du maximum autorisé de 50%.
  • JPM Global Income A, fonds patrimonial d’actifs de rendement, en hausse de 5,62% en 2016 a bénéficié, dans un contexte de taux d’intérêt historiquement bas, de l’attractivité des différentes classes d’actifs qui composent son univers d’investissement : obligations d’entreprises et actions à dividendes élevés essentiellement.
  • Médi-Convertibles, fonds d’obligations convertibles européennes, progresse de 0,22% seulement en 2016, sur performant légèrement son indice de référence. Les obligations convertibles n’ont pas suivi la hausse des actions sous-jacentes pénalisées par le désintérêt des investisseurs pour la classe d’actifs.
  • DWS Top Dividende, fonds d’actions internationales distribuant des dividendes élevés et en croissance, et dont la stratégie d’investissement défensive vise à "amortir" les périodes de marchés baissiers, a encore montré l'efficacité de son profil de rendement/risque attractif en progressant de 7,31% avec une volatilité inférieure à celle des grands indices d'actions internationales. 
  • JPM Highbridge US STEEP A, a bondi de 14,73% en 2016 grâce à la bonne tenue des actions nord-américaines et à l’appréciation du dollar par rapport à l’euro. 
  • Médi Immobilier enregistre une performance de +1,63% seulement en 2016, pénalisé l’automne dernier par les anticipations de hausse des taux d’intérêt. En effet, les actions de sociétés foncières et immobilières, dont l'activité est très capitalistique, sont souvent très endettées et par conséquent sensibles à l’orientation des taux d’intérêt. 
  • Médi-Actions, fonds d’actions européennes, en hausse de 3,25% en 2016, enregistre une sous-performance de 2,44% par rapport à son indice de référence. L’année boursière, rythmée par les surprises politiques et les changements de perception de l’environnement économique et des perspectives d’inflation, a été particulièrement délicate pour la plupart des gérants sélectionneurs de valeurs. Sur moyenne et longue période, la performance de Médi Actions reste très satisfaisante.
  • Médi Emergents, fonds d’actions de pays émergents, affiche une performance de 12,34% en ligne avec celle de son indice de référence. L’année 2016 a toutefois été particulièrement instable pour les marchés d’actions et les devises émergentes et les performances des différents pays très hétérogènes. A noter les performances en euros des marchés russe et brésilien (respectivement +65% et +76%) qui ont bénéficié du rebond des prix de l’énergie et de la réappréciation de leurs devises.
  • Pictet-Global Megatrend Selection P enregistre en 2016 une performance de 4,69% significativement inférieure à celle de son indice de référence. Les thématiques d’investissement du fonds, structurellement sous-pondérées dans les secteurs « finance » et « énergie », sont à l’origine de cette performance relative en retrait.
  • La SCPI Primovie a vu son encours doubler au cours de l’année 2016, amenant la capitalisation de la SCPI à 919 millions d’euros au 1er janvier 2017. L’ensemble des investissements réalisés sur l’année concernent le marché de la santé, de l’éducation ou encore de l’hébergement des seniors. Par ailleurs, Primovie a poursuivi sa diversification vers la zone euro en Allemagne et en Italie, tendance qui se poursuivra en 2017.
  • L’activité sur le patrimoine de la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine a été soutenue tout au long de l’année 2016, portant sa capitalisation à près de 2 milliards d’euros. Le portefeuille de la SCPI est harmonieusement diffus dans Paris, avec quelques actifs en région, source de performance et de diversification géographique.

Make market great again

Le CAC 40 finit l’année sur une performance annuelle positive de 4,86%. L’indice parisien a pourtant passé la majeure partie de l’année dans le rouge sous l’effet de la chute des cours du pétrole, des interrogations sur l’évolution de la politique monétaire américaine, des inquiétudes à propos du secteur bancaire italien et du vote anglais favorable au Brexit. De façon inattendue, la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine a donné aux marchés l’élan nécessaire pour repasser dans le vert. La progression du CAC 40 n’est ainsi devenue positive qu’au début du mois de décembre, avant de clôturer à son plus haut niveau de l’année.

