La météo des UC : juillet 2018

Le 11.07.2018
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Performances et perspectives des supports en unités de compte MACSF au 29 juin 2018.

Performance des profils et des unités de compte*

Données au 29/06/2018

 

Détail des supports financiers    Détail des performances des profils

Légende météo des UC

Tout investissement/désinvestissement sur un support en unités de compte expose à un risque de perte en capital. Au titre de garanties exprimées en unités de compte, les montants investis sur ces supports ne sont pas garantis mais sont sujets à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Ces données ne sauraient constituer un acte de conseil et ne revêtent qu’un caractère informatif. Elles ne sauraient engager la responsabilité du groupe MACSF.

(1) Performance annuelle nette de frais de gestion et de frais de garantie plancher et brute de prélèvements sociaux, calculée sur la base d’une prime nette directement investie sur le profil au 1er janvier avec une hypothèse de rémunération de 2% nette sur le fonds en euros. Il convient de rester prudent sur cette hypothèse de rémunération de 2% sur le fonds en euros, qui sera susceptible d’être revue en cours d’année.
(2) Pour les UC : performance annuelle depuis le 29/12/2017, brute de frais de gestion, de frais de garantie plancher et de prélèvements sociaux.

Prudence estivale

 
En dépit de la montée des risques, la croissance mondiale reste solidement ancrée à un rythme supérieur à 3,5%, cessant toutefois d’accélérer. Aux Etats-Unis, la conjoncture reste bien orientée grâce notamment au mesures de relance budgétaire. En Europe, les statistiques conjoncturelles ont globalement déçu mais les entreprises ont publié des résultats solides au premier trimestre.

Le sentiment des investisseurs est toutefois devenu plus prudent dans un contexte marqué par l’émergence ou l’intensification de plusieurs risques essentiellement politiques. D’une part, l’escalade des mesures protectionnistes initiées par les Etats-Unis (mise en place de droits de douane sur les biens notamment en provenance de Chine) et la perspective d’une « guerre commerciale » durable menacent la fluidité des échanges mondiaux et le climat des affaires.

Par ailleurs, le risque politique a fait son retour en zone Euro : gouvernement eurosceptique en Italie, volonté d’indépendance en Catalogne, coalition allemande difficile. Les mouvements populistes apparaissent de plus en plus puissants et les divergences économiques semblent s’accentuer.

Enfin, la hausse du prix du pétrole et les conséquences du resserrement des politiques monétaires aux Etats-Unis et en dans la zone Euro restent des sources d’incertitude. Mario Draghi a notamment annoncé la fin du Quantitative Easing pour la fin d’année, sans relèvement de taux avant un an. Ces premiers relèvements de taux européens interviendraient donc à la fin du cycle de croissance américain.

Dans ce contexte, les principaux indices boursiers évoluent sans véritable tendance depuis quelques mois avec des performances assez divergentes sur les différentes zones géographiques. Les indices américains, européens et émergents affichent respectivement des performances de 5,5%, -0,3% et -4,1% (en euro). La pression s’est ainsi intensifiée sur les pays émergents, au mois de juin, impactés par les tensions protectionnistes, mais également par la hausse des prix du pétrole, l’appréciation du dollar et l’aversion généralisée au risque.
Sur les marchés obligataires, les rendements européens ont finalement peu varié au cours du mois. Ils évoluent toujours à des niveaux inférieurs à ceux de début d’année pour les pays « core ».

Face à la hausse des incertitudes et en l’absence de tendance significative sur les marchés, nous renouvelons nos recommandations de prudence pour cet été, en attendant des opportunités pour se repositionner.

Nos recommandations :

 
Ce positionnement prudent se traduit par le maintien de notre préférence parmi les supports actions pour les actions européennes (Médi Actions) qui bénéficient de valorisations relativement attractives, par rapport aux actions américaines.

Le support plus défensif DWS Top Dividende bénéficie actuellement de l’appréciation du dollar mais également de la réduction de l’écart de valorisation entre les valeurs cycliques et les valeurs défensives de qualité (thématique d’investissement du fonds).

