Ophtalmologie

Le 30.09.2019
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Les 4288 ophtalmologistes sociétaires de la MACSF, dont 3660 libéraux, ont adressé 261 déclarations dont 56 sans suite (53 en 2017) dont 261 exercice libéral (188 en 2017), soit une sinistralité de 7,13 % (5,04 % en 2017). Ces déclarations se répartissent en 2 procédures administratives, 45 procédures civiles, 10 plaintes ordinales, 2 procédures pénales, 138 réclamations amiables et 64 saisines d'une CCI.

Erreur de prescription de verre ou de lentilles

  • Erreur de prescription (3 cas).
  • Prescription jugée inutile (aucun cas).
  • Prescription source d’inconfort (1 cas).
  • Prescription non satisfaisante (2 cas).

Diagnostic

  • Patient porteur d'une hémochromatose pris en charge en urgence pour un corps étranger cornéen. Trois mois plus tard, découverte d'une hypertonie oculaire bilatérale et d'un glaucome néovasculaire en rapport avec une occlusion de la veine centrale de la rétine.
  • Découverte fortuite d'une hypertonie oculaire, annonce de glaucome dans les suites immédiates et bilan, finalement négatif. Diagnostic réfuté.
  • Deux sociétaires mis en cause pour la prise en charge d’une déchirure rétinienne nécessitant un traitement laser. Intervention réalisée sans problème. Mélanome choroïdien droit découvert 2 mois plus tard.
  • Patient de 15 ans, de petite taille, vu en consultation pour des céphalées. Examen ophtalmologique puis bilan orthoptique, considérés normaux. IRM permettant la découverte d'une tumeur maligne intracrânienne.
  • Réclamation concernant un retard de diagnostic de glaucome (3 cas).
  • Patiente vue en consultation pour suspicion de décollement de rétine, fond d'œil dilaté montrant une rétine à plat. Quinze jours plus tard, décollement de rétine nécessitant un geste chirurgical.
  • Réclamation concernant un retard au diagnostic d'une tumeur oculaire conduisant à la perte de l'œil.
  • Réclamation concernant un retard de diagnostic d'une DMLA chez une patiente suivie pour syndrome de Gougerot et cataracte. Perte de l'œil.
  • Réclamation d’un patient pour un retard de diagnostic d’une kératite herpétique sévère.
  • Patient reçu en consultation pour un flou visuel droit avec une acuité visuelle corrigée à 10/10ème à chaque œil. Fond d'œil sans dilatation qualifié de normal avec rétinophotographie. Décollement de rétine pris en charge 1 semaine plus tard.
  • Réclamation concernant la découverte d’une rétinopathie diabétique proliférante à distance d’une chirurgie de cataracte dont le résultat est qualifié d’insuffisant.
  • Réclamation concernant la prise en charge d’un patient pour un glaucome à pression normale qui s'est avéré être une névrite optique aiguë sans maladie de Horton.
  • Réclamation concernant l’absence de diagnostic d'un adénome hypophysaire lors d'une unique consultation pour contrôle de l’acuité visuelle. Découverte de l'adénome sur l'IRM cérébrale 1 an et demi plus tard.
  • Réclamation concernant la prise en charge d’un enfant âgé de 3 ans pour strabisme divergent. Diagnostic d'un astrocytome orbitaire diagnostiqué au stade de l'exophtalmie.
  • Réclamation amiable par une patiente âgée de 53 ans suivie au long cours par notre sociétaire avec diagnostic d'un macro adénome hypophysaire 3 ans après la dernière consultation.
  • Patient examiné à plusieurs reprises dans un centre médical par différents praticiens avec retard de 3 mois du diagnostic d'un mélanome uvéal ayant nécessité une énucléation.
  • Trois sociétaires mis en cause par une jeune patiente ayant présenté une tumeur maligne à point de départ orbitaire s'étant présentée comme une inflammation conjonctivale chronique.
  • Réclamation concernant la prise en charge d’un enfant porteur d’un strabisme opéré. Découverte d'un gliome du nerf optique droit.
  • Réclamation concernant un retard diagnostique d’un décollement de rétine (3 cas).
  • Patiente prise en charge pour une myopie qui s’est avérée être un kératocône évolué.

Prise en charge

Pathologie infectieuse

  • Patiente myope équipée de lentilles venue pour une kératite. Diagnostic d’ulcère herpétique traité pendant 2 mois. Abcès cornéen.
  • Réclamation concernant le suivi d’une uvéite herpétique récidivante dont l’évolution a été marquée par une baisse de l’acuité visuelle séquellaire droite et une amblyopie à gauche.
  • Patiente ayant présenté une hypertonie oculaire sévère avec baisse visuelle imputable à une inflammation oculaire d'origine herpétique sur état d'immunodépression.
  • Patiente examinée en urgence pour la première fois équipée de lentilles de contact avec tableau de conjonctivite virale ayant évolué vers un abcès de cornée bilatéral.

Surveillance d'un glaucome

  • Glaucome traité par collyres, évolution défavorable. Laser, chirurgie, cécité.
  • Retard au diagnostic d'un glaucome, entraînant une baisse de l’acuité visuelle pouvant aller jusqu’à la perte de l'œil (5 cas).
  • Réclamation pour retard de prise en charge d’un glaucome sur poussée d'uvéite avec œil droit perdu et divergence avec gêne esthétique.

Autre

  • Patient examiné pour des troubles de la réfraction de type astigmatisme. Prescription d’une paire de lunettes, inefficace. Kératocône diagnostiqué par la suite nécessitant une chirurgie cornéenne : cross linking (2 cas).
  • Patiente examinée pour une inflammation oculaire. Bilan complet puis traitement symptomatique. Insatisfaction vis à vis du résultat.
  • Patiente atteinte d’un lupus et devenue aveugle du fait de la toxicité du PLAQUENIL prescrit. Reproche l’absence d’information sur la nécessité d’un suivi régulier.
  • Deux sociétaires mis en cause concernant la prise en charge d’un patient aux lourds antécédents cardiovasculaires sous anticoagulant pour hémorragie intra vitréenne oculaire gauche d’évolution défavorable.

Organisation

  • Pas de déclaration en 2018.

Divers

  • Patiente alléguant avoir été victime d’un malaise avec perte de connaissance au volant de son véhicule en sortant d’une consultation. Lésions corporelles sans gravité.

Chirurgie hors réfractive

Cataracte

Complications anesthésiques

  • Pas de déclaration en 2018.

Complications chirurgicales divers per ou postopératoires

  • Chirurgie de cataracte uni ou bilatérale compliquée par :
  1. Une occlusion de l’artère centrale, cécité (3 cas).
  2. Une rupture de la capsule postérieure avec décollement de rétine (5 cas).
  3. Un ulcère de cornée d’évolution favorable.
  4. Une hypertonie oculaire (2 cas).
  5. Une occlusion de la veine centrale de la rétine, glaucome.
  6. Une rupture capsulaire nécessitant une vitrectomie (11 cas).
  7. Une fibrose capsulaire avec troubles visuels.
  8. La décompensation d’une cornea guttata.
  9. Un œdème de cornée (2 cas).
  10. Une erreur de calcul d’implant préopératoire nécessitant son remplacement.
  11. Une décompensation cornéenne.
  12. Une baisse de l’acuité visuelle (4 cas).
  13. Un décollement de rétine nécessitant une reprise chirurgicale (5 cas).
  14. Une perforation de cornée.
  15. Une kératite herpétique dans un contexte de séropositivité HIV.
  16. Une perte brutale d’acuité visuelle avec amputation du champ visuel à distance de la chirurgie. Deux sociétaires mis en cause.
  17. Une hypertonie oculaire majeure avec cécité.
  • Endophtalmie au décours d’une chirurgie de cataracte nécessitant une ou plusieurs reprises chirurgicales laissant persister un déficit visuel pouvant aller jusqu’à la cécité (25 cas).

Complications dues à l’implant

  • Mise en place d’implants multifocaux lors d'une chirurgie de cataracte uni ou bilatérale, compliquée par :
  1. Des implants mal supportés (4 cas).
  2. Un décentrement de l’implant nécessitant une reprise chirurgicale (3 cas).
  3. Une hypermétropisation nécessitant le changement de l’implant (3 cas).
  4. Une erreur d’implant à l’origine d’une correction inadaptée (3 cas).
  5. Une rupture de l’implant avec manœuvres endo oculaires ayant entrainé un œdème de cornée permanent avec aphakie.
  6. Un éblouissement lors de la conduire nocturne.
  • Rupture capsulaire avec luxation de l’implant en chambre postérieure nécessitant une vitrectomie (4 cas).

Insatisfaction du résultat

  • 4 cas en 2018.

Rétine et segment postérieur

Décollement de rétine

  • Chirurgie de décollement de rétine suivie par une ou plusieurs récidives (4 cas).
  • Chirurgie de décollement de rétine compliquée d’une endophtalmie (2 cas).

Vitrectomie

  • Réclamation d’un patient diabétique de longue date, opéré de vitrectomie à plusieurs reprises avec évolution finale péjorative.
  • Trois sociétaires mis en cause concernant la prise en charge d’une patiente présentant une hémorragie du vitré dans les suites d’une perforation lors de l’anesthésie péribulbaire réalisée par un autre praticien en vue d’une chirurgie de cataracte. Reprise chirurgicale. Décollement de rétine.

Glaucome

  • Trabéculectomie en traitement d’un glaucome, compliquée :
  1. D’une maculopathie d’hypotonie bilatérale avec photophobie et larmoiement.
  2. D’une hémorragique intravitréenne, cicatrice maculaire dans les suites.

Paupières et canal lacrymal

  • Blépharoplastie, avec persistance d'une hernie bilatérale, conduisant à une reprise chirurgicale.
  • Blépharoplastie dont le résultat est qualifié d’insuffisant.
  • Patiente opérée d’un chalazion avec pénétration intra oculaire de l'aiguille d'anesthésie locale. Œdème cornéen conduisant à une greffe endothéliale.
  • Patient opéré de ptérygion avec hypertonie oculaire dans les suites.
  • Perforation cornéenne suivie d'un œdème cornéen lors de l'anesthésie locale pour chalazion liée à un mouvement brusque de la patiente.

Autre

  • Réclamation pour une erreur de côté lors d’une chirurgie de strabisme (2 cas).
  • Patiente opérée d’une membrane épirétinienne de l'œil gauche, suites marquées par une infection post-opératoire. Cécité.
  • Chirurgie de membrane épirétinienne compliquée d’un décollement de rétine puis d’une atrophie oculaire.
  • Chirurgie de strabisme dont le résultat est qualifié d’insuffisant.
  • Chirurgie du trou maculaire compliquée d’un décollement de rétine nécessitant une reprise chirurgicale.

Chirurgie réfractive

Implant

  • Pas de déclaration en 2018.

Kératotomie radiaire

  • Réclamation pour Haze au décours d'une kératotomie réfractive.

LASIK/PKR

Myopie

  • Chirurgie réfractive par Laser Excimer compliquée par :
  1. Une panne du laser en cours de procédure nécessitant son arrêt, gêne visuelle pendant quelques jours. Evolution favorable.
  2. Des troubles de la vision binoculaire.
  3. Un résultat insuffisant (8 cas).
  4. Un haze.
  5. Une ectasie postérieure de la cornée.
  6. Un astigmatisme évolutif sur kératocône induit.
  7. Une hypermétropisation.
  8. Chirurgie de la myopie par Laser PKR, les suites sont marquées par :
  9. Une infection, astigmatisme séquellaire.

Hypermétropie

  • Chirurgie réfractive Lasik bilatérale pour correction d’une hypermétropie, dont les suites sont marquées par :
  1. Un ulcère de cornée bilatéral, évolution favorable.

Presbytie

  • Chirurgie réfractive avec Lasik pour correction d’une presbytie :
  1. Correction insuffisante.

Geste technique

Angiographie

  • Pas de déclaration en 2018.

Injection intra vitréenne

  • Injection intra vitréenne pour traitement d’une DMLA, compliquée :
  1. D’une endophtalmie nécessitant une vitrectomie, cécité (6 cas).
  2. D’un résultat insuffisant.
  3. Par une cataracte traumatique.

Laser

  • Baisse de la vision bilatérale après séances de laser pour traitement d’une rétinopathie diabétique.
  • Laser Argon thérapeutique sur choroïdite séreuse centrale chez un patient monophtalme. Baisse de l’acuité visuelle (2 cas).
  • Traitement laser pour rétinopathie diabétique compliqué par une baisse de l’acuité visuelle.
  • Séance de Laser Yag pour capsulotomie postérieure dont les suites sont marquées par un décollement de rétine (2 cas).
  • Deux sociétaires mis en cause pour la prise en charge par laser d’une patiente diabétique porteuse d’une rétinopathie proliférante. Cécité monoculaire par glaucome néovasculaire malgré la cryo-application et baisse d'acuité visuelle sévère de l'autre œil.
  • Deux sociétaires mis en cause pour la prise en charge par laser d’une rétinopathie diabétique proliférante bilatérale. Décollement de rétine non réapplicable, cécité monoculaire.

Examen ophtalmologique

  • Pas de déclaration en 2018.

Esthétique médicale

  • Pas de déclaration en 2018.

Chute

  • Consultation pour réalisation d'un OCT (Optimal Coherence Tomography) devant la perception de flashs lumineux. Après avoir instillé 2 gouttes de collyre dans les yeux préalablement à la réalisation de cet examen, la patiente s'est assise à côté du tabouret, fracture du poignet.
  • Chute de la table d'examen lors d'une consultation ayant entraîné un traumatisme de l'épaule droite avec rupture du sous-épineux ayant nécessité une intervention chirurgicale.

Déontologie

  • Pas de déclaration en 2018.
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×