Chirurgie orthopédique et traumatologique

Le 01.10.2019
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Les 1174 chirurgiens orthopédiques et traumatologiques sociétaires de la MACSF ont déclaré 383 procédures en 2018, dont 35 sans suite. Ces déclarations se répartissent en 3 procédures administratives,  72 procédures civiles, 5 procédures ordinales, 3 procédures pénales, 106 réclamations amiables et 194 saisines d'une CCI.

Focus sur le risque en chirurgie ambulatoire et en hospitalisation de courte durée. Quelle attitude adopter face cette nouvelle chirurgie ? Les conseils du Docteur Nicolas Chanzy, chirurgien orthopédique conseil.

Diagnostic et prise en charge

  • Patient pris en charge pour un traumatisme bénin du bassin. Une seule consultation. Prescription d'une scintigraphie, pas de suivi par la suite car non revenu. Persistance d’une impotence fonctionnelle. Mise en cause à titre systématique.
  • Plaie de main par seringue chez un enfant en cour de récréation. Retard allégué de prise en charge de la prévention de la contraction du SIDA. Aucune conséquence.
  • Patiente de 44 ans, prise en charge pour un traumatisme direct du pied. Immobilisation par botte plâtrée, persistance de la gêne. Consultation auprès d’un autre praticien, infiltration. Rupture du jambier postérieur.
  • Deux sociétaires mis en cause pour la prise en charge d’un patient de 31 ans, présentant un abcès du deltoïde suite à une injection d’insuline. Multiples lavages chirurgicaux, persistance d’une gêne fonctionnelle.
  • Plaie de la main, parage et suture. Infection post-opératoire. Nombreuses reprises chirurgicales. Raideur séquellaire.
  • Ostéite du calcanéum, prise en charge chirurgicale. Antibiothérapie prolongée. Evolution favorable. Soins non conformes allégués.
  • Patient pris en charge dans les suites d’une fracture-luxation du poignet méconnue par un autre praticien. Traitement fonctionnel.
  • Cervicalgie suite à un effort de jardinage. Prise en charge initiale par un ostéopathe, puis IRM retrouvant une anomalie de signal en C5-C6. Infiltration dont les suites sont marquées par une spondylodiscite. Arthrodèse C5-C6.
  • Réclamation concernant l'absence de prise en compte d'anomalies sur une NFS pré-opératoire, une leucémie étant diagnostiquée quelques mois plus tard. Evocation d'une perte de chance.
  • Plaie en regard du tendon d’Achille, soins locaux. Surinfection, parage chirurgicale.
  • Réclamation concernant un oubli de corps étranger (verre) au niveau d'une plaie de main.
  • Méconnaissance d’une luxation du genou.
  • Méconnaissance d’une luxation sternoclaviculaire.
  • Décès d'un patient de 80 ans au décours d'une chirurgie pour fracture-luxation de l'épaule droite. Complications post-opératoires à type de déshydratation majeure, sevrage alcoolique.

Chirurgie du membre supérieur

Epaule

  • Pose d’une prothèse totale d’épaule pour omarthrose. Suites marquées par : une paralysie du plexus brachial par étirement. Récupération partielle (3 cas), une infection nécessitant plusieurs reprises chirurgicales, raideur articulaire (2 cas), une lésion du nerf circonflexe, une luxation avec descellement de l’implant.
  • Luxation d'épaule, butée en mauvais positionnement avec vis intra articulaire. Reprise chirurgicale tardive, épaule raide et lésion cartilagineuse.
  • Instabilité de l’épaule sur luxations récidivantes, mise en place d’une butée sous anesthésie locorégionale. Suites marquées par un déficit des nerfs scapulaires et axillaires.
  • Rupture du tendon du biceps au membre supérieur dominant, réinsertion compliquée d’une contusion nerveuse laissant persister un déficit moteur important.
  • Deux sociétaires mis en cause concernant la prise en charge d’un patient présentant un syndrome sous-acromial. Acromioplastie se soldant par un échec, prothèse inversée d’épaule se compliquant d’un descellement glénoïdien. Reprise chirurgicale, fracture humérale per opératoire. Impotence fonctionnelle.
  • Instabilité de l’épaule, mise en place d’une butée sous arthroscopie, intervention compliquée par : une brûlure au niveau de la main homolatérale avec paresthésies, une pseudarthrose nécessitant une reprise chirurgicale.
  • Instabilité de l’épaule, mise en place d’une butée sous arthroscopie, intervention compliquée par une pseudarthrose nécessitant une reprise chirurgicale.
  • Tendinite calcifiante de la coiffe des rotateurs, arthroscopie avec acromioplastie-curetage. Syndrome douloureux régional complexe.
  • Fracture de la clavicule, traitement orthopédique, déplacement du foyer de fracture. Ostéosynthèse, infection du site opératoire. Reprise chirurgicale.
  • Tendinite de la coiffe des rotateurs, arthroscopie. Instabilité, butée d'épaule coracoïdienne. Pseudarthrose et syndrome douloureux régional complexe.
  • Rupture de la coiffe des rotateurs, réparation chirurgicale. Suites marquées par : un mauvais résultat fonctionnel (2 cas), une paralysie du nerf radial.
  • Fracture-luxation de l'épaule, prothèse humérale simple, reprise chirurgicale 1 an plus tard pour prothèse inversée.
  • Luxation acromio-claviculaire multiopérée devant des déplacements secondaires itératifs.
  • Rupture bicipitale distale prise en charge chirurgicalement. Paralysie radiale post-opératoire. Reprise chirurgicale par un autre praticien qui note une mauvaise position de la fixation du tendon avec une lésion du nerf interosseux.

Coude

  • Neurolyse du cubital gauche au coude puis transposition nerveuse pour compression symptomatique. Douleurs neuropathiques des 4ème et 5ème doigts gauches avec troubles moteurs.
  • Arthrolyse pour raideur du coude dans un contexte d’interventions multiples de cette articulation. Résultat allégué insuffisant.
  • Pose d’une prothèse de coude dans les suites d’un traumatisme à l’origine d’une pseudarthrose de l’épicondyle et d’une arthrose huméroradiale. Suites marquées par une infection nécessitant une reprise chirurgicale.
  • Neurolyse du nerf radial, échec.
  • Epicondylite, chirurgie. Echec, reprise. Suites marquées par une infection nécessitant une chirurgie de nettoyage (2 cas).

Poignet

  • Fracture du poignet traitée par ostéosynthèse. Suites marquées par un déplacement secondaire puis un syndrome douloureux régional complexe. Raideur séquellaire avec cal vicieux.
  • Infection après ostéosynthèse par broche du poignet. Ostéite. Reprise chirurgicale par un autre chirurgien.
  • Kyste synovial du poignet, exérèse. Lésion de la branche thénarienne du nerf médian.
  • Fracture du poignet traitée par ostéosynthèse, déplacement du matériel nécessitant une reprise chirurgicale (2 cas).
  • Exérèse d’un kyste synovial du poignet droit dont les suites sont marquées par un syndrome douloureux régional complexe.
  • Plaie de l'avant-bras prise en charge par un autre chirurgien. Méconnaissance d'une lésion du nerf ulnaire. Chirurgie de réparation nerveuse.
  • Réclamation concernant la prise en charge orthopédique d'une fracture du poignet conduisant à une reprise chirurgicale.
  • Ligamentoplastie du poignet compliquée d’une infection nécessitant une reprise chirurgicale.

Canal carpien

  • Neurolyse du nerf médian pour syndrome du canal carpien dont les suites sont compliquées par :
  1. Un syndrome douloureux régional complexe (5 cas).
  2. Une lésion de la branche sensitive du nerf médian (4 cas).
  3. Une infection du site opératoire (2 cas).
  4. Un résultat insuffisant (2 cas).

Main

  • Chirurgie correctrice pour un doigt à ressaut. Suites marquées par une infection nécessitant une reprise chirurgicale (2 cas).
  • Parage chirurgical d’une morsure négligée de P3 de l’index droit par un chat. Evolution défavorable nécessitant une amputation de P3.
  • Intervention pour rupture du ligament collatéral de la métacarpophalangienne du premier rayon, qui n'aurait pas été confirmée lors de l'intervention. Absence d'examen pré-opératoire.
  • Ecrasement d’un doigt par une porte, prise en charge chirurgicale laissant persister des séquelles fonctionnelles.
  • Cure chirurgicale d’une maladie de Dupuytren dont les suites sont marquées par : un syndrome douloureux régional complexe, une infection du site opératoire nécessitant une reprise, une rétraction tendineuse.
  • Réclamation concernant la prise en charge d'une plaie du 5ème doigt droit, opérée à plusieurs reprises.
  • Réclamation concernant un défaut d’exploration d'une rupture d’un tendon fléchisseur de la main, identifiée 45 jours après une première exploration. La rupture tendineuse intéressait en fait le fléchisseur commun profond au niveau du canal carpien.
  • Réclamation concernant la prise en charge d'une fracture du 4ème métatarsien, traitée de manière orthopédique. Pseudarthrose nécessitant une intervention chirurgicale.
  • Rhizarthrose, trapézectomie. Instabilité chronique multi opérée (2 cas).
  • Réclamation concernant la persistance d'un flexum de D4 gauche après synovectomie.
  • Infection d'une ostéosynthèse de doigt. Reprise chirurgicale.
  • Erreur de site opératoire pour un doigt à ressaut.
  • Ténosynovite de la main, Synovectomie. AVC postopératoire.

Fracture du membre supérieur

  • Fracture de la clavicule, traitement orthopédique. Pseudarthrose nécessitant une intervention chirurgicale. Evolution favorable.
  • Fracture de l'humérus. Ostéosynthèse par clou. Déplacement secondaire, pas d’indication de reprise chirurgicale.
  • Fracture de phalange, traitement orthopédique. Echec, ostéosynthèse. Raideur.
  • Fracture du cubitus, ostéosynthèse. Pseudarthrose septique nécessitant de nombreuses reprises et une antibiothérapie prolongée.
  • Paralysie radiale après ostéosynthèse d'une fracture spiroïde de l'humérus, traitée initialement de manière orthopédique.
  • Fracture de l'avant-bras. Ostéosynthèse. Infection. Pseudarthrose.
  • Chirurgie correctrice d’un doigt à ressaut, échec. Multiples chirurgies infructueuses.
  • Fracture de l’humérus, ostéosynthèse, défaut de réduction. Reprise chirurgicale.

Chirurgie du membre inférieur

Hanche

Prothèse

  • Prothèse totale de hanche compliquée par :
  1. Une infection nécessitant une antibiothérapie prolongée avec une ou plusieurs reprises chirurgicales (20 cas).
  2. Une inégalité de longueur des membres inférieurs (7 cas).
  3. Une paralysie du nerf sciatique (9 cas).
  4. Un syndrome ALVAL « Aseptic Lymphocyte-Dominated Vasculitis-Associated Lesion », reprise chirurgicale pour changement de prothèse, un relargage de cobalt.
  5. Un mauvais résultat fonctionnel (7 cas).
  6. Un infarctus du myocarde diagnostiqué tardivement (1 cas), une insuffisance du moyen fessier (1 cas).
  7. Une luxation précoce nécessitant une reprise chirurgicale (2 cas).
  8. Une embolie pulmonaire.
  9. Un descellement fémoral (2 cas).
  10. Un enfoncement de l’implant fémoral.
  11. Une faillite du matériel (5 cas).
  12. Un infarctus mésentérique.
  13. Une fracture de contrainte sur cerclage.
  14. Un syndrome douloureux régional complexe.
  15. Une fracture du fémur.
  16. Une fracture du grand trochanter.
  • Patient de 68 ans, pris en charge pour un descellement prothétique de la hanche. Remplacement du matériel. Descellement prothétique itératif.
  • Prise en charge d’une ostéo arthrite de hanche dans les suites d’une prothèse totale. Multiples interventions sans succès, dépose de la prothèse avec hanche ballante.
  • Reprise bipolaire d’une prothèse totale de hanche dont les suites sont marquées par une thrombose veineuse profonde et une luxation de prothèse.

Divers

  • Pas de déclaration en 2018.

Genou

Prothèse

  • Prothèse totale de genou pour gonarthrose compliquée par :
  1. Une infection nécessitant une antibiothérapie prolongée avec reprises chirurgicales (17 cas).
  2. Un descellement aseptique nécessitant un remplacement de la prothèse.
  3. Des douleurs neuropathiques sciatiques.
  4. Une luxation de rotule (2 cas).
  5. Un mauvais résultat fonctionnel en raison d’une prothèse inadaptée (3 cas).
  6. Une mobilisation de la pièce cotyloïdienne nécessitant une reprise.
  7. Un syndrome douloureux régional complexe (2 cas).
  8. Une faillite du matériel nécessitant une reprise.
  9. Un syndrome fémoro-patellaire nécessitant une reprise chirurgicale.
  10. Un syndrome des loges.
  11. Des épisodes de luxation récidivants.
  12. Un enfoncement du plateau tibial.
  13. L’absence d’intégration de l’implant tibial (2 cas).
  14. Un choc anaphylactique à l’induction anesthésique, décès.
  15. Une lésion du nerf crural.
  • Patiente de 43 ans, prise en charge pour une arthrose fémoro-patellaire. Mise en place d’une prothèse fémoro-patellaire. Impotence fonctionnelle persistante en dépit de plusieurs reprises.
  • Mise en place d’une prothèse unicompartimentale du genou. Descellement précoce conduisant à proposer une prothèse tricompartimentale.
  • Patiente de 72 ans, prise en charge pour une prothèse totale de genou. Prévention post-opératoire par HBPM. En rééducation, embolie pulmonaire. Traitement par HBPM en curatif compliqué d'une hémorragie sur ulcère bulbaire. Lors de la fibroscopie, syndrome de Mendelson et arrêt cardiaque non récupéré.
  • Trois sociétaires mis en cause par une patiente ayant bénéficié de la mise en place d’une prothèse totale de genou compliquée d’une luxation de rotule nécessitant une ostéosynthèse. Suites marquées par une infection nécessitant une reprise chirurgicale et une antibiothérapie prolongée.
  • Mise en place d’une prothèse unicompartimentale laissant persister des douleurs. Reprise chirurgicale, échec.
  • Prothèse unicompartimentale chez un patient artéritique. Nécrose cutanée sur hématome iatrogène. Surinfection. Amputation en cuisse.
  • Prothèse totale de genou. Syndrome douloureux régional complexe. Arthrolyse, descellement du bouton rotulien. Reprises itératives.
  • Gonarthrose, prothèse de genou. Resurfaçage secondaire de la rotule, rupture du tendon quadricipital 2 mois plus tard, suture.

Autres chirurgies du genou

  • Gonarthrose sur genu varum. Ostéotomie de valgisation. Insuffisance de correction.
  • Réalisation d’une arthroscopie du genou à visée diagnostique et thérapeutique compliquée d’une erreur de côté.
  • Ligamentoplastie du croisé antérieur du genou. Suites marquées par une raideur douloureuse en lien avec une vis de fixation fémorale légèrement saillante. Reprise chirurgicale (2 cas).
  • Arthroscopie pour synovite villonodulaire du genou. Suites marquées par une infection. Reprise chirurgicale. Retour à l'état antérieur.
  • Genu varum. Ostéotomie tibiale. Infection. Reprise chirurgicale et antibiothérapie.
  • Patiente de 22 ans prise en charge pour une dysplasie de rotule. Section de l’aileron rotulien. Echec thérapeutique.
  • Fracture du plateau tibial, ostéosynthèse se soldant par un mauvais résultat fonctionnel. Indication de prothèse totale de genou. Intervention compliquée d’une infection. Changement de prothèse en deux temps.
  • Ligamentoplastie du LCA sous arthroscopie compliquée par : un saignement peropératoire d’origine non identifiée. Abolition pouls pédieux en SSPI. Reprise pour revascularisation, une arthrite septique nécessitant un lavage articulaire et une antibiothérapie (3 cas).
  • Volumineux kyste poplité comprimant le nerf sciatique. Exérèse chirurgicale partielle. Infection du site opératoire.
  • Fracture de rotule. Ostéosynthèse puis ablation de matériel secondaire. Raideur séquellaire.
  • Dysplasie de rotule, transposition de la tubérosité tibiale antérieure. Gêne fonctionnelle résiduelle.
  • Ostéotomie tibiale de valgisation, suites marquées par une paralysie sciatique et un déplacement secondaire du greffon à l’origine d’un cal vicieux.
  • Fracture du plateau tibial, ostéosynthèse laissant persister une gêne douloureuse.
  • Régularisation d’une lésion du ménisque interne sous arthroscopie laissant persister une gêne douloureuse.
  • Méniscectomie sous arthroscopie compliquée : d’une arthrite septique nécessitant une reprise chirurgicale et une antibiothérapie prolongée (3 cas).
  • Prise en charge chirurgicale d'une instabilité fémoropatellaire sous anesthésie locorégionale avec sédation. Déficit du nerf saphène interne post-opératoire.
  • Ligamentoplastie du LCA avec régularisation d’une lésion du ménisque interne sous arthroscopie. Suites marquées par : un syndrome douloureux régional complexe (2 cas), un cyclope syndrome.
  • Mosaïcoplastie pour ostéochondrite fémorale, paralysie sciatique.
  • Réclamation concernant les suites d'une chirurgie du genou associant OTV et reconstruction d'un LCA.
  • Gonarthrose, ostéotomie tibiale. Gêne résiduelle.
  • Transposition de la tubérosité tibiale antérieure compliquée d’un débricolage de l’ostéosynthèse. Reprise.
  • Hématome au décours d'une reprise de TTA, potentiellement en rapport avec un drain non fonctionnel.

