Mon premier jour... de chargé de clientèle à la MACSF

Publié le 12.01.2021
envoyer un email envoyer un email envoyer un email Partager sur LinkedIn

On se souvient longtemps de son premier jour dans son entreprise. Nous avons demandé à des collaborateurs MACSF quel souvenir ils en avaient. Nous profiterons de cette saga “Mon premier jour...” pour vous présenter quelques-uns de nos 60 métiers. Aujourd’hui, direction le terrain, pour accompagner dans leur quotidien des chargés de clientèle. Ils s’appellent Maithé, Christelle ou Gabriel, ils ont rejoint la MACSF au début de l’année 2020, sans imaginer, évidemment, que leurs débuts allaient être un peu plus compliqués que prévus.

Évoluer au plus près des sociétaires 

Avec plus de 70 agences commerciales implantées sur tout le territoire, la MACSF évolue au plus près de ses sociétaires. La proximité fait d’ailleurs partie -entre autres- des engagements de la mutuelle. Au cœur de cette dynamique, les chargés de clientèle. Responsable d’un portefeuille qu’ils doivent gérer, fidéliser et développer, ils passent en moyenne deux tiers de leur temps sur le terrain. Mais il n’y a pas vraiment de règle. Pour Gabriel, qui travaille sur un secteur parisien, « les sociétaires ont l’habitude de venir à l’agence. Du coup, j’y suis au moins une fois par jour alors que dans mon poste précédent, j’étais toujours à l’extérieur ». Pour Maithé, qui travaille sur le secteur de Bordeaux, c’est l’inverse : « Mon secteur est grand, l’agence n’est pas forcément pratique, alors l’essentiel des rendez-vous se fait à l’extérieur, sur le lieu de travail des sociétaires ». 

L’organisation commerciale a été récemment optimisée comme le précise Christelle : « Avant le portefeuille était attribué à l’agence. Maintenant, chaque commercial a le sien. C’est un confort de plus pour le sociétaire, car il a un interlocuteur unique et clairement identifié ». « On organise notre emploi du temps avec beaucoup d’autonomie, y compris sur la prise de rendez-vous. L’essentiel est d’être au final dans nos objectifs », précise Gabriel. Ce que valide Maithé, en précisant que « l’idée est d’avoir au moins un contact par an avec chacun de nos sociétaires ». 

Faire le lien entre les sociétaires et les agences commerciales 

« Pour réussir en tant que chargé de clientèle, il faut aimer la vente, c’est évident », précise Maithé. « A la MACSF, on est très autonome dans l’organisation de notre business, tout en étant extrêmement accompagnés. On a notre manager et l’équipe, avec qui on communique beaucoup. En cas de problème technique, on a aussi une ligne dédiée au Siège pour nous assister. » Même ressenti pour Gabriel : « L’équipe, c’est important pour moi. On se voit 2 à 3 fois par semaine, on échange beaucoup. Du coup, on ne se sent pas seul, ce qui peut être le risque dans ce métier ». 

Maithé et Gabriel ont démarré début 2020. Jeunes recrutés mais avec de l'expérience, ils avaient tous les deux déjà un parcours dans la vente en assurance « mais sur une autre cible », précise Maithé. « A la MACSF, le métier en lui-même ne change pas vraiment, mais la cible oui. On ne s’adresse pratiquement qu’à des professionnels de la santé. La MACSF est extrêmement connue sur ce marché. Il y a un capital confiance spontané incroyable. » Gabriel note toutefois que cela diffère selon les produits ou les services : « Pour ce qui est de la RC Pro, pas de soucis. Le travail est assez relativement simple. Mais sur d’autres produits ou services, nos sociétaires n’identifient pas forcément la MACSF. Et là, pour nous, c’est un peu plus compliqué. » Optimiser l’équipement des sociétaires fait d’ailleurs partie du plan stratégique 2020-2024. 

Retour sur le premier jour 

« Je me suis tout de suite sentie très bien, il y avait beaucoup de bienveillance, mon arrivée avait été clairement préparée. La vraie anecdote s’est passée plus tard. Je devais aller au Siège à Paris pour une présentation du Groupe. Nous étions en pleine période des gilets jaunes et pas de chance, mon train a été bloqué sur les voies. Résultat, 1h30 de retard ! Moi qui appréhendais un peu le côté grande structure à La Défense, arriver dans ces conditions, c’était pire que tout ! Heureusement, personne n’en a porté rigueur mais je ne suis pas prête d’oublier ce moment ! ». Maithé n’est pas au bout de ses peines, sa période de formation intégration s’est terminée le 12 mars, juste avant le premier confinement. Elle a donc commencé à travailler son portefeuille uniquement par téléphone ! Idem pour Gabriel, mais son premier jour s’est déroulé de manière plus classique : « Super accueil, beaucoup de bienveillance. On m’a expliqué le fonctionnement de l’agence, précisé les contenus de ma fonction, puis nous sommes allés déjeuner ensemble. Quelques jours plus tard, direction le Siège, avec une quarantaine d’autres jeunes recrutés, pour la découverte du groupe et les premières formations. Ces moments sont clairement fondateurs. » 

La MACSF va augmenter de 40 % sa force commerciale d’ici 2024. Plusieurs postes de chargé de clientèle sont et vont être à pourvoir partout en France. Les offres d’emploi à pourvoir sont ici ; n’hésitez pas à consulter ce lien régulièrement. 

envoyer un email envoyer un email envoyer un email Partager sur LinkedIn