Responsabilité du médecin si les parents d'un enfant ne respectent pas les prescriptions

Le 01.10.2018 par Germain DECROIX, Juriste
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Non respect des prescriptions médicales par les parents

"Les parents de l’un de mes jeunes patients étant réticents à donner des médicaments à leur enfant, je crains que certaines de mes prescriptions ne soient pas respectées. Si le traitement n’est pas administré et que l’enfant est victime d’un dommage, qui est responsable ?"

Prescription : le médecin doit s’assurer de la bonne compréhension des parents

Une fois le diagnostic posé et la meilleure thérapeutique choisie, le médecin doit s’efforcer de fournir toutes les explications nécessaires aux parents afin de leur permettre d’administrer le traitement prescrit à leur enfant et d’assurer son suivi. Pour ce faire, il doit vérifier que les parents ont compris l’importance du traitement, le mode d’administration, la surveillance à assurer et l’attitude à adopter en cas de complication, au besoin en écrivant sur l’ordonnance les éléments les plus importants.

S’il prend ces précautions, le prescripteur ne devrait pas être tenu responsable des conséquences de l’inobservance du traitement par le patient ou son entourage.

Un partage de responsabilité médecin-patient rarement admis mais pas impossible

Le médecin étant un professionnel et le patient un profane, il est toujours difficile de faire peser une part de responsabilité sur le patient, qui n’est pas toujours conscient du risque que son comportement lui fait courir.

Ce partage de responsabilité avec la victime est donc rarement admis, mais cela n’est pas impossible.

On le rencontre surtout lorsqu’il est démontré que le médecin a alerté son patient ou les parents de celui-ci sur la nécessité du traitement et la gravité du risque encouru en cas d’inobservance.

Cela est également admis quand le défaut de soins est totalement indépendant du médecin, qui a, de son côté, tout mis en œuvre pour obtenir que le traitement soit administré.

C’est la raison pour laquelle, s’il ne peut concrètement vérifier que le traitement a bien été administré, le médecin doit au moins demander s’il l’a été.

Si ce n’est pas le cas, il doit s’assurer que le nécessaire sera fait dans les meilleurs délais, en sachant que, dans les cas extrêmes où la vie de l’enfant serait en danger à brève échéance, il dispose de la possibilité de saisir le procureur de la République pour signaler cette privation de soins sur mineur.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
La solution MACSF
Formations

Nos juristes et médecins vous proposent un large choix de formations adaptées à votre situation professionnelle.

Le plus : elles sont illustrées par l'analyse des situations réelles issues de nos dossiers.

À lire aussi

prescription, responsabilité praticien

Dossier : Ordonnance médicale, prescription et responsabilité du praticien

Quelles sont les règles applicables en matière de prescription médicale et de délivrance des médicaments ? Quels sont les critères de validité d'une ordonnance médicale et comment un traitement...

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×