Chirurgien-dentiste : les débuts dans cette profession

Le 26.07.2021 à 14:00 par Equipe éditoriale MACSF
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Etudiante en instance de thèse à la faculté de chirurgie dentaire de Montrouge, Lucie nous dévoile le temps d’une interview son sourire et ses premiers pas en tant que chirurgien-dentiste. Dans son témoignage vous découvrirez comment elle a gagné en confiance, surmonté certaines difficultés et ce qu’elle considère comme le plus bel aspect de son métier.

Lucie nous raconte ses débuts de chirurgien-dentiste et son quotidien dans son cabinet. Entre difficultés et conseils, retrouvez son témoignage en vidéo.

Concilier vie professionnelle et vie personnelle

J'ai trouvé qu'en chirurgie dentaire, ce n'était pas trop compliqué de concilier vie pro et vie perso. On a assez de temps à côté de nos études. Personnellement je suis engagée, notamment en association. Ça me permet d'apporter des choses plus diverses au monde dentaire. Ça apporte parfois un aspect plus professionnalisant dans notre formation, ce qui est complémentaire à nos études.

Mes débuts professionnels

Mes débuts au cabinet se sont très bien passés car ils étaient progressifs. J'étais encadrée par la praticienne chez qui je travaille aujourd'hui. En tant que maître de stage, elle était présente sur place tous les jours. J'ai commencé doucement avec des détartrages, des soins de caries, etc.. C'était elle qui faisait les grosses interventions. Ça a donc été très progressif et petit à petit, j'ai commencé à faire des choses plus compliquées. Puis elle n'était plus présente quotidiennement et j'étais avec son assistante. Quand mon stage a pris fin et que j'ai vraiment commencé en tant que collaboratrice, j'ai été avec l'assistante et parfois même seule. 

Les difficultés rencontrées

Le plus dur c'est la décision d'extraire une dent. Parfois, on n'est pas trop sûr de nous. On a l'habitude de l'hôpital où on est encadré par des professeurs et ce n'est jamais concrètement à nous de prendre la décision. On émet une hypothèse au professeur et lui valide derrière ou pas. C'est une réelle difficulté de statuer seule le diagnostic.

Ce que je préfère

Le plus beau c'est toujours quand on réussit à redonner le sourire à un patient. Parfois c'est même pour des petits trucs, des petites tâches sur les dents ou des choses similaires. Et le patient ressort et nous dit :"C'est super, je vais pouvoir sourire. J'ai des belles dents."

Ce à quoi je n'étais pas formée

Je n'étais pas formée à la comptabilité et toute la partie gestion d'un cabinet. Cependant, on est très bien préparé au contact avec le patient et à sa prise en charge.

Mes conseils

Il ne faut pas avoir peur d'y aller, de foncer. Au début, ce n'est pas évident quand on se retrouve seul face aux patients mais il faut prendre son courage à deux mains. Le but est de faire de son mieux et on s'en sort toujours. On est bien formé donc ça se passe bien.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
Jeunes diplômés

Découvrez les Starters MACSF, nos solutions clés en mains pour démarrer sa vie pro en toute sérénité !

La communauté MACSF

Échangez avec vos confrères sur vos pratiques professionnelles, votre exercice ou votre matériel. Un réseau de professionnels de santé connectés prêts à vous répondre !

La communauté MACSF

Un forum avec des professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner