Médicaéro : journal de bord de la mission du 10 au 23 novembre 2018

Le 15.11.2018 par Fondation MACSF
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Retrouvez l’aventure humanitaire de Kenza Zellali et Camille Grangeon, pédiatres, de Lucile Savalle et Sarah Douillet, sages-femmes et de Anne Douard et Jean-Bernard Barrié, kinésithérapeutes.

Journal de bord de la mission du 10 au 23 novembre 2018.

Portraits des 6 jeunes professionnels de santé volontaires

Kenza Zellali : « J'ai 29 ans et je suis pédiatre spécialisée en infectiologie pédiatrique. J'ai fait un master 2 recherche en microbiologie en plus de mon cursus de médecine. C'est ma 2ème mission avec Medicaero et ma 4ème mission humanitaire au total. J'ai connu Medicaero par l'intermédiaire de l'association Pédiatres du Monde avec laquelle je suis également partie en mission au Cambodge et au Maroc.

Je suis passionnée par la médecine, le monde, les cultures, l'échange, la musique (je chante) et le karaté. »

Camille Grangeon : « J’ai 27 ans et je suis médecin généraliste à Nice, je remplace depuis 3 ans sur la région. J’ai fait toutes mes études à la fac de Nice. C’est ma première mission humanitaire et mon premier boulot à l’étranger, une grande première hors des sentiers de la médecine traditionnelle. »

Lucile Savalle : « Je suis née en 1990. Je suis sage-femme diplômée depuis 2012 de l'école de Rouen. J'ai travaillé quelques années en Normandie. Je suis partie une année en Volontariat pour la Solidarité Internationale en 2015 au Bénin, avec la Délégation Catholique pour la Coopération. Et j'ai entendu parler de Médicaéro par Anne-Laure et Valentine, toutes deux parties cette année en mission. Et j'ai voulu tenter l'expérience !"

Sarah Douillet : « J'ai 28 ans et je suis sage-femme depuis 4 ans. Après mes études à Grenoble, j'ai travaillé quelques mois à Montreuil-sous-Bois dans la région parisienne puis me suis envolée pour Mayotte. J'ai travaillé trois années à Mamoudzou dans la plus grande maternité d'Europe. Découvrir les beautés et les difficultés de l'île de Mayotte a été une très belle expérience humaine. Etant allée plusieurs fois en voyage à Madagascar, j'ai eu envie de partir pour ma première mission humanitaire avec Médicaéro pour essayer de mieux connaître et comprendre la culture malgache par le prisme de mon travail de sage-femme. »

Anne Douard : « C'est pour moi ma première mission humanitaire, donc une toute nouvelle expérience. J'ai 28 ans et suis nouvelle diplômée depuis Juin 2017 à l'école EUSES de Gérone en Espagne. J'exerce en France depuis mars 2018, principalement en cabinet libéral mais également de temps en temps en SSR orthopédique. J'ai donc pour l'instant peu d'expérience mais une grande motivation et volonté d'apprendre et d'être utile. »

Jean-Bernard Barrié : « Plutôt sudiste habitué au chaud, j'ai passé mon diplôme à l'école de Gérone en Espagne. Diplômé en 2017, j'ai travaillé 8 mois en hôpital l'histoire de compléter ma formation. Et j'effectue actuellement des remplacements un peu partout dans le sud de la France.

J'ai déjà une petite expérience dans l'humanitaire avec mes parents qui, en partenariat avec des amis à eux, ont monté une association en République Dominicaine pour rénover un dispensaire et créer une pharmacie. 

On appréhende toujours de partir dans des pays inconnus qui plus est dans le cadre d'une mission humanitaire. Mais je pense que ce sera une expérience sociale et de partage très enrichissante. »

Le récit de l’aventure

En images

Photo du groupe à Akamasoa

Départ en avion de brousse pour Tuléar

Camille, urgentiste, examinant des patients

5ème journée de la mission au village d'Ampanihy

En audio

Retrouvez les témoignages des quatre derniers jours de la mission :

La mission humanitaire à Madagascar, jour par jour :

> Journal de bord de la mission Médicaéro du 2 au 14 septembre 2018

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
Formations

Nos juristes et médecins vous proposent un large choix de formations adaptées à votre situation professionnelle.

Le plus : elles sont illustrées par l'analyse des situations réelles issues de nos dossiers.

RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

À lire aussi

Logo Fondation MACSF

Fondation MACSF

originalEn créant la Fondation MACSF en 2004, le Groupe MACSF a souhaité apporter sa notoriété et son soutien financier aux initiatives des...

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner