Jérôme Powell pris dans l’étau

Le 23.03.2021 à 09:00 par L'équipe financière MACSF
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

La dynamique des marchés semble rester favorable, les investisseurs ne s’inquiétant pas pour l’heure des risques d’inflation et des tensions sur les taux à 10 américains.

Discours de la Fed et poursuite de la hausse des taux longs aux Etats-Unis

Jérôme Powell a conservé un discours très prudent à court terme en ajustant à la marge son discours. La banque centrale américaine prévoit désormais une croissance de 6,5% cette année et une accélération de l'inflation à 2,4% mais n’a pas modifié pas sa politique monétaire. La Fed ne relèvera pas ses taux avant 2023 et se tient prête à ajuster ses instruments de politique monétaire pour soutenir l'économie si nécessaire. En réaction, la hausse des taux longs s’est poursuivie aux Etats-Unis, atteignant la zone des 1,75% à 10 ans. L’effet d’entrainement sur les taux européens a en revanche été limité.

La communication des banques centrales scrutée par les investisseurs 

Les banques centrales sont confrontées à un exercice difficile, en période de transition pour l'économie, leurs discours accommodants ne parvenant pas toujours à rassurer les marchés, qui craignent un resserrement monétaire (« tapering») prématuré. Semaine de communication pour les banques centrales, la BoJ (Banque du Japon) a encré son soutien monétaire dans la durée, avec un très faible élargissement (de 0,25%) de la bande de fluctuation des taux à 10 ans autour de 0%. Cet ajustement a cependant été perçu comme l’amorce d’un resserrement, bien que la BoJ a pris la décision d’augmenter son programme de rachats annuels d’ETF à 6 000 milliards de yens. 

Les banques centrales des pays émergents sous pression

Les économies émergentes sont actuellement confrontées à la forte accélération des prix, mais également à l’appréciation du dollar depuis le début de l’année. Au Brésil, la banque centrale a augmenté son taux directeur de 75 points de base à 2,75%, en indiquant que sa prochaine réunion prévue en mai serait suivie d’un ajustement de la même ampleur. En Turquie, alors que la banque centrale a communiqué sur sa volonté de maintenir une politique monétaire en ligne avec une inflation stable, la décision surprise de Erdogan de limoger le gouverneur a entrainé un regain d’aversion au risque. Ce déficit de crédibilité pour la banque centrale apparait pénalisant, et un contrôle des capitaux pourrait rapidement être remis en place.  Historiquement, un tel accident peut peser sur les marchés émergents dans leur ensemble mais à ce stade, le cas turc semble encore isolé.

Le CAC 40 en légère baisse     

L’indice parisien recule légèrement de 0,8% sur la semaine, mais toujours en progression de 8% depuis le début de l’année.  
En haut de tableau, Sanofi (4,73%), STMicroelectronics (3,97%) et ArcelorMittal (2,79%) signent les meilleures performances. En bas de tableau, Alstom, Wolrdline et EssilorLuxottica reculent de 6,46%, 6,10% et 5,87% respectivement.

Marchés des changes et des taux

La monnaie unique termine la semaine à 1,19 dollar/euro. Le rendement de l’Etat français à 10 ans se maintient à -0,05%. 

Achevé de rédiger le 22/03/2021

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
Gamme financière MACSF

Fonds en euros, unités de compte... La gamme de supports financiers MACSF est diversifiée, complète et sélective.

Assurance vie

Le RES Multisupport vous permet d'investir sur une gamme de supports en euros et/ou en unités de compte simple, complète et performante.

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner