Masseur-kinésithérapeute : mon premier remplacement libéral

Le 15.02.2021 par Marion Gachignat, Juriste MACSF
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
signature d'un contrat

Le remplacement libéral est l’occasion pour un jeune masseur-kinésithérapeute de découvrir l’exercice libéral avant de décider de créer son cabinet. Il permet également au masseur-kinésithérapeute installé d’assurer la continuité des soins lorsqu’il ne peut pas exercer (congés, maladie, formation, congé maternité…).
Voici l’essentiel à savoir sur les formalités du remplacement. 

Sommaire

Remplacement : un contrat obligatoire >
La clause financière du contrat de remplacement >
La clause de non concurrence s'applique au masseur-kinésithérapeute remplaçant >
L’indépendance professionnelle du kinésithérapeute remplaçant >
Masseur-kinésithérapeute : quelles sont les formalités à accomplir pour effectuer un remplacement ? >

Remplacement : un contrat obligatoire

Le remplacement est un contrat par lequel un masseur-kinésithérapeute (le titulaire), indisponible temporairement, met à la disposition d’un autre masseur kinésithérapeute (le remplaçant), son local, son matériel et sa patientèle.

Seul un masseur-kinésithérapeute diplômé et inscrit au Conseil de l’Ordre peut effectuer des remplacements.

Le masseur-kinésithérapeute titulaire et le masseur-kinésithérapeute remplaçant doivent rédiger un contrat définissant les modalités du remplacement.

Ce contrat est transmis au Conseil départemental de l’Ordre dans le mois suivant le début du remplacement.

Il est également possible d’envoyer le projet de contrat au Conseil de l’Ordre qui fera part de ses observations aux parties sous un mois.

Ce contrat précise l’identité des parties, la durée du remplacement (toujours un contrat à durée déterminée), les modalités de mise à disposition du local et du matériel, les conditions financières, la clause de non concurrence…

Des modèles de contrat sont disponibles sur le site du conseil de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes.

La clause financière du contrat de remplacement

Pendant le remplacement, le titulaire encaissera les honoraires des patients pris en charge par le remplaçant.

Il reversera ensuite une rétrocession d’honoraires au masseur-kinésithérapeute remplaçant. Celle-ci s’élève habituellement à 65 à 80 % des honoraires, et varie notamment en fonction du matériel mis à disposition.

Pour les remplacements longs (plus d’un mois), il est important de préciser dans le contrat la date précise de chaque mois à laquelle sera versée cette rétrocession.

La rétrocession d’honoraires doit être déclarée au titre de l’impôt sur le revenu.

Il existe deux régimes d’imposition :

  • le régime de la déclaration contrôlée, dans lequel le remplaçant pourra déduire ses charges réelles ;
  • le régime micro BNC, dans lequel un abattement forfaitaire de 34 % sera appliqué.
    Ce second régime est bien adapté à l’activité et aux revenus du masseur-kinésithérapeute remplaçant.

La clause de non concurrence s'applique au masseur-kinésithérapeute remplaçant

Une clause de non concurrence (ou non réinstallation) implique que le masseur-kinésithérapeute remplaçant ne pourra pas s’installer à proximité du cabinet du masseur-kinésithérapeute titulaire pendant un certain temps afin de ne pas entrer en concurrence avec lui.

Une telle clause est automatique pour tout contrat de remplacement de plus de 3 mois, et elle est alors de 2 ans. 

Les parties peuvent toutefois s’accorder sur une durée plus courte ou sur l’absence de clause de non réinstallation. Cela doit alors être indiqué dans le contrat.

L’indépendance professionnelle du kinésithérapeute remplaçant

Le masseur-kinésithérapeute remplaçant n’est pas le subordonné du titulaire.

Il conserve son indépendance professionnelle et le titulaire ne peut pas lui donner de directives.

Le remplaçant engage ainsi sa responsabilité en cas d’erreur dans la prise en charge d’un patient et a l’obligation de s’assurer en Responsabilité Civile Professionnelle (RCP).

Découvrir le contrat RCP-PJ des libéraux

Masseur-kinésithérapeute : quelles sont les formalités à accomplir pour effectuer un remplacement ?

Avant d’effectuer son premier remplacement, le masseur-kinésithérapeute nouvellement diplômé doit contacter plusieurs organismes :

  • Le Conseil de l’Ordre de son lieu de résidence afin de procéder à son inscription. 
    C’est également auprès du Conseil de l’Ordre que le masseur-kinésithérapeute peut demander sa carte de professionnel de santé (CPS) remplaçant.
    Cette carte permet au remplaçant de s’identifier dans le logiciel métier du masseur kinésithérapeute remplacé, et donc de dématérialiser sa facturation.
    A défaut, le remplaçant utilisera les feuilles de soins du remplacé, en barrant le nom de ce dernier et en y ajoutant le sien.
  • La CPAM du lieu du remplacement, afin de mettre en place son affiliation au régime des praticiens et auxiliaires médicaux conventionnés (PAMC), son régime d’assurance maladie-maternité.
  • Le Centre de formalités des entreprises (CFE), dans les 8 jours de son début d’activité, afin de déclarer son activité libérale à l’URSSAF. Le CFE informera la Caisse de retraite et de prévoyance (CARPIMKO) et l’INSEE.
    Le 1er appel de cotisations URSSAF aura lieu au bout de 90 jours, et sera par la suite mensuel. Les cotisations sont forfaitaires la 1ere année d’exercice et proportionnelles aux revenus à compter de la 2nde année.
  • Une banque afin d’ouvrir un compte dédié à son activité libérale.
  • Unassureur afin de souscrire une assurance Responsabilité Civile Professionnelle.

Vous allez démarrer la vie active ? Vous avez des projets d’installation, de collaboration ?
Nos conseillers sont là pour vous accompagner, faites le point avec eux.

Je prends rendez-vous

En savoir plus :

Exercice en cabinet libéral : différence entre remplaçant et collaborateur > 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Jeunes actifs, profitez des bons plans MACSF !
Kinésithérapeutes

Découvrez les Starters MACSF, nos solutions clés en mains pour démarrer sa vie pro en toute sérénité !

À lire aussi

remplacement libéral, fiscalité, formalités

Le remplacement du libéral

Vous êtes un professionnel en libéral et vous ne savez pas comment effectuer des remplacements ou être remplacé ? Voici des vidéos, infographies...

masseur-kinésithérapeute, responsabilité civile professionnelle

Responsabilité civile professionnelle du masseur-kinésithérapeute

Masseurs-kinésithérapeutes : retrouvez dans ce dossier tout ce qu'il faut savoir sur votre responsabilité médicale : quels sont les risques...

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner