Le rôle du pharmacien dans les vigilances et les alertes sanitaires

Le 19.03.2020 par Stéphanie TAMBURINI, Juriste MACSF
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Le rôle du pharmacien

L’arrêté du 28 novembre 2016 fixe les bonnes pratiques en matière de dispensation de médicaments dans les pharmacies d’officine, les pharmacies mutualistes et les pharmacies de secours minières. Ses dispositions sont applicables à compter du 1er février 2017.
Entre autres dispositions, cet arrêté fait le point sur les obligations du pharmacien en matière de vigilance et de participation aux alertes sanitaires.

Une obligation de signalement des effets indésirables liés à l’utilisation des médicaments

Le pharmacien est évidemment en première ligne pour contribuer à la surveillance et l’évaluation des effets indésirables liés à l’utilisation des médicaments.

Il doit signaler, sans délai, tout effet indésirable suspecté (par le patient ou par le pharmacien lui-même) d’être dû à un médicament au centre régional de pharmacovigilance.

Il peut également informer le patient de la possibilité de déclarer des effets indésirables sur le site internet de l’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM).

L’équipe officinale doit disposer de toute la documentation utile : document relatif à la détection des effets indésirables indiquant des éventuelles questions à poser aux patients, formulaire de déclaration, coordonnées du centre régional de pharmacovigilance.

Une obligation de signalement des cas de pharmacodépendance

Le pharmacien qui a connaissance d’un cas de pharmacodépendance grave ou d’abus grave de médicament qu’il a délivré doit aussitôt le déclarer au centre d’évaluation et d’information sur la pharmacodépendance sur le territoire duquel ce cas a été constaté (article R. 5132-114 du CSP).

Une obligation de signalement des risques d’erreur médicamenteuse sans effets indésirables

Le pharmacien doit également signaler les risques d’erreur médicamenteuse sans effet indésirable, qu’il s’agisse d’une erreur potentielle ou avérée, au « Guichet Erreurs Médicamenteuses » de l’ANSM. De même, un signalement de défaut qualité d’un médicament peut être transmis à l’ANSM par le pharmacien.

Une participation active aux alertes sanitaires

Toute alerte sanitaire doit être diffusée par le pharmacien au sein de son équipe sans délai.

Il doit disposer à l’officine d’une procédure relative aux règles de traitement des retraits/rappels de lots des médicaments, de la réception du message à son traitement et à sa traçabilité.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

Formations

Nos juristes et médecins vous proposent un large choix de formations adaptées à votre situation professionnelle.

Le plus : elles sont illustrées par l'analyse des situations réelles issues de nos dossiers.

À lire aussi

Dossier : Pharmaciens : dispensation des médicaments en officine

L’arrêté du 28 novembre 2016 fixe les bonnes pratiques en matière de dispensation de médicaments dans les pharmacies d’officine, les pharmacies mutualistes et les pharmacies de secours...

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×