Divers

  • Rupture du quadriceps. Traitement orthopédique, échec, chirurgie. Bon résultat fonctionnel.

Cheville

  • Pose d’une prothèse de cheville pour arthrose dans les suites d’un traumatisme. Suites marquées par :
  1. Une infection nécessitant une antibiothérapie prolongée avec plusieurs reprises chirurgicales (3 cas).
  2. Un mauvais résultat fonctionnel.
  • Arthrodèse tibio-astragalienne, pseudarthrodèse septique, reprise chirurgicale. Evolution favorable (2 cas).
  • Rupture du tendon d'Achille, lâchage de suture. Reprise chirurgicale, infection. Evolution favorable.
  • Peignage du tendon d'Achille sous endoscopie, lésion de l'artère tibiale postérieure à l’origine d’un faux anévrysme. Reprise, infection. Evolution favorable.
  • Arthrodèse de cheville compliquée d’une pseudarthrose septique nécessitant une intervention chirurgicale et une antibiothérapie prolongée.
  • Peignage du tendon d’Achille compliqué d’un syndrome douloureux régional complexe.
  • Ostéotomie d’un cal vicieux de la cheville, pseudarthrose septique.
  • Ligamentoplastie pour instabilité de cheville. Raideur, arthrolyse. Gêne douloureuse.
  • Ténosynovite des péroniers latéraux, peignage. Infection, reprise chirurgicale.

Pied

Hallux

  • Correction chirurgicale d’un hallux valgus uni ou bilatéral dont les suites sont marquées par :
  1. Un résultat allégué insuffisant (8 cas).
  2. Un syndrome douloureux régional complexe (3 cas).
  3. Une hypercorrection à l’origine d’une décompensation de l’avant pied.
  4. Une lésion du nerf musculo-cutané par compression avec garrot pneumatique mis en place pour réalisation d’une anesthésie locorégionale.
  5. Une arthrose par chondrolyse.
  6. Une infection du site opératoire, reprise chirurgicale.
  7. Un cal vicieux nécessitant une reprise.
  8. Une lésion du fléchisseur du gros orteil nécessitant une reprise.
  9. Un hallux rigidus, arthrodèse. Infection, pseudarthrodèse. Reprise.
  10. Une parésie dans le territoire du nerf sciatique diagnostiqué trois mois plus tard, possiblement en rapport avec une plaie par verre de la jambe pendant l'enfance.

Divers

  • Névrome de Morton opéré, infection. Reprise chirurgicale.
  • Pied-bot varus équin, chirurgie. Perforation cutanée par une broche, surinfection. Ablation du matériel.
  • Avant-pied multiopéré, ostéotomie pour correction d’un orteil long. Ischémie post-opératoire nécessitant une amputation de l’orteil.
  • Exérèse d’un névrome de Morton dont les suites sont marquées par une gêne fonctionnelle résiduelle.
  • Dysplasie ostéo-articulaire du pied. Arthrodèse de l’avant-pied. Suites marquées par une tuberculose conduisant au décès.
  • Deux sociétaires mis en cause concernant la prise en charge d’un ongle incarné récidivant dont le patient n’est pas satisfait.
  • Orteils en griffe. Arthroplastie de l'interphalangienne proximale. Résultat allégué insuffisant.
  • Arthrodèse du médio-pied. Infection, pseudarthrodèse.
  • Ablation de matériel d’ostéosynthèse compliquée d’une infection.

Fracture membre inférieur

  • Ablation pour déplacement secondaire d’un clou gamma posé dans un autre établissement. Pas de pose de prothèse devant un état général précaire et doute sur une infection. Pseudarthrose.
  • Fracture de la malléole externe prise en charge par traitement orthopédique. A l’issue de l’immobilisation plâtrée, survenue d’une thrombose veineuse profonde puis d’un syndrome douloureux régional complexe avec pseudarthrose. Deux sociétaires mis en cause concernant une fracture de jambe ostéosynthésée laissant persister une gêne fonctionnelle.
  • Fracture fermée du fémur gauche chez une patiente porteuse d’une PTH homolatérale. Enfoncement de l’implant fémoral.
  • Fracture du fémur sur prothèse de hanche. Ostéosynthèse, infection. Reprise chirurgicale.
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×