Témoignage de Romain, étudiant en médecine, aux urgences pendant le COVID

Le 06.05.2020
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Romain étudiant en médecine

A l'heure où les soignants sont en première ligne, la MACSF donne la parole à ceux qui s'impliquent tous les jours dans la lutte contre le virus. Découvrez le témoignage de Romain étudiant en médecine, en lutte contre le COVID-19.

Nous nous préparions mentalement à l'arrivée du coronavirus

Auparavant aux urgences adultes du CHU de janvier à début mars 2020, nous nous préparions mentalement à l'arrivée du coronavirus et gérions les premiers cas suspects... Les premiers jours ou semaines de la bataille, confinés à la maison, c'était plutôt l'angoisse de l'inconnu tant dans la restructuration des services que les décisions facultaires sur les enseignements, les examens et les stages. Puis, au fur et à mesure de l'avancée de l'épidémie, des mails de demande d'aide d'externes volontaires emmenaient de différents services.

J'ai répondu à un de ceux-ci en avril 2020 et j'ai par la suite été accueilli dans un hôpital d'agglomération, dans un service restructuré en post urgence et court séjour qui n'avait jamais reçu d'externe auparavant. Ce service est COVID19 négatif ou suspect, les COVID19 positifs étant envoyés vers d'autres services fléchés pour cela.

J'ai commencé mon rôle d'externe dans un contexte pandémique

C'est dans ce contexte de crise sanitaire que j'ai infiltré l'organisation hospitalière entouré de patients non COVID-19. J'effectue mon rôle d'externe à observer/ausculter/suivre les patients avec des médecins ravis de chapoter un futur médecin. Ça été une prise de conscience que parallèlement à cette pandémie, les autres pathologies communes qui continuent à tuer.

Globalement, aux services des urgences, c'est plutôt calme, de notre côté, les entrées en hospitalisation sont limités. Plutôt le bienvenu avec une équipe soignante chroniquement en sous-effectif, l'infection au covid ne nous épargnant pas... Les entrées en hospitalisation de courte durée sont globalement des personnes dépendantes avec maintien a domicile difficile avec l'arrêt ou la réduction des aides à domicile, les tentatives de suicide, mais aussi des découvertes plus ou moins fortuites de cancers rénaux ou pulmonaires métastatiques, longtemps négligés où se compliquant brusquement. Cette semaine nous avons eu quatre personnes âgées qui sont arrivées pour des tassements vertébraux avec douleur invalidante et signé de défonce moteur depuis plus de 2 mois et qui n'ont pas consulté, avant, "j'ai peur d'attraper le virus a l'hôpital, surtout si je suis en chambre double ". Mais quoi qu'il en soit, notre moral est en berne et l'impact du confinement et de l'isolement social font leurs chemin.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×