Nous continuons également de recommander le support Pictet Global Megatrend Selection, dont les thématiques d’investissement ont encore profité au premier semestre de la bonne tenue de l’économie mondiale.

Nous maintenons notre prudence à court terme concernant les actions de pays émergents (Médi Emergents) qui souffrent principalement du contexte géopolitique tendu, de l’appréciation du dollar et de l’environnement de taux américains orientés à la hausse. Nous restons néanmoins convaincus que les valeurs émergentes conservent des fondamentaux attractifs à long terme.

Parmi les supports patrimoniaux, nous conservons notre préférence pour Carmignac Patrimoine, qui a diminué son exposition actions (25%) et s’est réexposé au dollar (45%) au second trimestre. Dans ce contexte incertain nous apprécions en effet la flexibilité de ce support, les gérants ayant la possibilité de mettre en œuvre des couvertures des risques.

Détail des performances par support au 29/06/2018 :

 

Fonds patrimoniaux :

La baisse de Carmignac Patrimoine au premier semestre s’explique principalement par la performance négative des actifs obligataires : exposition aux dettes périphériques (emprunts d’Etat italien notamment), couverture de taux mises en place sur la dette souveraine allemande et dettes émergentes. Le portefeuille actions (dont l’exposition a été réduite à environ 25% au cours du second trimestre), a en revanche contribué positivement, bénéficiant notamment d’un biais thématique favorable aux valeurs technologiques et au secteur de l’énergie. La contribution de l’exposition du portefeuille au dollar a aussi été légèrement positive.
 

DNCA Eurose, fonds patrimonial exclusivement investi en valeurs européennes, a été impacté par la hausse des primes de risque sur les actifs des pays « périphériques » de la zone euro, suite à crise politique en Italie. L’exposition de près de 20% du fonds aux actifs italiens, dont 10% environ de dettes souveraines, a notamment pesé sur la performance du fonds.
 

JPMorgan Global Income, fonds flexible très diversifié en termes de classes d’actifs et de zones géographiques, a principalement souffert de la hausse des taux aux Etats-Unis, de l’élargissement des primes de risque des obligations à haut rendement, de son biais sectoriel sur les actions à hauts dividendes et de son exposition aux actifs émergents (actions et dettes). La couverture systématique du risque de change n’a pas permis au fonds de profiter de l’appréciation du dollar sur le second trimestre 2018.
 

Fonds Convertibles :

Medi Convertibles, fonds d’obligations convertibles européennes, a été pénalisé par la baisse des actions sous-jacentes, en ligne avec les grands indices actions européens, et par l’écartement des primes de risque de crédit.
 

Fonds Actions :

Medi Actions, fonds d’actions européennes, enregistre une performance en ligne avec son indice de référence pour le premier semestre 2018. La surpondération aux secteurs Energie et Technologie a contribué positivement à la performance du fonds, alors que la surpondération au secteur Banques a pénalisé la performance du fonds sur les mois de mai et juin sur fond de tension politiques (notamment en Italie). La surpondération à la France (+3% pour le CAC 40 contre -0.3% pour l’EuroStoxx 50) contribue positivement à la performance du fonds. 
 

DWS Top Dividende, fonds d’actions internationales à dividendes élevés et en croissance, a inversé sa tendance baissière du premier trimestre pour enregistrer une performance de plus de 7% sur le deuxième trimestre, depuis son point bas enregistré fin mars. Sur le second trimestre, le fonds a pleinement bénéficié de l’appréciation du dollar. Il bénéficie également récemment du regain d’attractivité des valeurs défensives de qualité, délaissées par les investisseurs en début d’année.
 

Pictet Global Megatrend Sélection enregistre une performance supérieure au MSCI World au premier semestre 2018. Le fonds bénéficie de son exposition à des thèmes prometteurs profitant de la bonne dynamique de croissance mondiale, malgré un rythme moins soutenu ces derniers mois.
 

Alors que JPMorgan Highbridge US Steep, fonds d’actions américaines, a été pénalisé par la dépréciation du dollar contre l’euro au premier trimestre 2018, il bénéficie pleinement du retournement de la devise au second trimestre : il enregistre une performance de plus de 7% entre fin mars et fin juin. Cependant, la sous-exposition du fonds aux « méga capitalisations » technologiques (Alphabet, Amazon, Facebook…) continue de peser sur la performance relative du fonds par rapport à son indice de référence, le S&P 500.
 

Medi Emergents, fonds d’actions de pays émergents, souffre des mauvaises performances de la classe d’actifs. Les pays émergents sont impactés par les tensions géopolitiques internationales (guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, élections au Mexique, Brésil et en Turquie), la hausse du dollar (pays majoritairement endettés en dollar), mais également par la hausse du prix du baril de pétrole.
 

Medi Immobilier, fonds d’actions de foncières cotées, a enregistré une majeure partie de sa performance au second trimestre 2018. Le secteur de l’immobilier profite de son caractère défensif, et de la baisse des taux d’intérêt au deuxième trimestre.

Focus sur Carmignac Patrimoine

 
Au 29/06/2018, la performance du fonds Carmignac Patrimoine depuis le début de l’année s’inscrit en baisse de 1,25%. Les choix d’investissement prudents initiés début juin par les gérants ont permis à la performance de bien résister dans un environnement de marchés difficile.

Depuis le début de l’année, les principaux détracteurs de la performance ont concerné le portefeuille obligataire et l’exposition devise :

  • Le fonds a été pénalisé par l’exposition aux dettes périphériques, notamment à la dette italienne qui a souffert de l’incertitude politique,
  • Les couvertures de taux mises en place parallèlement sur les dettes souveraines allemandes ont aussi contribué négativement.
     

En revanche, le portefeuille actions a contribué positivement à la performance du fonds :

  • Cette exposition actions, de 45% environ en début d’année a été réduite à près de 28% fin mai, justifiée par des marchés actions devenus plus incertains,
  • Les choix sectoriels (valeurs technologiques, valeurs liées à la santé et aux matières premières) ont globalement surperformé.
     

Les expositions aux devises étrangères (dollar essentiellement) ont aussi, dans une moindre mesure, soutenu la valorisation.

Début juin, les gérants ont adopté une stratégie défensive :

  • L’exposition actions a été encore réduite pour atteindre environ 25%,
  • Le rebond des prix des actifs italiens a conduit les gérants à réduire l’exposition à la dette souveraine italienne et à vendre les obligations d’entreprises (notamment bancaires et à haut rendement),
  • L’exposition au dollar américain a été augmenté à 55%, un niveau légèrement supérieur à celui de l’indice de référence (50%),
  • La sensibilité du portefeuille obligataire a été maintenue à près de 4%, notamment sur les taux américains et allemands.
     

En conclusion, Carmignac Patrimoine commence la seconde moitié de l’année avec un positionnement prudent et défensif en diminuant le risque global du portefeuille. Carmignac Patrimoine, avec la possibilité de varier son exposition actions mais également sa sensibilité aux taux grâce à l’utilisation de produits dérivés, conserve une flexibilité appréciable dans un environnement financier plus incertain.

Au 29/06/2018, Carmignac Patrimoine (-1.25%) réalise ainsi la meilleure performance relative par rapport à nos deux autres supports patrimoniaux (DNCA Eurose, -1.83% et JPMorgan Global Income, -2.62%) qui restent systématiquement investi et donc exposés. La performance récente du fonds rappelle donc la réelle complémentarité de Carmignac Patrimoine dans notre gamme d’unités de compte.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

À lire aussi

Le 12.11.2018 par Roger Caniard

La Minute financière du 12 novembre 2018

Le 06.11.2018

Octobre rouge

Le 05.11.2018 par Roger Caniard

La Minute financière du 5 novembre 2018

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×