Chirurgiens (chirurgie maxillo-faciale et stomatologie) : les motifs de réclamation des patients en 2020

Le 28.09.2021
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

En 2020, les 626 sociétaires spécialisés en chirurgie maxillo-faciale et stomatologistes sociétaires de la MACSF ont adressé 46 déclarations, soit une sinistralité de 7,35 % contre 0,69 % en 2019.

Ces déclarations se répartissent en 6 procédures civiles, 3 procédures ordinales, 36 réclamations amiables et 1 saisine d'une CCI.

Les 368 chirurgiens libéraux ont adressé 34 déclarations. Leur sinistralité s’établit à 9,24 %, contre 2,61 % en 2019.

Chirurgie de la face et du cou

  • Anesthésie mandibulaire au décours du traitement chirurgical d’une endognathie.

Acte de chirurgie dentaire

Suivi thérapeutique

  • Retard de diagnostic d’un cancer du bord de la langue, lésion identifiée n’ayant pas conduit à la réalisation d’une biopsie.

Litige prothétique

  • Patient contestant l’ensemble des soins réalisés sur un bridge implanto-dento-porté en raison d’une infection et de désordres itératifs, nécessité d’une réfection complète des travaux.

Complications diverses suite à des soins dentaires

  • Extraction dentaire compliquée par :
  • une lésion du nerf lingual (2 cas),
  • une altération tissulaire de la dent adjacente (4 cas),
  • la persistance de l’apex (2 cas),
  • une alvéolite.
  • Erreur de site d’extraction dentaire au titre d’une intervention intempestive (3 cas).
  • Lésion apicale après un traitement endodontique.
  • Réalisation qualifiée d’insuffisante d’une prothèse fixe (2 cas)
  • Traitement endodontique avant mise en œuvre de la phase prothétique compliqué du bris de l’instrument (2 cas)
  • Lésion labiale avec instrument rotatif lors d’un soin. Cicatrice.

Implantologie

  • Pose d’un ou plusieurs implants, compliquée par :
  • une erreur d’axe ou de positionnement à l’origine d’un défaut de morphologie prothétique (5 cas),
  • une péri-implantite (4 cas),
  • une fracture du col de l’implant,
  • un enfouissement insuffisant à l’origine d’une perte de l’implant,
  • un descellement prothétique (3 cas),
  • une lésion nerveuse avec perte de sensibilité ou dysesthésie,
  • une communication sinusienne.

Litige en orthodontie

  • Contestation du plan de traitement réalisé au titre de la situation inaboutie à terme : traitement chirurgical orthognatique qualifié d’insuffisant.

 

Retour au Rapport annuel sur le risque des professionnels de santé


Découvrez notre dossier thématique consacré aux chirurgiens <

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

Formations

Nos juristes et médecins vous proposent un large choix de formations adaptées à votre situation professionnelle.

Le plus : elles sont illustrées par l'analyse des situations réelles issues de nos dossiers.

À lire aussi

Décisions de justice et avis CCI

Retrouvez l'analyse des décisions de justice (civiles et pénales) et des avis des commissions de conciliation et d’indemnisation (CCI) rendus...

La communauté MACSF

Un forum avec des professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner