La météo des UC : mars 2018

Le 20.03.2018
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Performances et perspectives des supports en unités de compte MACSF au 28 février 2018.

Performance des profils et des unités de compte*

Données au 28/02/2018

 

Détail des supports financiers    Détail des performances des profils

Légende météo des UC

 

Tout investissement/désinvestissement sur un support en unités de compte expose à un risque de perte en capital. Au titre de garanties exprimées en unités de compte, les montants investis sur ces supports ne sont pas garantis mais sont sujets à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Ces données ne sauraient constituer un acte de conseil et ne revêtent qu’un caractère informatif. Elles ne sauraient engager la responsabilité du groupe MACSF.

(1) Performance annuelle nette de frais de gestion et de frais de garantie plancher et brute de prélèvements sociaux, calculée sur la base d’une prime nette directement investie sur le profil au 1er janvier avec une hypothèse de rémunération de 2% nette sur le fonds en euros. Il convient de rester prudent sur cette hypothèse de rémunération de 2% sur le fonds en euros, qui sera susceptible d’être revue en cours d’année.
(2) Pour les UC : performance annuelle depuis le 29/12/2017, brute de frais de gestion, de frais de garantie plancher et de prélèvements sociaux.

 

Les marchés pris dans les taux 

 
Après un très bon début d’année, les marchés actions ont connu une correction en février : les marchés émergents, américains et européens ont enregistré respectivement des baisses de -3%, -2% et -4,6% (en €) sur le mois. Le contexte économique demeure pourtant positif, la croissance mondiale 2018 ayant été révisée à la hausse à 3,9% par le FMI, et les craintes d’un emballement inflationniste ayant diminué. Aux Etats-Unis, le soutien des mesures fiscales a conduit à un relèvement des perspectives de croissance pour 2018 à 3% et une inflation un peu supérieure à 2%. En zone euro, la croissance économique est désormais attendue à 2,5% avec une inflation proche de 1,5%. Les échéances politiques européennes sont désormais passées : les marchés ont peu réagi aux bonne (accord de coalition en Allemagne) et mauvaise (blocage politique italien) nouvelles. Après l’envolée spectaculaire de la volatilité des marchés actions, accentuée par des facteurs techniques, celle-ci semble se stabiliser, mais à un niveau plus élevé qu’en 2017.
Concernant le marché obligataire, le rythme de normalisation des politiques monétaires demeurera un thème majeur pour les investisseurs. Les taux d’intérêt américains ont continué à se tendre en février, alors que les premières déclarations de Jerome Powell, nouveau président de la Réserve Fédérale ont renforcé la probabilité de 4 hausses de taux cette année, contre 3 précédemment anticipées. De leur côté, les taux européens ont légèrement reflué, la Banque centrale européenne confirmant un biais accommodant dans la conduite de sa politique monétaire mais renonçant toutefois à augmenter si nécessaire le montant mensuel de ses rachats d’actifs.
 
Dans ce contexte macroéconomique, et alors que les niveaux de marché sont proches de ceux qui prévalaient en début d’année, nous maintenons intactes nos recommandations.
Ainsi, nous conservons notre préférence pour les actions européennes (Medi Actions) qui apparaissent plus attractives en termes de valorisations, par rapport aux actions américaines (JPMorgan HighBridge US STEEP). En dépit de sa surperformance persistante par rapport à DWS Top Dividende, nous pensons que l’accélération conjoncturelle reste favorable aux thématiques d’investissement et au biais sectoriel cyclique de Pictet GMS. Parmi les supports patrimoniaux, nous maintenons notre préférence pour DNCA Eurose, grâce au moteur de performance que constituent les actions européennes, et Carmignac Patrimoine, dont l’orientation de gestion permet la mise en place de couvertures tactiques sur les devises ou les taux d’intérêt. Nous restons enfin favorables à moyen terme aux marchés émergents (Medi Emergents) qui ont encore enregistré de bonnes performances relatives et dont les fondamentaux demeurent robustes (économies en croissance, environnement inflationniste favorable, dollar faible, prix des matières premières bien orientés).

 

 

 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×