Grippe saisonnière et COVID : faut-il s’attendre au pire ?

Le 10.11.2020 par MACSF
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Selon les données de l’OMS, la vaccination grippale permet de prévenir 60 % des infections, de même que de réduire la morbidité dans les populations fragiles.

La 2e vague de la pandémie de la COVID-19 risque de coïncider avec la grippe saisonnière. Dans les mois à venir, faut-il s’inquiéter de la présence simultanée de ces deux épidémies ?

Grippe : les chiffres rassurants de la saison 2019-2020

Les chiffres de l’OMS montrent que la saison grippale 2019-2020 a été marquée par une activité moins importante du virus

Les données des réseaux sentinelles pour cette période attestent d’une chute des taux de positivité sous les 10 % plus rapide que lors des 5 années précédentes. Des taux de positivité supérieurs à 50 % des prélèvements ont été atteints durant 2 semaines seulement, contre 5 à 8 semaines les saisons précédentes. En Europe, cette tendance s’est poursuivie pendant l’intersaison avec, selon Eurosurveillance, un taux de positivité de 0,2 % contre 1,1 % en moyenne au cours des 5 saisons précédentes. 

Sans pouvoir l’établir avec certitude, on peut lier cette baisse à plusieurs facteurs et notamment, à l’application des mesures barrières et du confinement en Europe dans le contexte de la première vague de la COVID-19. 

Dans un communiqué publié en mai 2020 (1), l’OMS indique qu’après deux semaines de circulation grippale, le nombre des données communiquées par les pays européens a considérablement baissé à partir de la fin du mois de février. 

Grippe et COVID-19 : la question de l’interférence virale

Les mesures mises en place pour limiter la circulation de la COVID-19 n’expliquent pas à elles seules la faiblesse de la circulation du virus grippal la saison dernière. Il convient de ne pas exclure d’autres facteurs. 

Certains virologues pensent que ces chiffres peuvent être liés au phénomène d’interférence virale. C’est à dire au fait que lorsque deux virus ciblant une même population circulent en même temps, c’est le virus ayant le potentiel de croissance le plus important qui prend le dessus. 

Une étude récente (2), publiée en septembre 2020 sur le site britannique MedXriv, montre ainsi que le risque d’être positif au SARS-CoV-2 est de 68 % plus faible chez les patients atteints de la grippe.

Les risques graves de co-infection

En l’état actuel des connaissances, il n’a été constaté que très peu de cas de co-infections COVID-grippe. Cependant, peu de patients traités pour une infection à la COVID-19 ont été testés pour une recherche de virus grippal. 

L’étude MedXriv précédemment citée révèle néanmoins que dans les rares cas de co-infection grippe et COVID recensés jusqu’ici, les patients présentent un risque de décès 2,3 fois supérieur qu’en cas de Covid seul. 

Les observations menées sur des co-infections impliquant d’autres virus respiratoires témoignent elles aussi d’un risque d’aggravation plus important.

Enfin, différentes études (3) réunies par le Journal of Medical Virology montrent que le taux d’hospitalisation est plus élevé pour les patients présentant une double infection respiratoire et font état d’une morbidité plus élevée. Sur les 284 patients atteints de pneumonie virale étudiés par l’une de ces études, 29 % présentent une co-infection virale respiratoire. 54 % de ces patients ont nécessité une ventilation mécanique et 36 % un soutien vasopresseur. Pour eux, le taux de décès à l’hôpital s’élevait à 23,2 %. 

L’importance de la vaccination contre la grippe

En France, en 2019-2020, le taux de vaccination des sujets à risque était de 48 %, 52 % pour les personnes de 65 ans et plus et 31 % pour les moins de 65 ans souffrant d’une affection de longue durée. 

Le contexte actuel de forte augmentation des cas positifs de COVID et les enseignements tirés de la 1re vague de l’épidémie incitent à la vaccination grippale. D’autant que la grippe reste imprévisible chaque saison, présentant un visage nouveau et de nombreuses inconnues. 

Selon les données de l’OMS, la vaccination grippale permet de prévenir 60 % des infections, de même que de réduire la morbidité dans les populations fragiles. Dans la situation actuelle de circulation des deux virus, son importance est accrue et elle doit être liée à une surveillance épidémiologique. 

À ce titre, les personnels soignants font partie des catégories de population pour lesquelles la vaccination est préconisée. 

(1) OMS - Saison grippale 2019-2020 : réorientation des systèmes de surveillance pour la COVID-19 - 26.05.2020
(2) Medrxiv - Interactions between SARS-CoV-2 and Influenza and the impact of coinfection on disease severity: A test negative design -18.09.2020
(3) Journal of medical virology - Influenza and COVID‐19 coinfection: Report of six cases and review of the literature – 04.06.20

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×