Voile MACSF

Solidarité, dépassement de soi, exploit sportif, respect de l’environnement… les valeurs de la voile sont autant de valeurs partagées par la MACSF.

Partager Partager

2016 : L'aventure Vendée Globe

En 2016, la MACSF a pris part au Vendée Globe. Une aventure humaine incroyable, avec le skipper Bertrand de Broc soutenu par des milliers de professionnels de santé.

Après avoir réalisé un bon début de course, Bertrand de Broc est parmi les 15 premiers au classement de ce 8ème Vendée Globe. Au large du Portugal, son IMOCA heurte un OFNI, un objet flottant non identifié. Conséquence de ce choc, un bruit de assez assourdissant résonne dans tout le bateau. Avec la vitesse, le bruit est insupportable, même quand le skipper est équipé de son casque anti-bruit. Il se détourne alors vers lIle de Fernando de Noronha pour inspecter la coque du bateau en plongée et tenter des réparations. Pour cela, il envisage une halte sans mouillage, sous le vent, avec le risque de plonger quand le bateau continue de glisser. Le constat est fait : une très large partie du carénage est endommagée, rendant impossible une navigation en situation de course. En concertation avec Marc Guillemot, team manager et après consultation de son architecte, Bertrand est contraint d’abandonner son 4ème Vendée Globe. C'est une décision extrêmement difficile pour ce skipper chevronné et son équipe qui ont tout donné, tout essayé afin de pouvoir continuer ce tour du Monde en solitaire. S’attaquer au Grand Sud dans ces conditions, Bertrand le sait, représente des risques trop élevés. C’est donc la lucidité qui emporte son choix, même si sa déception est terrible.

Au 13ème jour de course, Bertrand de Broc n'a pas eu d'autre choix que d'annoncer son abandon, 1er abandon officiel de la 8ème édition du Vendée Globe.

2012 : 
Après 85 jours de course, Bertrand de Broc termine pour la première fois son Vendée Globe, en 9ème position sous les couleurs Votre Nom Autour du Monde. En 13 mois, Bertrand avait réussi à trouver le budget, puis le bateau, bouclé ses préparatifs, fait son entrainement et boucler son Vendée Globe. Une prouesse dont il se souviendra : « Tout a marché comme si les choses devaient se faire » se souvient-il.

 

 

1996 : 
C’est le début du projet Votre Nom Autour du Monde*. Disqualifié suite à une escale à Ushaïa, Bertrand tient tout de même à boucler son tour du monde et continue. Hélas, il chavire à seulement 2 000 milles de l’arrivée. 

*Votre nom autour du monde : avec VNAM, Bertrand de Broc initie le financement participatif dans le monde du nautisme, en proposant à des centaines de petits sponsors – particuliers comme professionnels – de contribuer par des sommes modiques à l’élaboration de ses projets.

 

1992 : 
Pour sa première participation, Bertrand prend un départ de rêve en en passant 20 jours en tête de la course. Cependant, au large des Îles Kerguelen, il va subir un accident qui marquera les esprits et entrera dans les légendes. Alors en pleine mer, une écoute de Grand-Voile lui cingle le visage et il devra se suturer seul la langue. Après cet exploit peu commun, il est hélas contraint pour cause de casse à un arrêt de course en Nouvelle Zélande qui lui laisse un goût de « pas assez ».

 

 

L'IMOCA MACSF

L’IMOCA MACSF a été construit en 2007 pour Armel Le Cléac’h sous le nom de Brit’air, et a terminé deuxième du Vendée Globe 2008-2009. Racheté par Bertrand de Broc en 2012, le bateau a terminé 9ème lors de l’édition 2012-2013 sous les couleurs Votre Nom Autour du Monde, en 92 jours, 17 heures, 10 minutes et 14 secondes.

  

L’avarie du mât en 2016

14 mai 2016, peu après 7 heures du matin, au large de Plymouth, l’IMOCA MACSF skippé par Bertrand de Broc a connu une avarie des mers. Alors que soufflaient 15 nœuds de vent, le bateau a démâté. Plus de peur que de mal, les équipes de la SNSM sont venus secourir le skipper MACSF et son équipage et ont ramené l’IMOCA au port de l’Arber Wrac’h sans qu’il soit endommagé.

Une course contre la montre a alors débuté avec pour seul objectif : être prêt pour le départ du Vendée Globe. Construction d’un nouveau mât, fabrication des nouvelles voiles, mise à l’eau, Bertrand de Broc et son équipe travaille d’arrache-pied pour mettre à l’eau le plus rapidement possible l’IMOCA.

Revivez cette incroyable histoire

  

 

FOCUS : Qu'est-ce que la classe IMOCA ?

Fondée en 1991 et reconnue par l'ISAF (Fédération Internationale de Voile), l'IMOCA est l'association de classe qui gère les monocoques Open de 60 pieds (18,28 mètres).

Avec plus de trente skippers membres, son championnat regroupe deux courses autour du monde, un tour de l'Europe et plusieurs courses trans-océaniques. La Classe IMOCA concourt à l'internationalisation de la course au large et conjugue au quotidien les notions de compétition, d'innovation, d'aventure humaine et de sécurité.

SUIVEZ-NOUS

            

Voile MACSF

 

La MACSF a un lien fort et ancien avec la voile. Dès les années 70, la Mutuelle des professionnels de santé s’engage aux côtés d’Olivier Moussy, fils de médecin qui vient d’interrompre ses études de médecine pour se consacrer à la voile, en tant que professionnel. Pour la première fois en 1979, la MACSF devient sponsor d’un half-ton, proto Berret, qu’elle engage dans la course en solitaire de l’Aurore (ex-Figaro).

Suivront de nombreuses autres courses jusqu’en 1988, où le skipper MACSF perds la vie lors de la transat en équipage Québec – Saint-Malo.

En 2010, avec l’association IleHandi, la MACSF s’engage dans le projet Windincap et offre une expérience unique de navigation en pleine mer à des personnes handicapées et leurs soignants.
Le projet était mobilisateur : réaliser un tour de l’Europe du sud, à bord d’un catamaran TS 50 à l’origine véritable bateau de course, totalement adapté aux personnes en situation de handicap.
Attiré par l’originalité du projet, Bertrand de Broc contacte la MACSF afin d'être du voyage.

« Il ne s’agissait pas de faire naviguer des personnes handicapées sans qu’elles puissent se déplacer sur le bateau, mais bien d’adapter le bateau à leur situation, pour qu’ils participent aux manoeuvres » raconte Bertrand de Broc, « c’était un sacré challenge ! ».
Cette aventure a tissé un lien fort entre le skipper et la MACSF, « j’y ai rencontré des collaborateurs, avec lesquels j’ai navigué et partagé de très bons moments, » confie le navigateur.

Cette collaboration va mener Bertrand de Broc et la MACSF à s’engager sur un projet de sponsoring nautique fort et ambitieux dont le point d’orgue est la participation du skipper au mythique Vendée Globe.

 

Pourquoi la voile ?

 

La voile est un sport noble dont la MACSF partage les valeurs. Dans une course au large, le navigateur cherche à repousser ses limites, la notion de dépassement de soi est intrinsèque à l’aventure du skipper. Pour la MACSF, c’est une illustration de son plan stratégique. Nous cherchons le meilleur service, le meilleur produit pour nos sociétaires. Nous voulons inventer des solutions qui repoussent les limites de notre modèle. C’est tout naturellement que la Mutuelle des professionnels de santé a pensé à Bertrand de Broc.

Bertrand de Broc est un très grand champion, son palmarès parle pour lui. Inventeur du financement participatif dans l’univers du nautisme avec VNAM (Votre Nom autour du Monde), c’est un homme de valeur et de relation qui aime partager sa passion. Il incarne bien la volonté de la MACSF de faire vivre à tous ses sociétaires les aventures enthousiasmantes de la course au large

« Tout au long de ma carrière de navigateur, j’ai toujours été entouré par des professionnels de santé. Ils m’ont beaucoup conseillé et accompagné. Je suis heureux aujourd’hui de porter leurs couleurs » confie Bertrand de Broc.

Et puis, Bertrand de Broc est aussi une légende pour les soignants : lors du Vendée Globe de 1992, il s’est soigné lui-même la langue en pleine mer, avec l’aide du médecin de course. Un épisode épique dont chacun se souvient, même 24 ans plus tard.

 

FOCUS : Le Caducée et l’IMOCA MACSF

 

Au port, il n’est que suggéré, s’enroulant autour du mât, parfois caché dans les voiles. Mais en mer, le caducée des soignants se déploie sur le code 5 et le spi (voiles d’avant) et affirme fièrement l’identité du bateau.

« Le caducée, originellement le bâton d’asclépios, dieu grec de la médecine, est un symbole fort que l’on retrouve chez toutes les professions médicales et soignantes » précise Philippe Eveilleau, chirurgien-dentiste et président du groupe MACSF.

« Nous avons choisi de l’utiliser comme signe de reconnaissance à tous nos confrères et consoeurs ».

SUIVEZ-NOUS

        

Team Sociétaires MACSF

Voile MACSF fait naviguer les professionnels de santé

Depuis sa création, Voile MACSF s’est positionné comme « le bateau des professionnels de santé ». Un marqueur fort et différenciant dans l’univers du nautisme, qui lui permet en 2017 de « donner la barre » à ses sociétaires.

Concrètement, il s’agit de les accompagner dans leurs projets de régates à travers des partenariats. Le soutien de la MACSF prend la forme d’un sponsoring ponctuel adapté au cas par cas. L’ambition étant d’aider les professionnels de santé à naviguer en compétition sous les couleurs Voile MACSF !

Les régates de 2017

Epreuve nationale, parcours côtiers, et même transatlantique, les projets nautiques des ses sociétaires susceptibles d’être soutenus par la MACSF n’ont de limite que leurs rêves et leurs ambitions.

  • Course Croisière EDHEC avec Santé Brassards – du 31 mars au 8 avril (Le Crouesty)

 

Des étudiants en santé issus de l’Université Rennes 1 ont participé sous les couleurs MACSF à la Course Croisière EDHEC – le premier événement sportif étudiant d’Europe. Pour leur toute première participation, ils ont fondée l’association Santé Brassards avec pour objectif de « s'implanter comme un « pacemaker » et faire pulser la vie dans tout l’événement CCE. ». Ensemble, ils représentaient 4 filières : médecine, sage-femme, dentaire et pharmacie.

 

Les 18 membres de l’association, forts d’un esprit fraternel et corporatiste, n’ont pas à rougir de leurs résultats. Classés 14/26, les étudiants ont vécu une expérience inoubliable :

«La régate représente ce qui est important à nos yeux dans une équipe médicale : le travail d'équipe, l'altruisme et le fait de ne jamais lâcher. Et puis, la voile est un excellent exercice pour apprendre à travailler ensemble ; il faut savoir communiquer, collaborer et s'améliorer en équipe ! Quoi de mieux pour nous, futurs professionnels de santé ? », commente Victor, étudiant en 4ème année de pharmacie, représentant de l’association Santé Brassards.

  • Spi Dauphine avec Carab’ en mer – du 8 au 15 avril (Cannes)

 

Dix étudiants de la faculté de médecine d’Amiens, tous futurs professionnels de santé, avaient un objectif : participer à la Spi Dauphine.

Ils ont été soutenus directement par l’Agence MACSF d’Amiens, et ont fait des débuts prometteurs en raflant la quatrième place de deux des quatre épreuves de la course !

 

  • PIMP 2017 avec le Bichat Yatch Club – 22 avril (la Courneuve)

Le PIMP est une olympiade inter-facultés de médecine, organisée chaque année à la Courneuve. Elle regroupe 2 200 étudiants en médecine d’Ile-de-France et de Tours, devenant un événement voile incontournable des étudiants en santé. Et de la MACSF qui soutenait pour l’occasion les étudiants du Bichat Yacht Club.

 

  • Transquadra avec Alain Roland et Bernard Avril – Juillet (Lorient - Madère)

 

La Transquadra est la première régate Transatlantique réservée aux amateurs de plus de quarante ans. La course, qui réunit une flotte dont le niveau monte à chaque édition, se déroule en deux étapes :

- 16 juillet : Lorient ou Barcelone – Madère

- 10 février 2018 : Madère – Martinique (Le Marin)

 

Deux sociétaires MACSF, grand passionnés de voile à la retraite depuis peu, ont décidé de se lancer dans cette aventure à l’assaut de l’Atlantique avec le soutien de leur assureur.

Alain Roland, radiologue hospitalier retraité, et son co skipper Bernard Avril, dentiste retraité, ont ainsi terminé avec succès la première étape de la course après 6 jours, 4 heures et 22 minutes de course. Ils se classent en 22ème position (en temps réel) sur 50 participants en Duo partis de Lorient.

Alain commente : « Nous avons perdu du terrain au passage du Cap Finistère, mais nous sommes contents de notre course. Tout s'est très bien passé, et nous n'avons aucune casse à déplorer à part un petit accroc dans notre spi, que nous avons pu réparer en mer. Nous avons vécu une très belle arrivée, chaleureusement accueillis par les autres concurrents ! C'est aussi ça l'esprit de la Transquadra. »

Leur bateau, TIKOCCO 6 - un Sun Fast 3 200, restera à Madère jusqu’à départ de la deuxième étape de la course, en février 2018.

Chaque partenariat ainsi noué, réelle opportunité relationnelle, peut aussi devenir une incitation pour d’autres soignants passionnés de voile, en leur donnant envie de prendre le large avec le soutien de l’assureur des professionnels de santé.

 

  • Vous êtes sociétaire et vous avez un projet nautique à présenter à Voile MACSF ?
    Ecrivez à voile@macf.fr