Médecine d'urgence

Le 01.10.2019
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

49 déclarations, dont 14 sans suite, ont été enregistrées en 2018 (contre 67 en 2017), dont 49 en exercice libéral. Ces déclarations se répartissent en 8 plaintes pénales, 12 procédures civiles, 1 plainte ordinale, 15 réclamations amiables et 13 saisines d'une CCI. 

En 2018, le nombre de déclarations en médecine d'urgence a sensiblement diminué. Quels sont les principaux motifs de consultation ? Quels conseils donner à nos sociétaires urgentistes pour une prise en charge optimale de leurs patients ?
Le point en images avec Marion Frati, médecin urgentiste conseil.

Diagnostic et prise en charge

Urgence cardiovasculaire

  • Patient de 50 ans admis pour douleur thoracique irradiant dans le bras gauche. ECG et 1ère troponine négatifs. Traitement symptomatique ; antalgiques et AINS. Quinze jours après, syndrome coronarien aigu.
  • Retard de diagnostic de lésions coronaires tritronculaires chez un patient admis aux urgences 13 jours plus tôt pour des douleurs thoraciques. ECG interprété comme normal.
  • Retard de prise en charge d'une artériopathie des membres inférieurs qui évolue vers un stade III à IV avec amputation de deux orteils du côté droit.

Urgence abdomino-pelvienne

  • Plaie urétérale lors d’une urétéroscopie suivie par urologue. Admis aux urgences pour colique néphrétique, sans fièvre. Traitement symptomatique. Evolution marquée par une pyélonéphrite aboutissant à néphrectomie.
  • Retard de diagnostic d'une appendicite aiguë d'abcès et/ou de perforation avec péritonite locale. (3 cas)
  • Retard de prise en charge alléguée par le patient d'une pathologie lithiasique urinaire à l’origine d’une néphrectomie sans notion d’insuffisance rénale.
  • Patiente de 66 ans, vomissements noirâtres, hypotension, anémie à 10 g/l et élévation des D-Dimères. Suspicion d'embolie pulmonaire. Scanner normal, patiente renvoyée à domicile. Admission 48 heures plus tard pour hématémèse et déglobulisation majeure. Gastrectomie totale pour tumeur gastrique hémorragique. Evolution favorable.
  • Patiente de 78 ans admise aux urgences pour des douleurs abdominales. Traitement symptomatique et retour à domicile. Admission 3 jours plus tard pour un tableau de péritonite sur abcès hépatique.
  • Complication à type de fistule au décours d'une chirurgie de l'obésité par sleeve gastrectomy.
  • Décès par arrêt cardiorespiratoire dans un contexte septique sur éventration étranglée. Retard de prise en charge d'une dégradation clinique survenue dans la nuit.
  • Décès de cause non connue, survenant à 72 heures de la prise en charge initiale, étiologie abdominale à privilégier.
  • Patient de 37 ans psychotique. Prise en charge par notre sociétaire urgentiste pour douleurs abdominales et arrêt du transit depuis 2 jours. Scanner concluant à un fécalome. Evolution vers un choc septique et décès. A l'autopsie, diagnostic de volvulus intestinal.

Urgence et infection

  • Patient admis aux urgences pour dyspnée et fièvre. Transfert en réanimation pour choc septique. Syndrome coronarien aigu. Décès.
  • Réclamation concernant un retard de diagnostic de 48 heures d’une méningite virale. Evolution favorable.
  • Décès du patient d’une hémorragie méningée dans un contexte de décompensation cardiorespiratoire sur infection sous-jacente.
  • Réclamation concernant la prise en charge aux urgences d'un abcès chez un patient diabétique, avec évocation d'un retard dans les soins.
  • Patiente mettant en cause tous les médecins l'ayant prise en charge, pour un syndrome infectieux avec état de choc et CIVD entraînant l'amputation des extrémités des doigts et des orteils.

Traumatisme

  • Méconnaissance d’une lésion lytique du col du fémur à l’origine d’une fracture pathologique.
  • Retard allégué de prise en charge d'une lésion tendineuse du tendon fléchisseur du 5ème rayon droit au décours d'une prise en charge aux urgences.
  • Retard de diagnostic d’une fracture de la hanche gauche chez une patiente atteinte d’une ostéogénèse imparfaite, entraînant également une fracture de la hanche controlatérale par compensation.
  • Retard de diagnostic d'une lésion tendineuse de la main gauche suite à un traumatisme par AVP.
  • Réclamation concernant un retard de diagnostic de 4 jours d'une rupture traumatique du tendon d'Achille, finalement opérée, un diagnostic premier d'entorse ayant été porté et traité comme tel.
  • Patient de 89 ans placé en institution de façon temporaire pour soulager la famille devant des troubles cognitifs. Chute du fauteuil, fracture du fémur nécessitant la mise en place d'un clou gamma. Suites compliquées d'une embolie pulmonaire puis d'un syndrome de glissement conduisant au décès 4 mois plus tard.
  • Réclamation concernant un retard de diagnostic d'une lésion du fléchisseur du pouce, redressé 15 jours plus tard avec réintervention.
  • Réclamation concernant une chute d'un brancard à l’origine d’une fracture du rachis cervical diagnostiquée avec plusieurs jours de retard.
  • Patient incarcéré en centre de détention, ayant présenté au décours d’une rixe des douleurs dorso-lombaires avec irradiation sur le trajet S1 gauche avec Lasègue à 30°. Traitement symptomatique. Survenue d’une dysurie avec anesthésie en selle. Transfert au service des urgences, prise en charge chirurgicale, pas de récupération neurologique.
  • Chute de cheval. Traumatisme dorsolombaire. Consultation aux urgences. Radiographies du rachis (fracture tassement de T11 et T12 méconnue). Chirurgie ultérieure compliquée d'infection associée aux soins.

Divers

  • Contexte de déshydratation sur diarrhée aiguë post chimiothérapie, demande de transfert du patient en réanimation par la famille. Décision de soins palliatifs, décès.
  • Patiente admise pour troubles de l’équilibre d’apparition brutale. Examen neurologique normal. Traitement symptomatique et retour à domicile. Evolution marquée par un AVC cérébelleux avec séquelles neurologiques importantes.
  • Deux sociétaires mis en cause concernant la prise en charge d’une patiente de 59 ans pour cancer du sein droit. Extravasation du produit lors d'une séance de chimiothérapie. Simple traitement local, évolution vers des lésions de brûlures cutanées du sein avec phlyctènes sans nécrose.
  • Découverte d’une asbestose avec demande de consultation auprès d’un pneumologue, non honorée. Changement de généraliste. Découverte d’un adénocarcinome. Décès.
  • Retard de diagnostic d'une perforation tympanique post traumatique.

Déontologie

  • Pas de déclaration en 2018.

Régulation médicale/SAMU

Régulation par un urgentiste

  • Pas de réclamation en 2018.
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×