Dans le reste de l’Europe, la bourse de Londres a affiché une performance de plus de 14% malgré le Brexit. La baisse de la livre (-17% sur l’année) et la hausse des prix des matières premières ont favorisé les valeurs exportatrices et les valeurs minières. La bourse italienne est quant à elle en bas de classement avec une chute de plus de 10%, plombée par le secteur bancaire.

Aux Etats-Unis, la politique de relance budgétaire et de baisse des impôts promise par le nouveau président couplée à la remontée des prix du pétrole ont permis aux indices américains de finir sur des niveaux historiquement élevés : le Dow Jones termine juste sous les 20 000 points après une progression de 13,4% sur l’année, et le Nasdaq proche des 5 400 points avec 7,5% de hausse en 2016.

Sur le marché obligataire, le premier semestre aura été marqué par une baisse des taux, alors que le second semestre aura vu les taux longs remonter. La remontée des prix du pétrole, associée à la nouvelle politique proposée par D.Trump ont conduit les investisseurs à croire au retour de l’inflation. La normalisation attendue des politiques des banques centrales a accentué le mouvement en fin d’année. La Réserve Fédérale américaine a d’ailleurs initié le mouvement en remontant ses taux directeurs de 0,25%, lors de sa dernière réunion de fin d’année. Le taux américain à 10 ans a fini l’année en hausse à 2,44%, alors que le taux français à 10 ans termine en baisse à 0,69%.

Repères - Météo des UC janvier 2017

Perspectives 2017

Les investisseurs auront été, en fin de compte, peu sensibles en 2016 aux évènements politiques, accordant plus d’importance à la reprise économique mondiale et au léger surcroît d’inflation qui devraient se prolonger en 2017.
L’euphorie qui a suivi l’élection de Donald Trump pourrait toutefois s’essouffler compte tenu des fortes attentes générées en matière de mesures de relance budgétaire et fiscale, mais aussi des interrogations au sujet d’éventuelles décisions à caractère protectionniste. Le risque politique restera un important facteur d’incertitude en Europe compte tenu des nombreuses échéances électorales (Pays-Bas, France, Allemagne) et des modalités d’application du Brexit. Enfin, la volatilité des marchés pourrait remonter dans la perspective de politiques monétaires moins accommodantes et d’éventuelles tensions sur les marchés obligataires.

Nous maintenons par conséquent notre biais prudent à court terme dans nos recommandations et privilégions toujours les supports patrimoniaux JPMorgan Global Income, DNCA Eurose et Carmignac Patrimoine. Au sein de la gamme actions, la thématique défensive et diversifiée du fonds DWS Top Dividende qui vise à sélectionner des titres de sociétés génératrices de dividendes élevés et en croissance conserve notre préférence. Un profil libre prudent composé à 70% du Fonds en euros, à 20% de DWS Top Dividende, à 5% de JPMorgan Global Income et à 5% de DNCA Eurose constitue ainsi une bonne alternative plus dynamique que le profil sécurité.

Par ailleurs, la grande flexibilité de la stratégie d’investissement de Carmignac Patrimoine, dont la capacité des gérants à mettre en place rapidement des stratégies de couverture des risques du portefeuille, apparaît bien adaptée dans un contexte de hausse de la volatilité.

A noter enfin, que nous renouvelons notre message de prudence à court terme concernant les actions des pays émergents, qui pourraient souffrir d’éventuelles tensions protectionnistes et de la hausse du dollar.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 11.01.2017

Performances 2016 des profils et supports en unités de compte du RES Multisupport

La MACSF a présenté mercredi 11 janvier, lors de sa conférence de presse annuelle, les performances 2016 de ses supports financiers.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×